Comment devenir ascensoriste ?

L’ascensoriste gère l’installation, la maintenance et la réparation des ascenseurs. Quelles sont les études qui permettent de devenir ascensoriste ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier ascensoriste.

Ascensoriste Au Travail Sur Un Ascenseur
© istock

Qu’est-ce qu’un ascensoriste ?

L’ascensoriste analyse d’abord les plans de l’ouvrage. Ensuite, il équipe la cage de l’ascenseur : moteurs, barres de guidage, portes et boutons d’appel. Les câblages et raccordements électriques sont ensuite mis en place. Il assemble la cabine et procède à des contrôles et ajustements avant l’exploitation.

Ce professionnel assure aussi la maintenance de ces appareils de levage. Il réalise des vérifications, des nettoyages et ajuste régulièrement les dispositifs. S’il y a une défaillance, il remplace la pièce en cause. Toujours attentif aux besoins des utilisateurs, il adapte les équipements. Il veille aussi à leur conformité avec les normes en vigueur.

Après chaque opération, il teste l’appareil et consigne ses interventions. Souvent seul ou en binôme, il organise sa journée de travail. Il opère dans diverses structures comme les hôpitaux ou les immeubles de bureaux. Pour cela, il utilise une multitude de techniques liées à divers domaines comme l’électronique ou la mécanique.

Quel est le salaire d’un ascensoriste ?

Le salaire moyen d’un ascensoriste est d’environ 2 000 € à 3 500 € brut par mois.

Comment devenir ascensoriste ?

Se former au métier d’ascensoriste (formation initiale)

Pour exercer la profession d’ascensoriste, il faut un niveau bac. Deux bacs professionnels sont privilégiés :

  1. Électrotechnique.
  2. Maintenance des équipements industriels.

Postérieurement à la troisième, il est possible de passer trois ans pour obtenir l’un de ces diplômes.

Bon à savoir : Pour une expertise accrue, l’ajout d’une Mention Complémentaire Technicien Ascensoriste en un an est envisageable.

Après le bac, deux années supplémentaires permettent d’obtenir le BTS Maintenance des Systèmes. Certains choisissent la voie de l’alternance pour leur formation.

A ne pas manquer :  Comment devenir sophrologue ?

Se reconvertir pour devenir ascensoriste (formation continue)

Les professionnels en reconversion ont aussi accès à des formations spécifiques. Des entreprises du secteur proposent en outre des programmes internes. La formation continue offre des opportunités pour les techniciens déjà en exercice. Ainsi, diverses voies existent pour acquérir les compétences requises pour ce métier.

Bon à savoir : Les formations continues de type CAP ou BTS peuvent être suivies au sein des Greta, des groupements d’établissements publics locaux d’enseignement. Ces structures éducatives mutualisent leurs compétences afin de proposer des formations adaptées aux adultes en quête de développement professionnel.

Débouchés et évolutions de carrière

Le secteur des ascenseurs comprend à la fois des PME et quatre géants mondiaux. Ces entreprises se répartissent entre la fabrication et l’installation d’ascenseurs et autres appareils de mobilité, et la maintenance et la rénovation.

Les modifications réglementaires ont conduit à une augmentation des embauches. En France, l’Île-de-France centralise la moitié des besoins. Cependant, les professionnels expérimentés peuvent trouver des débouchés ailleurs.

Avec le temps et l’expérience, l’évolution vers des postes de responsabilité comme chef d’équipe ou chef de travaux est envisageable. La spécialisation sur certains matériels est également une option. L’acquisition de compétences commerciales peut ouvrir la voie vers des postes de technico-commerciaux.

À noter : Les sociétés de gestion d’infrastructures et les entreprises spécialisées dans l’installation et la maintenance d’ascenseurs sont à l’origine de la majorité des embauches.

Pourquoi devenir ascensoriste : avantages et inconvénients

L’ascensoriste peut bénéficier d’une carrière stable et d’une demande constante pour les services d’installation et de maintenance des ascenseurs. Dans ce secteur, les salaires sont compétitifs et ce professionnel gère une diversité de tâches. Il a la satisfaction de contribuer à assurer la mobilité des personnes.

A ne pas manquer :  Comment devenir psychanalyste ?

En revanche, ce professionnel peut subir des horaires irréguliers, notamment lors d’interventions d’urgence souvent imprévisibles. Il peut avoir à faire face à des risques pour la sécurité lors de la maintenance et des réparations, et doit travailler en hauteur et dans des espaces confinés.

Les compétences et qualités requises pour le métier d’ascensoriste

Un ascensoriste gère des équipements complexes, qu’ils soient électriques ou hydrauliques. Il doit être à l’aise avec les technologies actuelles et passées. Son expertise couvre plusieurs domaines : mécanique, électrotechnique, électricité, électronique et informatique.

Les tablettes, fournissant des documentations techniques, sont ses alliées. Rigoureux et méthodique, il intervient en autonomie sur le parc d’appareils attribués. Ses interlocuteurs variés nécessitent un sens relationnel affirmé.

Sa condition physique doit être excellente et ce professionnel est amené à respecter les normes de sécurité, sans vertige ni problème de dos. S’adapter à une clientèle diversifiée est une qualité appréciée. Parfois, des interventions de nuit, les week-ends ou jours fériés sont requises. Face aux usagers mécontents, le dialogue est sa meilleure arme.

L’état du recrutement dans le secteur

Le métier d’ascensoriste a devant lui une carrière pleine de promesses, notamment avec la mise aux normes des ascenseurs imposée par la récente législation. Ce type de chantier d’envergure s’étend sur plusieurs décennies.

L’émergence des escaliers mécaniques et trottoirs roulants ouvre de nouvelles perspectives pour les ascensoristes dans la maintenance, la modernisation, le dépannage et l’installation. Ces opportunités assurent un avenir radieux pour ce métier en constante évolution.

À lire aussi :