Fiscalité des actions : maximisez la déclaration de vos plus-values et vos dividendes pour économiser !

Investir en bourse est un excellent moyen de construire son patrimoine. Comprendre les implications fiscales qui en découlent peut souvent sembler aussi complexe que d'interpréter des graphiques de marché fluctuants. En France, la fiscalité des actions, incluant les plus-values et les dividendes, peut influencer significativement vos retours sur investissement. Chaque actionnaire, depuis 2018, est face à d’importantes décisions : choisir entre ce taux forfaitaire et l'imposition au barème progressif, optimiser ses déclarations, et plus encore. 

Comprendre les bases de la fiscalité des actions

La fiscalité des actions est un domaine à part entière que tout investisseur doit maîtriser pour optimiser ses rendements. En France, elle couvre principalement deux types de revenus : les dividendes et les plus-values. Chacun de ces revenus est soumis à des règles fiscales spécifiques qui influencent la manière dont ils sont déclarés et imposés.

Les Plus-values

Ils représentent le gain réalisé lorsque des actions sont vendues à un prix supérieur à leur prix d'achat. La fiscalité de ces gains est détaillée dans les sections spécifiques sur les régimes fiscaux applicables. Ces revenus sont exceptionnellement réalisés sur la vente d'actifs.

Les Dividendes

C’est la part des profits d'une entreprise distribuée à ses actionnaires. Ces revenus sont périodiques et dépendent de la politique de distribution des dividendes de chaque société ainsi que de sa rentabilité.

Lire aussi : Scandale financier : les impôts les plus absurdes qui pourraient révolutionner notre système fiscal !

Plus-values : Quel régime fiscal ?

Le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU)

Il impose les plus-values à un taux fixe de 30 %. Ce taux se décompose en 12,8 % d'impôt sur le revenu et 17,2 % de prélèvements sociaux. Ce régime simplifie considérablement la fiscalité des gains en capital et est appliqué par défaut à toutes les plus-values mobilières.

Option pour le barème progressif

Les investisseurs peuvent choisir de soumettre leurs plus-values au barème progressif de l'impôt sur le revenu. Cette option est pertinente si leur taux marginal d'imposition est inférieur à 12,8 %. Choisir cette option implique que tous les revenus du capital soient imposés de la même manière pour l'année fiscale en cours et ne peut être modifiée une fois choisie.

Abattements pour durée de détention

Pour les actions acquises avant 2018, des abattements pour durée de détention sont disponibles. Ces abattements réduisent l'assiette imposable de 50 % après deux ans de détention et de 65 % après huit ans. Ils permettent ainsi de diminuer l'impôt sur les plus-values pour les investissements à long terme. Ces abattements ne sont pas disponibles pour les titres achetés après le 1ᵉʳ janvier 2018 sous le régime du PFU.

Dividendes : comprendre leur imposition

Le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU)

Pour les dividendes, le PFU s'applique également, fixé à un taux global de 30 %. Ce régime simplifié est automatique, mais présente moins de flexibilité pour les investisseurs ayant un taux marginal d'imposition inférieur.

L'option du barème progressif

Si les actionnaires choisissent le barème progressif, ils bénéficient d'un abattement de 40 % sur les dividendes avant l'imposition. Cette option est avantageuse pour ceux dans les tranches fiscales inférieures, car elle peut réduire significativement la charge fiscale.

Mécanismes de déclaration

Les dividendes sont initialement soumis à un acompte prélevé à la source. Si l'option du barème progressif est retenue, cet acompte est crédité contre l'impôt final, ajusté après l'application de l'abattement. Cela permet une gestion fiscale plus précise et peut éviter le surpaiement d'impôts.

Stratégies pour maximiser votre déclaration et réduire vos impôts

Opter pour le régime fiscal le plus avantageux

Le PFU, à 30 %, est simplificateur, mais peut ne pas être le plus avantageux pour tous les investisseurs. Si votre taux marginal d'imposition est inférieur à 12,8 %, opter pour le barème progressif pourrait réduire significativement votre charge fiscale, surtout avec l'abattement de 40 % sur les dividendes.

Fiscalité des actions  maximisez la déclaration de vos plus-values et dividendes pour économiser

Utiliser les pertes pour compenser les gains

Si vous réalisez des pertes sur certaines de vos ventes d'actions, vous pouvez les utiliser pour compenser vos plus-values. Cette stratégie, appelée tax loss harvesting, permet de réduire le montant global de vos gains imposables, diminuant ainsi l'impôt dû. Gardez un œil sur vos positions et envisagez de vendre des actions en perte pour neutraliser les gains réalisés ailleurs dans votre portefeuille.

Lire aussi : Impôts : en cas de prélèvement excessif par le fisc, avez-vous droit à un remboursement avec intérêts ?

Planification des ventes d'actions

La durée de détention des actions a un impact sur l'imposition des plus-values. Pour les actions acquises avant 2018, les abattements pour durée de détention peuvent réduire considérablement l'impôt sur les plus-values. Planifiez stratégiquement vos ventes : maintenir des actions pendant au moins deux ans peut vous qualifier pour un abattement de 50 %, et huit ans pour 65 %. Cette planification peut être un moyen efficace de minimiser les impôts sur les gains en capital.

Réinvestissement des dividendes

Réinvestir vos dividendes peut non seulement contribuer à la croissance de votre portefeuille, mais aussi différer l'imposition de ces revenus. En réinvestissant les dividendes pour acheter plus d'actions, vous augmentez votre potentiel de gain à long terme tout en profitant d'une croissance composée.

Considérer l'impact des choix fiscaux sur votre RFR

Votre Revenu Fiscal de Référence (RFR) peut influencer votre éligibilité à certaines réductions d'impôts et avantages fiscaux. Certains choix, comme l'option pour le barème progressif, peuvent augmenter votre RFR et influencer ces critères. Mesurez donc  l'impact de chaque décision fiscale non seulement sur l'impôt immédiat, mais aussi sur vos finances plus largement.

Lire aussi : Alerte ! cette nouveauté fiscale obligatoire cette année pourrait vous coûter 150 euros d’amende : découvrez-la maintenant pour éviter les regrets !

A ne pas manquer :  Daytrading : comment définir une bonne stratégie ?