Copropriétaires : adhérez à un syndic de copropriété

Toute copropriété doit avoir un syndic pour la représenter légalement. Celui-ci est élu par majorité absolue au cours d'une assemblée générale de tous les copropriétaires. Il est possible d'élire un syndic bénévole ou d'opter pour un syndic coopératif. Ces deux solutions ont l'avantage d'être économiques et d'impliquer les copropriétaires dans l'administration et la gestion financière de leur immeuble. Il est également possible de recourir au service d'un syndic professionnel. Il a l'avantage d'avoir une bonne maîtrise de la gestion d'une copropriété. Il se charge de toutes les tâches administratives.

Dans tous les cas, le mandat d'un syndic de copropriété est limité. Il peut être renouvelé si les copropriétaires sont satisfaits. Ils peuvent également demander une révocation du syndic avant la fin de son mandat en cas de manquement à ses missions.

Media Coproprietaires Copropriete Adherez Syndic
© istock

Qu'est-ce qu'un syndic de copropriété ?

Le syndic de copropriété désigne une personne morale ou physique chargée de gérer la copropriété et d'administrer les finances. Les détails de ce système sont définis par la loi du 10 juillet 1965. Les copropriétaires doivent avoir un représentant dès la naissance de la copropriété. Vous pouvez ainsi engager un syndic professionnel pour un immeuble neuf en raison de son expérience dans ce domaine. Il existe également d'autres types de syndics de copropriété, dont le syndic coopératif et le syndic bénévole. Dans ce cas, la personne volontaire doit avoir l'approbation des autres copropriétaires au cours d'une assemblée générale.

Il est d'ailleurs important de ne pas confondre le syndic de copropriété avec d'autres entités. Cela concerne le syndicat des copropriétaires. Il se charge uniquement de la vie de la copropriété, notamment les règles à suivre. En revanche, le syndicat des copropriétaires ne gère ni l'administration ni les finances de l'immeuble.

L'autre entité est le conseil syndical. Ses membres ont été élus au cours d'une assemblée générale. Leur rôle principal est de contrôler les actions effectuées par le syndic. Le conseil syndical est également l'intermédiaire entre le syndic et les copropriétaires. Cependant, les copropriétés ne sont pas tenues d'avoir cette instance.

Comment choisir un syndic de copropriété ?

Un syndic provisoire est choisi au moment de la création de la copropriété. Sa désignation résulte souvent d'un accord entre les copropriétaires et le promoteur. Celui-ci peut également prendre une décision unilatérale pour désigner un syndic provisoire. Le représentant choisi a pour mission d'organiser une première assemblée générale des copropriétaires. Cette réunion permet alors de désigner le syndic de copropriété. Il peut s'agir de la personne qui a endossé ce rôle provisoirement. Les personnes souhaitant devenir syndics bénévoles doivent présenter leur candidature au cours de l'assemblée générale. Les copropriétaires procèdent ensuite à un vote. Pour être élu, le syndic doit avoir au moins la moitié des voix exprimées.

A ne pas manquer :  Quel est le délai pour restituer le dépôt de garantie ?

Le syndic choisi par les copropriétaires a un mandat d'un an s'il a contribué à la construction de l'immeuble. Il peut s'agir du promoteur lui-même ou de l'architecte ayant travaillé sur le chantier. Cette clause concerne également leurs proches et qui ont été élus comme syndics bénévoles. En revanche, la durée d'un mandat est de 3 ans maximum pour les autres cas.

L'assemblée générale procède à un nouveau vote dans les 3 mois avant la fin du mandat du syndic de copropriété. Il est possible de renouveler son mandat ou d'élire un nouveau représentant. Le conseil syndical ou les copropriétaires peuvent ainsi présenter les contrats proposés par des syndics professionnels.

Les avantages du recours à un syndic de copropriété

Chaque type de syndic de copropriété a des avantages considérables.

Le syndic de copropriété professionnel

Vous bénéficiez de nombreuses garanties en plus d'une expertise dans l'administration et la gestion financière de la copropriété. En effet, cette tâche est complexe. Elle requiert certaines compétences pour assurer une bonne gestion de la copropriété. Le syndic professionnel est d'ailleurs soumis à une réglementation qui encadre cette profession. Il doit disposer d'une carte professionnelle délivrée par la préfecture. Il a, par ailleurs, souscrit une assurance de responsabilité civile professionnelle.

alt = Syndic de copropriété
© istock

Le cas du syndic coopératif

Les copropriétaires peuvent se passer du service d'un syndic professionnel grâce au syndic coopératif. Vous pouvez ainsi réaliser des économies sur les honoraires. En effet, ceux-ci sont relativement coûteux d'autant plus que vous devez également payer des frais supplémentaires. La somme économisée permet de financer des travaux d'envergure visant à améliorer la copropriété. Grâce au syndic coopératif, les copropriétaires connaissent exactement les actions entreprises. Cet avantage offre la possibilité de suivre les différents dossiers. Les problèmes sont traités plus rapidement, car tous les copropriétaires sont impliqués dans la vie de l'immeuble. Les prises de décision sont accélérées et la communication est plus fluide.

A ne pas manquer :  Panneaux solaires plug and play : le guide complet

Le fonctionnement du syndic bénévole

Il est élu par l'assemblée générale pour représenter légalement les copropriétaires. Il est en mesure de signer des contrats au nom de la copropriété. Il peut également être sollicité pour résoudre des conflits. Comme son nom l'indique, il travaille bénévolement. De ce fait, la copropriété réalise d'importantes économies. Il doit seulement avoir une bonne notion en matière de comptabilité et de justice. Toutes les décisions prises le concernent également, car il fait partie des copropriétaires.

Peut-on changer de syndic de copropriété ?

Il est possible de changer le syndic de copropriété. L'assemblée générale doit réaliser un nouveau vote. Celui-ci peut également être organisé par le gestionnaire lui-même, notamment lorsqu'il ne veut pas que son mandat soit reconduit.

Un syndic de copropriété peut également être remplacé en cas de graves manquements à ses missions. Cela concerne la non-exécution des décisions prises par l'assemblée générale. Il en va de même pour les charges impayées ou les fautes relatives à la gestion de la copropriété. Dans ce cas, les copropriétaires ou le conseil syndical peuvent demander son renvoi. La révocation du syndic de copropriété doit être votée en assemblée générale. Elle doit obtenir la majorité absolue.

Avant de procéder au vote du nouveau syndic de copropriété, l'assemblée générale doit examiner en détail toutes les propositions existantes. Il est également possible de demander au syndic en place d'inscrire cette action dans l'ordre du jour. Bien évidemment, un procès-verbal est rédigé pour toutes les réunions. Tous les copropriétaires doivent le recevoir au plus tard 1 mois après l'assemblée générale.

À lire aussi : Comment faire modifier un règlement de copropriété ?