Les Perspectives économiques en France

Après que l'économie française ait pris un virage à 180 degrés pour le moins inattendue, les derniers indicateurs de la deuxième partie de l'année suggèrent que l'activité économique gagnera du terrain en 2017.

La production industrielle a augmenté en Août et les principaux indicateurs tels que le climat des affaires a augmenté en Septembre. Alors que le PMI manufacturier a diminué légèrement en Octobre, la lecture encore souligné solide expansion dans le secteur privé.

Le gouvernement a présenté son dernier budget avant les élections présidentielles de l'année prochaine, qui vise à soutenir la croissance et l'emploi tout en remplissant ses obligations de réduction du déficit.

Le projet de loi comprend ambitieusement les réductions d'impôts pour les ménages à faible revenu et des entreprises ainsi que l'augmentation des dépenses en matière d'éducation, de l'emploi et de la sécurité. Pour atteindre ces objectifs « contradictoires », le gouvernement espère une croissance du PIB atteindra 1,5% en 2017… Décryptage.

France Économie : les données en chiffres

2011 2012 2013 2014 2015
Population (en millions) 63,1 63,4 63,7 63,9 64,2
PIB par habitant (EUR) 32632 32920 33272 33379 33990
PIB (Mds d'euros) 2058 2086 2118 2134 2183
La croissance économique (PIB, variation annuelle en %) 2.1 0.0 0,8 0,2 1.2
La demande intérieure (variation annuelle en %) 0,9 0,3 0,6 0,5 1.1
Consommation (variation annuelle en %) 0,4 -0.2 0,5 0,7 1.4
Investissement (variation annuelle en %) 2.1 0,3 -0.5 -1.2 0.0
Exportations (G & S, variation annuelle en %) 7.1 2.6 1.8 2.4 6.1
Importations (G & S, variation annuelle en %) 6.5 0,8 1.8 3.9 6.7
Production industrielle (variation annuelle en %) 3.0 -2.3 -0.4 -0.8 1.8
Les ventes au détail (en variation annuelle en %) 3.4 1.9 1.8 2.3 3.8
Taux de chômage 9.2 9.8 10.3 10.3 10.4
Solde budgétaire (% du PIB) -5.1 -4.8 -4.0 -4.0 -3.5
Dette publique (% du PIB) 85,2 89,6 92,4 95,4 95,8
Taux d'inflation (IPCH, variation annuelle en %, EOP) 2.7 1.5 0,8 0,1 0,3
Taux d'inflation (IPCH, variation annuelle en %) 2.3 2.2 1.0 0,6 0,1
L'inflation (PPI, variation annuelle en %) 5.4 2.8 0,3 -1.4 -2.2
Taux d'intérêt des politiques (%) 1.00 0,75 0,25 0,05 0,05
Stock Market (variation annuelle en %) -17.0 15.2 18,0 -0.5 8.5
Taux de change (vs USD) 1.30 1.32 1,38 1.21 1.09
Taux de change (vs USD, aop) 1,39 1,29 1,33 1,33 1.11
Compte courant (% du PIB) -1.7 -2.1 -1.3 -0.7 -
Solde du compte courant (Mds d'euros) -35.0 -44.0 -28.0 -20.0 -3.0
Balance commerciale (milliards d'euros) -76,6 -70,6 -62.3 -58.0 -45.0

L'Économie Française :  Présentation

L'économie de la France est le cinquième plus grand dans le monde et représente environ un cinquième du produit intérieur brut de la zone euro (PIB). Actuellement, les services sont le principal contributeur à l'économie du pays, avec plus de 70% du PIB provenant de ce secteur.

Dans le secteur manufacturier, la France est l’un des leaders mondiaux dans les secteurs de l'automobile, de l’aérospatiale et ferroviaire, ainsi que dans les cosmétiques et les produits de luxe. En outre, la France dispose d’une main - d'œuvre hautement qualifiée et le plus grand nombre de diplômés en sciences par millier de travailleurs en Europe.

Dans le secteur extérieur, le plus proche partenaire commercial de la France est l’Allemagne, qui représente plus de 17% des exportations de la France et 19% des importations totales. Les principales exportations de la France sont les machines et le matériel de transport, du matériel et des matières plastiques aérospatiales, tandis que les importations primaires comprennent les machines, les voitures et le pétrole brut.

