SCPI et assurance-vie : le duo gagnant pour l’épargnant

Grâce à la stabilité de ses rendements, la SCPI connaît un succès important, y compris dans l’assurance-vie. Il faut dire que la combinaison de ces deux placements procure des avantages indéniables par rapport à la souscription en direct.

Outre le fait de pouvoir bénéficier d’une fiscalité avantageuse, la souscription de parts de SCPI au sein d’un contrat d’assurance-vie permet de rendre les investissements plus liquides. De plus, il s’agit d’un placement accessible et plus souple que l’investissement en direct. Des décotes sur le prix des parts peuvent également être appliquées.

SCPI et assurance-vie : une fiscalité intéressante et des investissements plus liquides

Dans le cadre de ce type de placement, c’est la fiscalité de l’assurance-vie qui s’applique aussi bien au niveau des revenus que de la transmission. Ainsi, si l’épargnant n’a pas besoin des revenus de ses parts de SCPI et décide de les laisser sur un contrat, il bénéficie d’un premier avantage.

En effet, les dividendes sont réinvestis directement sur la SCPI ou sur le fonds en euros suivant les contrats. Lors des rachats sur le contrat, la fiscalité de l’assurance-vie s’enclenche, apportant un ensemble d’avantages à l’épargnant. Lorsque celui-ci détient un contrat de plus de 8 ans, il pourra opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) sur ses rachats au taux de 7,5 % mais surtout profiter d’un abattement atteignant 4 600 euros voire même 9 200 euros pour un couple.

L’autre point fort de l’alliance de la SCPI et de l’assurance-vie est le fait de pouvoir accéder à des supports d’investissement facilement. En effet, contrairement à l’investissement en direct qui impose des minimas élevés à la souscription, les SCPI dans le cadre de l’assurance-vie sont beaucoup plus accessibles.

Ces dernières sont aussi plus souples au regard de la perception des revenus puisque leur rémunération qui ne varie pas est versée trimestriellement. L’épargnant peut alors organiser ses rachats comme il le souhaite.

Des décotes possibles et des délais de jouissance réduits

Certains contrats d’assurance-vie offrent une décote sur le prix d’acquisition des parts en direct. Pour un même investissement, le souscripteur peut ainsi acquérir plus de parts de SCPI qu’en direct. De plus, le rendement de son investissement sera logiquement amélioré. Il s’agit donc d’un avantage à ne pas négliger pour l’épargnant.

Il existe un dernier avantage qui apparaît surtout au démarrage de l’investissement. Les souscripteurs peuvent bénéficier de délais plus courts pour percevoir les premiers revenus générés par les SCPI (cf. scpi-8.com). Lors de la souscription de parts en direct, ces délais de jouissance peuvent varier de 2 à 5 mois. L’assurance-vie les réduit considérablement, jusqu’à un mois selon les compagnies.

Pour rappel, l’investissement en SCPI via l’assurance-vie ne peut se faire que comptant. Il offre aux investisseurs des rendements supérieurs malgré les frais, mais aussi une pression fiscale inférieure à celle de la souscription en direct. Ce type de placement financier apparaît donc comme une solution judicieuse et alternative pour les investisseurs, associant sécurité et rendements attractifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.