Qu’est-ce que le trading à haute fréquence ?

Avec l’évolution de la technologie, les traders n’ont pas d’autres choix que de céder leurs places aux ordinateurs. Via des algorithmes informatiques, ces ordinateurs arrivent très rapidement à vendre et à acheter des actions. Mais qu’entend-on réellement par le trading à haute fréquence ou THF ?

En quoi consiste le High Frequency Trader ?

Vous n’y connaissez rien en trading ? Faites sans plus attendre votre initiation sur Économie Magazine. Toutefois, si ces derniers temps, vous avez aussi beaucoup entendu parler de THF, sachez que comme son nom l’indique, le concept de trading à haute fréquence a été surtout mis en place dans l’optique d’accélérer les transactions financières en bourse. Et cela par l’intermédiaire d’algorithmes mathématiques, ainsi que d’ordinateurs à la fois puissants et ultra-rapides.

Ainsi, si les traders virtuels sont aujourd’hui aussi plébiscités et convoités, c’est surtout grâce à leur aptitude à réaliser des transactions financières en un temps record. Pour vous donner une petite idée de leur efficacité, ces machines arrivent à exécuter très rapidement les ordres. Et attention ! Quand on dit vitesse, on parle tout de même de dizaine de millièmes de secondes. Plus précisément, deux ordres en l’espace d’une seconde sur une seule valeur. Les automates se basent alors sur les statistiques, sur les données boursières, mais surtout aussi sur les micromouvements du marché.

Des performances et des rendements qui ne pourront malheureusement jamais être réalisés par des analystes et des traders humains. D’ailleurs, la puissance de ces machines ne cesse d’être améliorée. La preuve, en 2010 leur vitesse était de vingt millièmes de secondes, contre dix aujourd’hui. Les conséquences ? Les profits réalisés sont colossaux dans la mesure où les algorithmes arrivent même à détecter les faibles écarts de prix sur les valeurs boursières.

Comment ça marche ?

Si cette méthode d’investissement virtuelle est à l’heure actuelle considérée comme la plus sûre et la plus fiable, c’est parce qu’avec le High Frequency Trader tout est automatisé. Calculs, ordres, cotations, confirmations, annulations… Toutes les décisions sont prises par un logiciel qui, pour analyser pertinemment le marché, utilise des algorithmes et des graphiques boursiers. L’intervention humaine se résume seulement alors qu’à la programmation, au contrôle et à la surveillance de la machine. D’où la faible marge d’erreur.

Le succès du trading à haute fréquence est tel aujourd’hui que près de soixante pour cent des volumes boursiers échangés aux quatre coins du monde sont faits par ces automates. Et sans grande surprise ce sont les États-Unis qui arrivent en tête avec soixante-dix pour cent, alors qu’en Europe, c’est seulement trente-cinq pour cent des transactions qui ont été confiées aux traders virtuels. Il est à noter que c’est Outre Atlantique que ce concept est né au début des années deux mille.

D’ailleurs, l’usage de ces plateformes n’est de nos jours plus réservé aux traders professionnels ni aux enseignes de spéculations. Les particuliers peuvent aussi y avoir accès via les smartphones et les tablettes tactiles. Acheter et vendre ses actions à la vitesse de l’éclair est désormais possible avec ces programmations informatiques. Soyez prudent si vous souhaitez vous laisser tenter par la spéculation boursière : votre investissement peut être réduit à néant en un centième de seconde... alors que des solutions beaucoup moins risquées pour vos finances existent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.