En outre, la France est le pays le plus visité dans le monde, faisant du tourisme un secteur important dans l'économie.

Par rapport à ses pairs, l'économie française a subi la crise économique relativement bien. Protégé, en partie, par une faible dépendance à l' égard du commerce extérieur et taux de consommation privés stables, le PIB de la France uniquement contracté en 2009. Les taux de chômage plutôt lents et élevés Toutefois, la reprise a été, en particulier chez les jeunes, demeurent une préoccupation croissante pour les décideurs. Après le début de la crise, l’économie stagne et le pays a dû faire face à plusieurs défis économiques. Les recettes fiscales du gouvernement ont diminué et le pouvoir d'achat des consommateurs a diminué. Les responsables politiques ont tenté de moderniser l'économie; Cependant, cela a été un processus difficile. L'ancien gouvernement Sarkozy est devenu très impopulaire, en partie en raison de son programme de réforme. Néanmoins, avec un déficit budgétaire du gouvernement qui est supérieur à la moyenne de la zone euro et les prévisions de croissance faible, le gouvernement Hollande actuelle est confronté au défi de restaurer les finances publiques de la France, tout en encourageant la croissance économique.

Histoire économique

Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de centre-gauche de Charles De Gaulle mis en œuvre une politique économique de dirigisme lors de la reconstruction du pays. L'Etat a pris le contrôle de certains secteurs clés, y compris le transport, l’énergie et les communications, et mettre en place une agence de planification pour réguler l’activité économique. Le premier plan national de développement économique, le Plan Monnet, et les plans ultérieurs sont devenus une caractéristique distinctive de la politique économique d’après-guerre de la France. En outre, De Gaulle a commencé la construction d'un Etat-providence en France et mis en place des institutions clés comme la sécurité sociale et des comités qui restent aujourd'hui.

Stratégie économique d’après-guerre de la France a prouvé pour réussir et la France est entrée "Les Trente Glorieuses", une période de croissance économique accélérée, connaît élevés des gains de productivité, le PIB et les salaires réels. En 1983, le montage de la dette publique, les pressions inflationnistes et les déséquilibres internes et externes a amené le gouvernement français à la transition de «dirigisme» pour entrer dans une ère "de la rigueur» ou une ère de privatisation. Le gouvernement a commencé à se retirer de l’intervention économique directe, la privatisation de certaines entreprises publiques et l'adoption de politiques plus orientées vers le marché. Cependant, les restes de "dirigisme" peuvent encore être trouvés dans l'économie française aujourd'hui que le gouvernement continue de détenir des participations importantes dans une gamme de secteurs clés.

Tout au long de cette période, le gouvernement français, ainsi que principal partenaire commercial Allemagne, a préconisé une intégration économique accrue européenne. La France a été un membre fondateur du charbon et de l’acier, Communauté européenne et la Communauté économique européenne, les organisations de précurseurs de l'Union européenne. En outre, la France a été l’un des premiers pays à adopter l'euro et l'économie française reste très intégrée avec l’Europe aujourd'hui.

Ces dernières années, la France, semblable à de nombreux pays européens, a connu une croissance stagne et les défis budgétaires. En vertu de l’ancien président Sarkozy, le pays adopté des mesures d'austérité pour lutter contre le déficit budgétaire et la dette publique.

Cependant, le PIB de la France est resté pratiquement inchangé depuis 2011 et le taux de chômage reste élevé. Pour relancer l'économie française, l’actuel président Hollande fait face à la tâche de réduire les dépenses publiques tout en stimulant la création d'emplois.

Balance des paiements

Depuis 2005, la France a maintenu un déficit du compte courant, principalement tirée par le commerce des marchandises. Pourtant, en 2013, le déficit commercial de la France a été ramené à son niveau le plus bas depuis 2010, bien que cette baisse a été principalement causée par le fait que les exportations ont chuté moins rapidement que les importations.

