La dévaluation de la monnaie

On parle de la dévaluation (réévaluation) d'une monnaie, lorsque les autorités monétaires décident d'abaisser (d'augmenter) son taux de change par rapport à une monnaie de référence. En FRance, il n'y a plus eu de dévaluation depuis 1983. Plusieurs motifs peuvent être à l'origine d'une dévaluation.

Dans un système de changes fixes, si les autorités monétaires ne disposent plus de suffisamment de réserves de change pour assurer la conversion de la monnaie à un taux défini les autorités peuvent être obligées de dévaluer. Une dévaluation peut aussi servir à la politique économique pour relancer la croissance, via les exportations et le rééquilibrage de la balance commerciale.

Lorsque la valeur de la monnaie baisse sur le marché des changes, sans décision officielle, on parle de dépréciation (le contraire étant une appréciation).

Une dépréciation peut avoir différentes causes : récession, déficit commercial, émission de monnaie par la banque centrale, perte de confiance des Investisseurs internationaux dans la volonté du pays de mener des réformes structurelles ou d'honorer la dette extérieure.

Une dévaluation a-t-elle des effets secondaires ?

La baisse de la valeur extérieure d'une monnaie renchérit la valeur des importations. Les consommateurs du pays doivent ainsi payer des prix plus élevés pour les biens et services importés, ce qui réduit leur bien-être.

Les entreprises largement dépendantes de biens et services importés sont obligées, si elles ne veulent pas réduire leurs marges bénéficiaires, d'augmenter leurs prix. Cet effet est généralement d' autant plus fort que le pays est petit et qu'il ne lui est pas possible de substituer aux produits étrangers des équivalents nationaux. S'il existe dans le pays un système d'indexation automatique des salaires au niveau général des prix, l'effet est encore plus marqué.

Si un gouvernement mène une politique de dévaluation compétitive pour résorber un déficit de balance commerciale, cela peut entraîner une hausse générale des prix.

Par ailleurs, les prix des produits importés diminuent suite à la dévaluation effectuée par le pays partenaire. Pour les entreprises étrangères, ayant largement recours à ces produits et services, il devient ainsi possible de réduire leurs propres prix de vente en vue de reconquérir les parts de marché perdues.

Enfin, si un pays entreprend une dévaluation, il incite ses concurrents à faire de même, avec pour effet une course à la dévaluation compétitive qui risque d'appauvrir tous les protagonistes. Par ailleurs, le statut de la monnaie en question joue un rôle important dans les effets secondaires.  S'il s'agit d'une monnaie de réserve très utilisée comme c'est le cas du dollar, une dévaluation a pour conséquence que les capitaux internationaux se dirigent vers d'autres monnaies (des pays émergents notamment) qui, elles, courent ainsi le risque d'être surévaluées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.