Comment devenir régleur ?

Le régleur est un spécialiste capable d’assurer l’ajustement d’un appareil ou d’un instrument. Quelles études faut-il suivre pour devenir régleur ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier régleur.

Regleur Sur Une Machine à Commandes Numériques
© istock

Qu’est-ce qu’un régleur ?

Dans le monde industriel, le régleur est un expert essentiel du fonctionnement des machines automatisées. Il est responsable de leur préparation préalable à la production et de l’ajustement précis de leurs réglages.

Par le biais de tests rigoureux, il assure que chaque machine fonctionne à un rythme optimal, apportant des modifications si nécessaire. Face à une panne, il intervient rapidement pour rétablir le fonctionnement normal.

Le régleur travaille en étroite collaboration avec d’autres opérateurs et conducteurs de machines, assurant une coordination efficace. Il est aussi chargé de la maintenance des machines, prévenant les pannes futures tout en corrigeant celles qui surviennent.

Grâce à ses compétences en commande numérique et sa capacité à interpréter les plans techniques, le régleur s’adapte aux différentes technologies de fabrication. Son rôle est crucial dans de nombreux secteurs de l’industrie et fait de lui une pièce maîtresse de toute chaîne de production.

Quel est le salaire d’un régleur ?

Le salaire médian pour un régleur est d’environ 26 000 euros brut par an.

Comment devenir régleur ?

Se former au métier de régleur (formation initiale)

De multiples parcours de formation mènent au métier de régleur. Un CAP en Conduite d’installations de production ou un BEP en maintenance de systèmes mécaniques automatisés sont des options à envisager.

Pour des rôles plus spécialisés, un Bac Pro en Maintenance des systèmes mécaniques automatisés ou un BTS en maintenance des systèmes avec option systèmes de production sont recommandés.

Le rôle d’opérateur sur machine à commande numérique est envisageable après : 

  • Un Bac pro TRPM.
  • Un BTS CPRP.
  • Un BUT GMP
  • Une licence professionnelle en production industrielle.
A ne pas manquer :  Comment devenir pédiatre ? 

L’obtention d’un CQPM d’opérateur régleur sur machine à commande numérique peut aussi être bénéfique.

Enfin, pour des postes plus élevés, un DUT en génie industriel et maintenance ou un BTS en maintenance industrielle sont souvent nécessaires. Des formations telles que le BTS CIRA ou le BTS pilotage des procédés sont idéales pour ceux qui aspirent à devenir opérateur-régleur.

Se reconvertir pour devenir régleur (formation continue)

Il est possible de suivre des formations continues pour adultes afin d’obtenir des diplômes comme le CAP ou le BTS. Les Greta, des groupements d’établissements publics locaux d’enseignement, offrent des programmes de formation continue en mutualisant leurs compétences.

Débouchés et évolutions de carrière

Le régleur, travaillant dans divers secteurs comme l’automobile, la mécanique, l’aéronautique, ou encore la chimie, dispose de nombreuses opportunités de postes. Il est possible d’intégrer ce métier dès l’obtention d’un CAP/BEP, et les candidats qualifiés sont très sollicités.

La polyvalence du régleur lui permet de changer facilement de domaine d’activité. L’évolution professionnelle est également possible vers des postes supérieurs tels que technicien d’atelier, responsable d’îlot ou chef d’équipe, surtout avec un BAC+2.

De son côté, l’opérateur peut se spécialiser dans le réglage ou la programmation et grâce à la formation continue, il peut évoluer vers des postes de technicien d’études, technicien de méthodes, ou gestionnaire de production.

À noter : Ces professionnels sont essentiels dans des ateliers et usines automatisés, ce qui souligne l’importance de ces rôles dans l’industrie moderne.

Pourquoi devenir régleur : avantages et inconvénients

Le métier de régleur offre une certaine polyvalence et un travail varié. Il est possible d’évoluer vers des postes à responsabilités et de bénéficier d’un salaire attractif. Les régleurs travaillent souvent en équipe et ont l’opportunité de développer leurs compétences techniques.

A ne pas manquer :  Comment devenir électricien ?

En revanche, le métier de régleur peut être physiquement éprouvant et exigeant, avec des horaires irréguliers et des périodes de pointe. Ce professionnel subit le bruit, la chaleur et les odeurs et se doit de faire preuve d’une grande précision dans le travail effectué.

Les compétences et qualités requises pour le métier de régleur

Le régleur doit être précis, méticuleux et doit faire preuve de concentration, ce qui est essentiel pour éviter les erreurs qui pourraient interrompre le processus de fabrication. L’autonomie et la réactivité sont également primordiales, en particulier lorsqu’il s’agit de gérer des situations de crise.

Les compétences techniques, comme la maîtrise des langages de programmation et la capacité à lire des plans industriels, sont tout aussi importantes. De plus, la capacité d’adaptation et la volonté d’apprendre continuellement sont essentielles pour rester à jour avec les évolutions technologiques.

Par ailleurs, le travail peut nécessiter des horaires flexibles, y compris le travail de nuit et les week-ends. Finalement, une bonne communication et la capacité à travailler en équipe sont des atouts pour collaborer efficacement avec les autres opérateurs.

L’état du recrutement dans le secteur

Les régleurs peuvent être recrutés par des entreprises de différents secteurs comme l’industrie automobile, l’aéronautique, la métallurgie, la plasturgie, etc.

L’état du marché de l’emploi pour les régleurs peut varier en fonction de la demande de services de réglage et des fluctuations économiques de l’industrie. Cependant, avec la croissance continue de l’industrie manufacturière, la demande pour les régleurs est généralement stable.

À lire aussi :