Malussé : quelle assurance auto choisir ?

Par leur comportement sur la route, qui peut les conduire à provoquer des accidents, certains conducteurs se voient appliquer un malus par leur compagnie d'assurance. Dans ce cas, ils rencontrent souvent des difficultés à souscrire un nouveau contrat d'assurance. Comment peuvent-ils s'y prendre pour y parvenir malgré tout ?

Assurance Auto
© istock

Qu'est-ce qu'un malus ?

Les compagnies d'assurance appliquent aux conducteurs un système de "bonus-malus". Il permet d'adapter le montant de la prime d'assurance à l'attitude de l'automobiliste. Au départ, chaque conducteur se voit attribuer un coefficient de majoration-réduction (CRM) de 1. Ce qui signifie qu'il paie l'intégralité de la prime d'assurance prévue au contrat. Si sa conduite sur la route est irréprochable, son bonus augmente et sa prime diminue d'autant. Si ce n'est pas le cas, c'est son malus qui progresse, entraînant l'augmentation de sa cotisation. Si vous êtes malussé voire même résilié, sachez qu'il est possible de souscrire à une assurance auto malussés pour vous permettre d'être à nouveau assuré dans les meilleures conditions.

L'aggravation augmente notamment si le conducteur :

  • Dépasse la vitesse autorisée, au point qu'on lui retire son permis.
  • Conduit sous l'emprise de l'alcool, ce qui lui vaut, là encore, un retrait de permis.
  • Est responsable d'un accident.
  • Est victime de trois bris de glace consécutifs.
  • Ne paie pas sa prime d'assurance.
  • fait une fausse déclaration, en omettant d'indiquer, par exemple, la présence d'un second conducteur sur le véhicule assuré.

Un conducteur "malussé" se verra infliger une prime plus élevée, trop importante, parfois, pour qu'il reste chez son assureur. Dans certains cas, c'est celui-ci qui résilie le contrat.

S'adresser à des compagnies d'assurance spécifiques

Or la loi est claire. Tout conducteur de véhicule motorisé doit être assuré, même si la compagnie a augmenté son malus ou résilié son contrat. Dans ce dernier cas, notamment, il lui faut donc trouver une assurance auto pour résilié.

A priori, la chose n'est pas facile. En effet, l'augmentation de son malus et, plus encore, la résiliation de son contrat, donnent l'image d'un conducteur imprudent ou de ce que les assureurs appellent un "profil à risques".

A ne pas manquer :  Faut-il assurer ses appareils portables ?

Dans un premier temps, le conducteur concerné peut essayer de négocier avec son assureur, de manière à limiter l'augmentation du malus qu'il entend lui infliger. Il est également possible, surtout si on possède une voiture ancienne, de passer d'une assurance tous risques à une assurance au tiers, moins onéreuse. Le conducteur concerné peut encore troquer son véhicule actuel pour une voiture de plus petite cylindrée.

Si, malgré tout, vous décidez de changer d'assurance, peu de compagnies prendront le risque de vous proposer un contrat. Sauf certaines d'entre elles, qui se sont spécialisées dans l'assurance des conducteurs malussés ou résiliés.

Dans ce cas, votre dossier sera examiné avec soin. En effet, ces assureurs proposent des formules adaptées au profil propre de chaque conducteur. Si les tarifs sont plus élevés que ceux appliqués aux conducteurs plus prudents, ils restent cependant raisonnables.

Faites jouer la concurrence

Les tarifs des assureurs étant fixés librement, ils sont très variables. C'est donc à vous de trouver la bonne formule en comparant les offres. Rien ne vous empêche de vous adresser, pour cela, à chaque assureur en particulier.

Cependant, une telle démarche est fastidieuse et vous fait perdre du temps. Vous finirez aussi par vous perdre dans le détail des contrats qu'on vous propose.

C'est pourquoi il vaut mieux faire appel à un comparateur en ligne, une démarche gratuite et sans engagement. Vous en trouverez sans peine sur Internet. Vous devrez d'abord répondre à quelques questions, qui permettent de cerner votre profil et vos besoins.

On vous demandera notamment de donner vos coordonnées, d'indiquer le type d'assurance que vous souhaitez souscrire et d'apporter des précisions sur le véhicule que vous désirez assurer.

A ne pas manquer :  L'assurance emprunteur : faites le bon choix

Mais vous devrez également préciser vos antécédents de conducteur. Et c'est en remplissant cette partie du questionnaire que vous pourrez souligner l'importance de votre malus ou indiquer la résiliation dont vous avez été victime.

Sur la base de vos réponses, le comparateur vous donne accès, en quelques minutes, aux formules d'assurance les mieux adaptées à votre profil et à vos demandes propres. Ainsi, le recours à ce comparateur permet à un conducteur malussé ou résilié de trouver, aussi rapidement que possible, un contrat correspondant à ses attentes spécifiques.

Le rôle du Bureau central de tarification

Si, malgré tous vos efforts, vous ne parvenez pas à trouver un assureur, il vous reste une dernière solution. En effet, vous pouvez vous adresser au Bureau central de tarification (BCT).

Il s'agit d'une autorité administrative indépendante. À ce titre, elle ne dépend en aucune manière des compagnies d'assurance. Si, par conséquent, l'assureur choisi refuse de vous assurer, le BCT peut l'obliger à le faire.

Mais il ne peut que vous faire profiter de l'assurance au tiers, qui est la formule minimum imposée par loi. En effet, le Bureau ne peut contraindre l'assureur à vous accorder des garanties supplémentaires.

Par ailleurs, le BCT peut fixer le montant de votre prime d'assurance, mais il ne peut forcer l'assureur à vous couvrir pendant plus d'un an.

Pour que le Bureau intervienne, il faut que vous ayez essuyé deux refus de la part de la compagnie d'assurance. Vous pouvez alors contacter le BCT dans les deux semaines suivant le second refus.

Vous devez joindre à votre courrier une copie des lettres de refus et une éventuelle lettre de résiliation, si l'assureur a mis fin à votre contrat. Cependant, il faut parfois compter plusieurs mois pour être assuré à nouveau par ce moyen.

À lire aussi : Refus d'assurance auto : que faire ?