Comment devenir chaudronnier ?

Le chaudronnier travaille les feuilles de métal. Quelles études faut-il faire pour devenir chaudronnier ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier chaudronnier.

Atelier De Fabrication Où L'on Travaille L'acier
© istock

Qu’est-ce qu’un chaudronnier ?

Le chaudronnier travaille le métal sous différentes formes. Il peut s’agir de feuilles, de tubes ou de profilés qu’il façonnera pour obtenir divers objets. Dans la plupart des cas, il manipule des pièces d’acier, d’aluminium, de laiton, de cuivre ou de plomb. Ce professionnel réalise des coques de navires ou des cuves en inox, il peut fabriquer des citernes agricoles ou des mâts d’éoliennes et bien d’autres éléments.

L’essentiel de son travail est réalisé dans un atelier. Le chaudronnier est appelé à lire des plans et à tracer des formes sur les feuilles de métal avant de découper les éléments un à un. Plusieurs techniques lui permettent de former les éléments ainsi obtenus. Il peut s’agir de pliage, d’emboutissage ou de cintrage.

Lorsque les différentes pièces ont la forme voulue, ce spécialiste procède à un assemblage par soudage ou rivetage. Il peut intervenir dans son atelier ou sur un chantier si les installations sont particulièrement volumineuses.

Ce professionnel travaille le plus souvent pour l’industrie et l’on fait régulièrement appel à lui lors de la mise en œuvre de centrales nucléaires ou de gazoducs par exemple. Il utilise des machines-outils sophistiquées de type poinçonneuse ou plieuse à commande numérique ou encore des scanners ou des appareils à soudure laser.

À noter : Ce professionnel est amené à respecter les normes de sécurité et à porter des EPI (équipements de protection individuelle).

A ne pas manquer :  Comment devenir coordinateur pédagogique ?

Quel est le salaire d’un chaudronnier ?

En début de carrière, un chaudronnier est rémunéré à la hauteur du SMIC. S’il est salarié d’un grand groupe, il pourra bénéficier d’un certain nombre d’avantages comme un 13e mois, une prime d’intéressement ou une prime de participation.

Comment devenir chaudronnier ?

Se former au métier de chaudronnier (formation initiale)

Il existe différentes formations permettant d’acquérir les connaissances nécessaires pour devenir chaudronnier. Dès la fin de la 3e, l’étudiant peut préparer un CAP réalisation industrielle en chaudronnerie ou soudage. Il pourra d’ailleurs opter pour l’une des deux spécialités que sont la chaudronnerie ou le soudage, mais s’il le souhaite il pourra également obtenir un bac pro technicien en chaudronnerie industrielle.

Après ce bac, différentes formations s’offrent à lui :

  • en un an, il peut préparer le MC technicien en chaudronnerie aéronautique et spatiale ;
  • en 2 ans, il pourra préparer un BTS conception des processus de réalisation de produits (production unitaire ou production sérielle) ;
  • il existe également un BTS conception et réalisation en chaudronnerie industrielle.

À noter :  L’École polytechnique universitaire de Montpellier délivre un diplôme d’ingénieur avec spécialité mécanique en partenariat avec le syndicat de la chaudronnerie, tôlerie et tuyauterie.

Se reconvertir pour devenir chaudronnier (formation continue)

Le CAP et le BTS peuvent être préparés grâce à la formation continue. Il suffit d’intégrer une structure de type Greta (groupement d’établissements publics locaux d’enseignement). Ces dernières mutualisent les compétences et offrent des formations continues spécialement conçues pour les adultes.

Débouchés et évolutions de carrière

Un chaudronnier expérimenté pourra devenir chef d’atelier ou chef d’équipe.

Certains artisans font le choix de se spécialiser grâce à des formations complémentaires. Ils pourront alors rejoindre des bureaux d’études en devenant dessinateurs ou chargés de méthodes.

A ne pas manquer :  Comment devenir zoologiste ?

D’autres font le choix de monter leur propre structure, ce qui demande un investissement financier conséquent.

Pourquoi devenir chaudronnier : avantages et inconvénients

Le chaudronnier exerce une profession qui offre de nombreux débouchés dans l’industrie. Ce professionnel a l’avantage de travailler en équipe.

En revanche, c’est un emploi qui peut être physiquement éprouvant en raison des contraintes physiques, mais également des conditions de travail difficiles, notamment en raison du bruit ou de la poussière.

Les compétences et qualités requises pour le métier de chaudronnier

Le chaudronnier est un artisan autonome qui travaille avec habileté et précision. Il faut qu’il soit en excellente forme physique pour manipuler des pièces qui peuvent être lourdes et volumineuses.

Il ne doit pas être trop sensible au bruit et il doit être au fait des normes de sécurité. Ce spécialiste est expert dans le maniement d’engins modernes qu’il sait régler, monter et programmer.

Il connaît l’usage des commandes numériques qui permettent d’obtenir des tracés précis. Il connaît les applications informatiques qui commandent les outils qu’il utilise et il fait preuve de dextérité. Comme il travaille le plus souvent en équipe, il est bon qu’il soit d’un caractère sociable.

L’état du recrutement dans le secteur

Le chaudronnier travaille essentiellement dans l’industrie. Il est particulièrement recherché dans le secteur de l’automobile, dans le BTP et dans les industries aéronautiques, ferroviaires et navales.

À lire aussi :