La croissance de l’entreprise

Pour qu’une entreprise dure et persiste dans l’avenir, elle est dans l’obligation de se développer. Pour cela, il faut qu’elle augmenter son chiffre d’affaires, augmenter le nombre de salariés et par conséquent, avoir une part de marché de plus en plus importante.

Pour parvenir à atteindre cet objectif de développement, deux possibilités s’offrent à la firme : la croissance interne et la croissance externe.

La croissance interne de l’entreprise

Par l’intermédiaire d’investissements, l’entreprise va augmenter et améliorer ses capacités de production. Exemple tout simple, une entreprise qui possède une chaîne de production et qui souhaite développer ses capacités de production va investir dans l’achat et la mise en fonctionnement d’une deuxième ligne de fabrication. Bien sûr, de tels investissements ne peuvent se faire que lors des périodes de croissance et à condition que la demande soit clairement identifiée.

Investir dans des moyens de production est synonyme, dans la majorité des cas, d’embauches de personnel.

Les PME ainsi que les PMI ont tendance à privilégier ce mode de croissance. Cela nécessite des moyens financiers. Soit l’entreprise a une capacité d’autofinancement importante, sinon elle peut augmenter son capital ou encore avoir recours à l’emprunt.

La croissance externe

Ce mode de croissance est privilégié par les grandes entreprises. Pour améliorer leur capacité de production, ces grandes firmes vont acquérir d’autres entreprises.

On dénombre trois types de croissance externe.

La croissance horizontale

Une firme va racheter une entreprise concurrente qui aura le même cœur de métier. Cela permet d’avoir une capacité de production plus importante, pas besoin de formation car la firme rachetée pratiquait la même activité. Cependant, il n’y a pas que des avantages puisque l’on va se retrouver avec des effectifs en doublon donc le risque de licenciement est bien plus important.

La croissance verticale

Il s’agit pour la firme de racheter soit un de ces fournisseurs ou un de ces clients. Prenons l’exemple d’une entreprise de fabrication de voitures qui va racheter son fournisseur de pneumatique. Cela permet d’intégrer directement la marge du fournisseur dans la marge de la firme acquérante. Cela permet de mieux maîtriser les flux et bien sûr de gagner plus d’argent.

La croissance organique

Dans ce cas précis, une firme va racheter une autre firme qui a une activité différente de la sienne. Ce rachat s’effectue uniquement dans un but de rentabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.