Qu’est-ce que le capital-investissement (ou Private Equity) ?

Il s'agit d'investir dans l'économie réelle en apportant des capitaux à des sociétés non cotées en Bourse, pour financer leur démarrage, leur développement ou leur transmission.

Plan rapproché des mains retenant la tablette avec l’inscription private equity
© istock

Le capital-investissement ou Private Equity

Longtemps réservé aux investisseurs professionnels, le Private Equity s'est ouvert aux particuliers à travers la souscription de parts de fonds communs de placements (FCP).

Les souscripteurs sont copropriétaires du portefeuille de titres, géré par une société de gestion. Ces produits sont distribués par des établissements financiers, comme des banques ou des compagnies d'assurances, ou encore directement par les sociétés de gestion.

Les fonds de capital-investissement

Pour les particuliers, il existe les fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI), investis en titres de sociétés innovantes de type start-up, les fonds d'investissement de proximité (FIP), placés dans les PME régionales (exerçant leur activité principalement dans une ou plusieurs zones géographiques choisies par le fonds), et les fonds communs de placement à risque (FCPR).

Les capitaux sont bloqués cinq à dix ans. Sauf circonstances exceptionnelles (décès, invalidité…), il est impossible de les récupérer avant l'échéance du fonds. Les caractéristiques des fonds sont détaillées dans deux documents essentiels : le document d'information clé pour l'investisseur (Dici) et le règlement du fonds.

Lorsqu'un fonds d'investissement apporte des capitaux dans une entreprise, moyennant une prise de participation, il la conseille généralement sur la stratégie à mettre en œuvre pour atteindre son objectif.

Bon à savoir : Au terme du placement, le fonds cède sa participation au management de l'entreprise (presque toujours actionnaire à ses côtés), à un autre investisseur, ou bien à un industriel qui peut organiser sa cotation sur les marchés boursiers ou l'intégrer à sa stratégie.

A ne pas manquer :  Comment bien investir son argent ?

Un investissement encouragé

À l'entrée, pour certains fonds, le souscripteur de parts bénéficie d'une réduction d'impôt sur le revenu égale à 25 % du montant investi en 2021, dans la limite de 12 000 € pour un célibataire, 24 000 € pour un couple, sans pouvoir dépasser le plafond global des avantages fiscaux fixés à 10 000 €.

À la sortie, au-delà de cinq ans d'investissement, les éventuelles plus-values sont exonérées d'impôt.