La manipulation du libor et de l’euribor : un véritable scandale

En avril 2008, les premières révélations du Wall Street Journal sur la manipulation du Libor - London interbank offered rate — n'avaient provoqué que quelques commentaires sceptiques.

Cinq ans plus tard, le bilan est tout autre UBS condamnée à une amende-record de 1,1 milliard d'euros, une sanction de 330 millions d'euros pour Barclays et 450 millions pour la Royal Bank of Scotland (RBS)

Les clients s'estimant lésés ont multiplié les procès depuis octobre 2012 en Angleterre et aux Etats-Unis, mais aussi au Japon, au Canada, à Singapour. Et après la démission du patron de Barclays l'été dernier, c'était au tour du directeur de la banque d'investissement de RBS d'être contraint au départ en février 2013.

Du côté de l'Europe continentale, de grands établissements risquent également d'être touchés dans les mois ou années à venir. La Société Générale, le Crédit Agricole et une dizaine d'autres banques sont soupçonnées de collusion, concernant l'Euribor cette fois.

Le Libor et l'Euribor sont des indices de références

Le Libor est le taux d'intérêt interbancaire, c'est-à-dire le taux auquel les banques se prêtent entre elles. Chaque jour seize banques indiquent à quel taux elles pensent pouvoir emprunter auprès des autres banques et le taux moyen est publié par une agence d'information financière, Thomson Reuters.

Chapeauté par la British Bankers Association (BBA) le Libor est né dans les années 1980 pour accroître la transparence du marché interbancaire. Il a ensuite fait des émules à Bruxelles (Euribor) et à Tokyo (Tibor). À la différence que le panel européen comprend quarante- trois banques.

Au fil du temps, le Libor tout comme l'Euribor sont devenus des indices de référence pour tous types d'investissements. Ainsi, les gérants de fonds déterminent leurs objectifs de performance par des formules du type « Euribor + 200 bp ».

Autrement dit, si l'Euribor est à 2,35 %, le gérant visera un rendement de 4,35 % Les taux interbancaires se retrouvent aussi dans les crédits immobiliers - les fameux crédits à taux variables — ou dans les taux appliqués aux achats avec des cartes de crédits, Au total, le Financial Times estime à 506 mille milliards de dollars la valeur des produits financiers basés sur le Libor.

Enfin, les variations du Libor sont un indicateur de la santé des marchés financiers. Une hausse brutale est le signe d'une méfiance des banques vis-à-vis d'une contrepartie,

En période de crise, la tentation est forte pour un établissement financier de sous-estimer les taux d'intérêt auquel il emprunte, dans le but de paraître plus solide qu'il ne l'est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.