5 astuces pour optimiser la gestion de son patrimoine

Vous avez réussi, au fil du temps, à vous constituer un patrimoine. Et vous comptez bien qu'il vous rapporte des revenus réguliers. Il existe heureusement certaines astuces pour faire fructifier vos placements et optimiser la gestion de votre patrimoine.

Gestion Patrimoine
© istock

Se faire accompagner par un conseiller en gestion de patrimoine

La gestion d'un patrimoine est une entreprise assez délicate, qui requiert certaines connaissances, notamment en matière financière. C'est pourquoi il est préférable de vous faire aider dans cette tâche par des professionnels.

Ainsi, un cabinet de gestion de patrimoine comme https://alter-finances.com/ pourra faire avec vous un bilan complet de vos investissements et de l'état de votre patrimoine.

Fort d'une connaissance approfondie du secteur financier, un conseiller en gestion de patrimoine mettra à votre service des compétences qui lui permettront de choisir les placements à la fois les plus judicieux et les plus sûrs.

Il le fera en partant de vos objectifs et de votre situation propre et vous proposera donc une stratégie d'investissement susceptible de faire prospérer votre patrimoine.

Quels sont vos objectifs ?

Optimiser la gestion de son patrimoine, c'est aussi clairement connaître vos besoins. En effet, le type de placement que vous allez choisir dépend en partie de ce que vous voulez en faire.

Si votre objectif est de vous constituer une épargne de précaution, pour vous prémunir contre les aléas de la vie, l'argent placé doit être disponible dans l'immédiat, sans que vous ayez à subir de pénalités pour le retirer de manière un peu précipitée.

Dans ce cas, vous pouvez placer votre argent sur un livret de développement durable et solidaire (LDDS) ou un Livret A. En effet, avec ces produits d'épargne, l'argent est disponible à tout moment, sans pénalités.

A ne pas manquer :  Impôts 2022 : le nouveau barème des frais kilométriques

Mais si vous voulez préparer votre retraite, par exemple, l'objectif est à plus long terme. Dans ce cas, vous pourrez choisir une assurance-vie, qui se caractérise, au bout de huit ans de détention, par une fiscalité plus intéressante.

Payer moins d'impôts

Votre patrimoine est grevé par les impôts auxquels vous êtes assujetti. Tout en respectant à la lettre la réglementation en la matière, il existe des moyens de réduire votre charge fiscale.

En effet, une solution conseillée par des experts de la gestion de patrimoine comme https://alter-finances.com/qui-sommes-nous.html consiste à réduire la base taxable, sur laquelle sont calculés les impôts et qui comprend l'ensemble des revenus qui y sont soumis.

Ils vous conseilleront aussi certains dispositifs, notamment dans l'investissement locatif, qui donnent droit à des réductions fiscales intéressantes. Certains placements, dans un contrat d'assurance-vie ou des parts d'une société civile de placement immobilier (SCPI), offrent des avantages comparables.

Pour optimiser votre patrimoine, diversifiez-le

Pour faire fructifier son patrimoine dans les meilleures conditions, il est conseillé d'en diversifier les éléments. De la sorte, vous diluez les risques.

Pour que ces placements vous rapportent, vous investirez sans doute une partie de votre argent dans des placements souvent rentables, comme les actions ou les fonds en unités de compte des contrats d'assurance-vie.

Mais si ces placements sont rentables, ils comportent aussi une part de risque. Les marchés, financier ou immobilier, subissent des fluctuations et peuvent même se retourner.

C'est pourquoi il faut associer à ces investissements un peu risqués des placements souvent moins rentables mais plus sûrs, comme les fonds en euros des assurances-vie ou les livrets réglementés.

A ne pas manquer :  11 aides financières pour partir en vacances

Vous gagnerez aussi à répartir vos placements dans des secteurs d'activité variés.

Limiter les frais

Une autre façon d'optimiser la gestion de votre patrimoine, c'est de réduire les frais associés à certains placements. Ils ne sont pas toujours très bien connus par les épargnants et pourtant leur montant n'est pas négligeable.

Ainsi, lorsque vous souscrivez un contrat d'assurance-vie, vous devrez régler des frais d'entrée, mais aussi des frais prélevés sur vos éventuels versements ou encore des frais d'arbitrage, si vous acquérez de nouveaux titres. Il faut aussi prévoir des frais de gestion.

Dans le cas de la SCPI, qu'on appelle aussi la "pierre papier", les frais de souscription représentent, en moyenne, entre 8% et 12 % du montant de l'achat.

Il importe donc de faire jouer la concurrence et de s'adresser à plusieurs organismes, de manière à en trouver un qui vous propose des conditions plus intéressantes.