En conséquence, les entrées de capitaux ont également fluctué dans le passé, généralement conduits par de grandes quantités d'investissements directs étrangers (IDE). France a été classé 10 dans le monde pour les IDE entrants en 2010 et a toujours été une destination d’IDE de premier plan. Cependant, l’IDE a connu une forte baisse en 2013, se contractant de 77%.Les pays les plus importants investissements en France sont les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni.

Structure commerciale

France est le deuxième plus grand exportateur en Europe après son plus grand partenaire commercial Allemagne. En particulier, la France consomme de grandes quantités de biens de consommation importés, qui sont moins chers que les produits "Made in France". La France est aussi un importateur net de pétrole et reste sensible aux variations des prix.

La France est membre de l'Union européenne (UE) et suit une politique commerciale similaire à d’autres Etats membres avec un taux de droit commun de l’UE moyen pondéré. En outre, la France et les autres Etats membres de l’UE ont un certain nombre d'accords commerciaux bilatéraux et régionaux et sont membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). La France est une économie relativement ouverte; Cependant, certains obstacles au commerce sont présents. Parmi les produits, de nombreux produits agricoles sont protégés au niveau européen, une politique que la France a préconisé, et les agriculteurs français ont toujours été dépendants des subventions gouvernementales. La France reçoit de grandes quantités d'IED et les règlements d'investissement sont généralement transparents, bien que de nombreux obstacles bureaucratiques persistent. En revanche, le secteur financier est relativement fermé, avec seulement quelques banques étrangères opérant dans le pays.

Les exportations de la France

La France exporte une large gamme de produits et services et a un ratio proche exportations au PIB à 30%. Les plus élevés des biens de valeur en dollars des exportations de la France comprennent les machines, véhicules aériens et spatiaux, véhicules, équipements électroniques et de produits pharmaceutiques. En outre, la France est l’un des plus grands exportateurs mondiaux de produits agricoles et de la ferme et est réputé pour ses vins, spiritueux et fromages. Le gouvernement français accorde des subventions importantes à ce secteur et la France est le plus grand exportateur de produits agricoles en Europe. Parmi les services, le tourisme est une exportation clé et la France est le pays le plus visité au monde. Autres services clés exportés comprennent des services d'affaires et de transport.

La majorité des exportations de la France sont à des nations européennes, avec seulement environ un tiers de toutes les exportations vont vers les économies hors d’Europe. La France exporte la plus grande quantité de biens et services à l’Allemagne, suivie par la Belgique, l'Italie, l’Espagne et le Royaume-Uni. En dehors de l'Union européenne, les États-Unis sont la principale destination des exportations françaises.

Les importations en France

Au cours des dernières années, la France a été un importateur net, la consommation d’une grande quantité de biens et services importés. Les principales importations de la France sont les machines, les véhicules, le pétrole brut et les avions. Parmi les services, les plus grandes importations en France sont des services de transport et de voyage.

Comme pour les exportations, la majorité des importations proviennent de pays européens, qui représentent 68% des importations totales. Les principaux partenaires à l'importation de la France sont l’Allemagne, la Belgique, l’Italie et l’Espagne. En dehors de l'Union européenne, la France importe la plupart des marchandises en provenance de Chine. France, en tant que membre de l'UE, suit le taux commun de l’UE moyenne pondérée des droits de douane sur les importations sélectionnées.

Politique économique

Depuis les années 1980, le gouvernement de la France a favorisé le capitalisme et les politiques orientées vers le marché. Le gouvernement a partiellement ou totalement privatisées nombreuses industries nationales, y compris Air France, France Télécom et Renault, et aujourd'hui les dirigeants de la France restent attachés au capitalisme. Cependant, le gouvernement français joue encore un rôle dans certains secteurs nationaux clés, tels que l'agriculture, et il va intervenir sur le marché pour modérer certaines inégalités économiques et sociales.

Depuis la crise économique, le gouvernement de la France a dû réévaluer cet aspect de sa politique économique. Malgré les récents changements apportés aux politiques de la France, une plus grande réforme peut être nécessaire pour relancer l'économie. France est classé 141 sur 144 pays sur "embauche et de licenciement pratiques", selon Global Compétitivités Report du Forum économique mondial et de nombreux critiques plaider en faveur de la réforme du marché du travail. En outre, le marché immobilier de la France est en situation de stress en raison des prix élevés et une faible activité du marché. Notamment, les décisions de politique économique française sont influencées par les politiques européennes communes de l’Union et des objectifs, ainsi que l'adhésion de la France dans les organisations supranationales telles que l’OMC et le G7.

