Comment devenir crêpier ? 

Le crêpier est le cuisinier qui prépare les plats dans une crêperie. Quelles études faut-il faire pour devenir crêpier ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et ses compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier crêpier.

Crepiers Ambulants Dans La Rue En Pleine Fabrication
© istock

Qu’est-ce qu’un crêpier ?

Dans une crêperie, on sert essentiellement des galettes et des crêpes. Ces mets sont préparés par un crêpier ou une crêpière qui ont aussi pour mission de sélectionner les produits, de créer des recettes et de mettre au point des menus.

Cette profession demande une certaine polyvalence. Tout d’abord, le chef doit être capable de préparer la fameuse pâte à crêpe, le plus souvent à base de farine de sarrasin ou de farine de froment. Le maître-crêpier doit aussi gérer son équipe pour que le service soit impeccable.

À noter : Lorsque le crêpier possède son propre restaurant, il est aussi amené à gérer la salle, la comptabilité, le recrutement du personnel.

Les compétences et qualités requises pour le métier de crêpier

Le crêpier doit avoir les compétences essentielles d’un cuisinier. Il est au fait de la législation en matière d’hygiène, de sécurité alimentaire et de droit du travail. S’il est spécialisé dans la confection de ce mets particulier, il est aussi capable de préparer des entrées, des salades et des desserts.

Il lui faut être organisé, réactif et capable de résister au stress des services tendus qui ont leur lot de complications. Ce professionnel a intérêt à avoir une excellente condition physique pour être en mesure de supporter la chaleur intense de la cuisine et les longues heures passées debout.

Le crêpier doit également être capable de travailler en équipe et de pouvoir encadrer ses collaborateurs. Mais ce professionnel doit aussi soigner la relation client en se rendant régulièrement en salle pour échanger avec les personnes qui viennent déguster ses spécialités et parfois demander conseil.

Bon à savoir : Le crêpier peut être amené à changer de ville pour travailler, la mobilité ne doit pas être un frein.

A ne pas manquer :  Comment devenir déménageur ?

Quel est le salaire d’un crêpier ?

Un crêpier salarié débutant pourra percevoir un SMIC hôtelier. Dans certains établissements et avec de l’expérience, son salaire pourra atteindre les 2 500 € brut par mois.

En tant que salarié, il pourra également bénéficier de certains avantages de type prime d’intéressement ou de participation. Le revenu d’un indépendant dépendra de son implantation et de la qualité de son service.

Comment devenir crêpier ?

Se former au métier de crêpier (formation initiale)

La formation de crêpier peut se faire en école de cuisine et permettra d’obtenir différents types de diplômes.

  • le CAP cuisine se passe en école ou en alternance ;
  • le BEP métiers de la restauration et de l’hôtellerie ;
  • un bac professionnel restauration ;
  • un bac technologique hôtellerie ;
  • un brevet professionnel cuisine avec une mention complémentaire cuisinier ou une certification CTM crêpier ;
  • il sera aussi envisageable de participer à une formation non diplômante de courte durée.

Nous pouvons citer quelques établissements : l'école Treblec de maître-crêpier à Maure-de-Bretagne, l’école des Maîtres Crêpiers de Rennes ou encore Forma-restauration à La Roche-sur-Yon.

Se reconvertir pour devenir crêpier (formation continue)

Le CAP et le BTS pourront être préparés grâce à la formation continue. Il suffira d’intégrer une structure de type Greta (groupement d’établissements publics locaux d’enseignement). L’étudiant bénéficiera d’une mutualisation des compétences et d’une formation continue pour adulte réussie.

Débouchés et évolutions de carrière

Avec un diplôme de cuisinier, un professionnel pourra intégrer une crêperie traditionnelle. Il faut dire qu’il y en a plus de 4 000 en France et il est toujours possible d’ouvrir sa propre structure soit dans un local soit de manière mobile.

Le plus souvent, le crêpier commence sa carrière en tant que préparateur de crêpes, puis il pourra devenir cuisinier en crêperie et maître-crêpier. Il lui sera alors possible de créer ses propres recettes.

A ne pas manquer :  Comment devenir dentiste ?

S’il intervient dans une structure importante, il pourra évoluer vers un poste de chef d’équipe, voire de chef de cuisine. Après quelques années, il aura également l’occasion de devenir directeur de restaurant.

À chaque étape, nombre de professionnels s’orientent vers l’entrepreneuriat. Il pourra être utile d’avoir suivi une formation en comptabilité et il faudra surtout pouvoir avoir acquis un fonds de commerce. Le crêpier indépendant est avant tout un commerçant qui s’occupe de la gestion de sa boutique et des différentes licences qu’il doit obtenir pour exercer.

À savoir : Il existe une carte professionnelle permettant de devenir commerçant ambulant.

Pourquoi devenir crêpier : avantages et inconvénients

La formation pour devenir crêpier est relativement courte, c’est une profession qui offre de nombreux débouchés et qui permet de développer des contacts humains.

En revanche, le rythme de travail pourra être assez élevé et les rémunérations ne sont pas toujours motivantes.

À noter : En cas de rush, ce métier peut être assez stressant.

L’état du recrutement dans le secteur

Comme la plupart des métiers de la restauration, la profession de crêpier est particulièrement exigeante. Ce spécialiste travaille avec des horaires décalés, notamment le midi et le soir, ainsi que les week-ends. Mais la vente de crêpes est prometteuse et un jeune diplômé n’aura aucun mal à se créer une clientèle. C’est d’autant plus le cas que la pause méridienne a tendance à diminuer incitant les usagers à consommer de la restauration rapide.

Nombre de jeunes diplômés montent leurs propres structures, que ce soit en tant que traiteurs événementiels ou en créant leurs propres food trucks. La crêperie est une spécificité française qui s’exporte très bien, il est donc possible d’ouvrir une structure à l’étranger.

Bon à savoir : Il n’est pas inintéressant de signaler que le sarrasin permet d’établir des recettes sans gluten, ce qui intéresse de plus en plus de clients.