L’assurance habitation : comment ça marche ?

L’assurance habitation que l’on appelle aussi MRH (Multirisque Habitation) est une assurance destinée aux habitations de particuliers et leurs annexes.

Assurance Habitation Fonctionnement

Obligatoire pour les locataires, en France, la loi ne vous oblige pas à souscrire une assurance habitation si vous êtes propriétaire. Cependant, en cas de sinistre vous pourriez dans ce cas être tenu responsable des dégâts occasionnés à vos voisins et assumerez la totalité des dégâts causés à vos biens propres.

Il existe plusieurs types d’assurance Multirisques habitation : assurances propriétaires, assurances de copropriétés et assurances locataires.

Assurance Multirisque Habitation : quelles garanties ?

Les assurances habitations comportent souvent trois types de garanties : les dommages matériels, la responsabilité civile et les garanties annexes.

Les dommages matériels qui peuvent être couverts sont en général : l’incendie, les dégâts des eaux, les catastrophes naturelles, technologiques et les événements climatiques, les attentats et actes de terrorisme, le cambriolage, le vol et le vandalisme, le bris de glace, les dommages électriques, les dégâts au mobilier, les bijoux, le jardin et ses clôtures.

En ce qui concerne la responsabilité civile et les garanties annexes, elles peuvent être plus ou moins étendues selon les assureurs.

Les assureurs proposent la plupart du temps 3 types de contrats : un basic, un intermédiaire et un haut de gamme. A vous de choisir le contrat qui vous convient, selon votre budget et l’étendue des garanties que vous souhaitez vous voir proposer.

Comment est calculée la prime habitation ?

Les principaux facteurs qui influencent le montant de votre prime d’assurance multirisque habitation sont:

  1. Propriétaire ou locataire: Etant donné que l’étendue des garanties est plus large quand vous êtes propriétaire, attendez-vous à une prime plus élevée.
  2. Résidence principale ou secondaire: La prime est souvent plus élevée pour une résidence secondaire que pour une résidence principale. Cela s’explique par un risque de « vol » plus important induit par des périodes d’inhabitation plus longues.
  3. La situation géographique du logement: les risques de sinistres ne sont pas identiques selon le lieu. La prime payée est généralement moins élevée pour un logement situé dans une zone rurale que pour un logement à Paris par exemple.
  4. Le nombre de pièces principales: plus le nombre de pièces principales à assurer est important, plus la prime augmente.
  5. Le capital mobilier à assurer: le montant de la prime payée augmente avec celui du capital mobilier à assurer.
A ne pas manquer :  L'assureur peut-il résilier un contrat assurance habitation après un sinistre ?

Les points clés à surveiller

Il est important de prendre connaissance des détails relatifs aux garanties suivantes avant de prendre une décision de souscription :

  1. Qui sont les personnes assurées en Responsabilité Civile ?
    2. Quelles sont les personnes indemnisables en cas de sinistre ?
    3. Quelle est la valeur retenue comme base d’indemnisation des biens sinistrés ?
    4. Quel est le plafond de chaque garantie et éventuellement la franchise restant à charge ?
    5. Quelle est la définition des biens garantis ?
    6. Quelles sont les conditions de la garantie Vol ?
    7. Quelles sont les garanties optionnelles ?
    8. Quelles sont les exclusions ?
    9. Quelles sont les prestations en Assistance et en Protection Juridique ?

Deux points clés sont tout particulièrement importants à surveiller dans les contrats d’assurance habitation : le montant des franchises et la notion de vétusté.

Il est important, pour bien choisir votre assurance, de comparer les niveaux de couverture proposés. La formalisation des clauses et des garanties ainsi que les prix sont libres, ce qui peut entraîner certaines surprises, en particulier dans le cas de contrats à faibles mensualités.

Ainsi en cas de sinistre, vous ne serez remboursé que pour des dégâts d’un montant supérieur à la franchise… Pour des accidents n’occasionnant que de faibles dégâts, comme un dégât des eaux par exemple, il est possible que vous ne soyez pas remboursé. Il convient de faire attention à choisir un niveau de franchise raisonnable.

Les assureurs proposent souvent des contrats qui incluent à la fois les dommages immobiliers et mobiliers. En ce qui concerne le mobilier, il conviendra d’être particulièrement attentif. En effet, une décote à la valeur des biens en fonction de leur âge peut s’appliquer : la vétusté.

A ne pas manquer :  Les avantages de souscrire une mutuelle en ligne

D’un assureur à l’autre, la décote de valeur liée à la vétusté peut être très différente. Vous retrouverez aussi dans certains contrats un remboursement « à neuf » de vos biens détruits ou volés. Mais soyez attentifs, car d’une compagnie ou d’un contrat à l’autre la notion de valeur à neuf peut varier fortement. Il est important que vous compariez cela avec beaucoup d’attention.

Comment procéder en cas de vols/incendies ou tout autre sinistre ?

Il est important de déclarer le sinistre le plus tôt possible par LRAR (lettre recommandée avec accusé de réception) en donnant le plus de précisions possibles sur l’objet et les circonstances du sinistre (la nature, la date, l’heure, le lieu, les circonstances, les victimes, l’évaluation des dégâts).

Le délai dont vous disposer pour déclarer un sinistre est de 5 jours en règle générale, sauf pour le vol (2 jours), en cas de catastrophe naturelle (10 jours après l’arrêté paru au journal officiel.

Tous ces délais courent à compter du jour où l’assuré en a eu connaissance et il convient de lire les conditions de déclaration de sinistre dans la police d’assurance afin d’en respecter les termes et précisions.

Il est possible, selon les situations, que votre assureur fasse appel à un expert indépendant ou à une entreprise agréée pour estimer le montant des réparations ou des biens. Noté que dans le cadre d’une assurance habitation, le prix remboursé ne peut dépasser la valeur des dommages.