Politique budgétaire

Au cours des dernières décennies, la France, ainsi que de nombreux autres pays européens, a connu une augmentation de la taille du gouvernement et une accumulation de la dette publique.

Depuis la crise économique, le gouvernement a dû faire face à de nouvelles réalités économiques et a utilisé la politique budgétaire comme un outil pour stimuler l'économie et de réduire le déficit budgétaire. L’ancien président Sarkozy a pris des mesures d'austérité, principalement des coupes budgétaires et des hausses d'impôts, pour tenter de relancer l'économie française et de réduire le déficit budgétaire du pays. Cependant, l’actuel président Hollande a été élu sur une campagne visant à éliminer le déficit budgétaire en augmentant les impôts sur les riches, tout en maintenant les dépenses du gouvernement. Après avoir raté les objectifs de déficit et avec l'économie française toujours des faibles taux de croissance, Hollande a dû réévaluer sa politique fiscale et en 2014 il a promis de réduire les dépenses publiques de 50 milliards d’euros au cours des trois prochaines années.

La politique monétaire de la France

La Banque de France est la banque centrale de la France et est responsable de la mise enœuvre de la politique monétaire de la France. Depuis 1999, la France a suivi la politique monétaire commune de la zone euro fixé par la Banque centrale européenne (BCE). L'objectif principal de la politique monétaire de la BCE est de maintenir la stabilité des prix dans la zone euro. Aujourd'hui, la Banque de France est liée à la BCE et met en œuvre la politique de taux d'intérêt fixé par le Système européen de banques centrales.

La BCE est engagée à maintenir l’inflation en dessous, mais proche de 2% à moyen terme. Afin d'atteindre cet objectif, la BCE utilise un ensemble d'instruments de politique monétaire, y compris la fixation du taux de dépôt de garantie et le taux de refinancement de référence. Depuis la récente crise économique, l’inflation est tombée en dessous de 1%, dans la "zone de danger", provoquant la BCE à prendre des mesures sans précédent de la politique monétaire. En 2014, la BCE a réduit le taux principal de refinancement à un niveau record de 0,15% et est devenue la première grande banque centrale à adopter toujours un taux de dépôt négatif.

Autrefois, contrairement à la Réserve fédérale, la BCE n'a pas acheté généralement obligations pure et simple. Au lieu de cela, la BCE utilise des opérations inverses, accords de rachat ou des prêts garantis, pour manipuler la masse monétaire. Cependant, au cours de la récente crise de la dette souveraine, les obligations de la BCE acheté émises par des pays de la zone euro faibles pour stimuler la liquidité.

Politique de change de la France

Depuis l'adoption de l'euro, la politique de taux de change de la France a été déterminé par la BCE. Les membres de la zone euro ont décidé en 1998 d'adopter un régime de taux de change, ce qui permet à l'euro de flotter librement. En permettant à l'euro de flotter, les taux d'intérêt des objectifs de la BCE plutôt que les taux de change et ne pas intervenir sur les marchés des changes.

L'euro est la deuxième monnaie de réserve du monde après le dollar américain et est utilisé comme un pion pour plusieurs pays en dehors de la zone euro. En outre, la couronne danoise et le litas lituanien sont liés à l'euro à travers le mécanisme de change européen II.

Depuis son introduction, le taux de change USD / euro a flotté dans une plage de 0,90 USD par euro (moyenne annuelle sur la période) et 1,47 USD par euro (moyenne annuelle sur la période). Après avoir atteint son apogée en 2008, l'euro est déprécié au milieu des craintes d'un éclatement de la zone euro potentielle provoquée par la crise de la dette souveraine grecque.

Alors que l'euro a gagné du terrain depuis lors, l’incertitude quant à l'évolution de la crise de la dette continue d'influer sur le taux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience utilisateur possible, de mesurer l'audience et de vous proposer des publicités en lien avec vos centres d'intérêt. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies conformément à notre politique de confidentialité.