Encadrer les hautes rémunérations : les arguments contre

Les arguments contre l'encadrement sont fondés sur l'hypothèse que les salaires sont fonction du talent. Vouloir encadrer les hauts revenus revient dans ce sens à pénaliser les meilleurs et les inciter à l'exil privant ainsi l'économie nationale d'un potentiel de production de richesse.

Cette hypothèse est également renforcée par le rôle stratégique joué par le salaire. Celui-ci est assimilé à contrat entre l'entreprise et le salarié : puisqu'il y a asymétrie d’information entre les deux parties prenantes, il faut aligner au mieux les intérêts du salarié sur ceux de son employeur, notamment via une partie fixe et une partie variable du salaire.

Un tel contrat incitatif offre un surplus de rémunération en cas de bons résultats ex post plus on est face à des activités où l'impact de l'effort marginal et les efforts de supervision sont élevés, plus la partie incitative du salaire doit être élevée. Au contraire d'une productivité essentiellement d'origine sociale telle que décrit par Sterdyniak, le salaire aurait ainsi un effet de levier considérable, Cabaix et Landier ont démontré que la forte augmentation des revenus des dirigeants peut largement être attribuée à la multiplication de la taille des entreprises.

Limiter le niveau des rémunérations peut ainsi freiner la croissance des entreprises

D'autres avantages sont attribués à la fonction d'incitation : celle-ci motiverait les salariés qui espèrent un jour prétendre à ce type de rémunération. Par ailleurs, la perspective d'une forte rémunération est un moteur essentiel de la démarche entrepreneuriale. Elle va de pair avec le phénomène de « sur-optimisme » constaté chez les entrepreneurs, qui surévaluent souvent la probabilité de réussite.

L'encadrement des hauts revenus risque donc de contrarier ce phénomène et de faire baisser l'innovation et la création d'entreprise.

Enfin, il est contreproductif de plafonner les (hauts) revenus si l'ascenseur social fonctionne et si le dynamisme des revenus permet de compenser des inégalités de patrimoine (toujours très répandues).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.