Comment devenir psychomotricien ?

Le psychomotricien aide son patient à s’adapter à son environnement. Quelles études faut-il faire pour devenir psychomotricien ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier psychomotricien.

Jeune Homme En Rééducation Pour La Marche
© istock

Qu’est-ce qu’un psychomotricien ?

Quel est le rôle du psychomotricien ?

Le psychomotricien intervient généralement après un accident ou une maladie. Il permet aux patients de réharmoniser leur corps et leur mental grâce au jeu et à différentes médiations. Il offre une rééducation qui permet de gérer les troubles du geste et les problèmes d’orientation. Grâce à son travail, le patient gagne en qualité de vie.

Ce professionnel intervient auprès des personnes atteintes de bégaiement, d’autisme, d’anorexie, de trouble d’apprentissage de type dyslexie, dysphasie ou dyspraxie. Il pourra s’occuper d’enfants comme d’adultes sur prescription médicale.

La première étape du soin commence par l’élaboration d’un bilan qui pourra être réalisé grâce à un entretien, des tests et à différentes activités dirigées. Le psychomotricien est en mesure d’évaluer les compétences du patient, de diagnostiquer ses troubles et de mettre en évidence les possibles origines de ceux-ci.

Les soins qu’il prodigue sont multiples. Il peut s’agir de relaxation, d’exercices de coordination, de rythme et d’équilibre, d’expression corporelle, de jeux d’orientation et de différents ateliers.

Quand le patient est capable d’avoir une meilleure maîtrise de son corps et de gérer ses comportements, il est en mesure de mieux vivre avec ses difficultés. Dans certains cas, le psychomotricien peut même supprimer un handicap.

Bon à savoir : Le rapport entre le thérapeute et son patient est déterminant dans la réussite du soin. Le plus souvent, le psychomotricien travaille avec d’autres soignants : médecin, psychologue, kinésithérapeute, etc.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Pour être psychomotricien, il faut avoir de l’empathie et être capable d’écoute. Il faut également savoir s’adapter à différentes situations et faire preuve de créativité. L’exercice de cette profession demande de la patience et de la disponibilité. Ce spécialiste a développé un savoir-faire technique et a acquis de sérieuses connaissances théoriques.

A ne pas manquer :  Comment devenir comptable ?

Comment devenir psychomotricien ? Études et formations

Où se former pour le métier de psychomotricien ?

Le psychomotricien se forme dans un institut de formation spécialisé. Certains établissements sélectionnent les élèves sur concours, d’autres sur dossier ou sur entretien. La plupart des élèves s’inscrivent dans une classe préparatoire spécialisée d’un an ou passent le concours après la première année commune aux études de santé (Paces). La formation dure 3 ans et permet d’obtenir un diplôme d’état de psychomotricien.

Chaque concours est différent selon l’institut de formation. Il repose sur le programme des classes de première et de terminale scientifiques avec des épreuves de biologie, de contraction de texte, mais également des entretiens et des tests psychotechniques.

Bon à savoir : Avec une licence de biologie, de psychologie ou de STAPS, il est possible d’intégrer la seconde année d’un institut par équivalence.

Il existe des instituts de formation à l’université dont le coût annuel se situe autour de 1 000 €. Dans un institut privé, il faudra compter plus de 7 000 € l’année. Cette formation permet d’acquérir des connaissances en anatomie, en psychologie, en physiologie et en santé publique.

S’il le souhaite, l’étudiant pourra se spécialiser en passant un DU, un DIU ou un master mention autisme, gériatrie, addictologie, etc.

Les diplômes nécessaires

Le diplôme permettant d’exercer la profession de psychomotricien est le DE de psychomotricien, un diplôme de niveau bac +3.

Quel est le salaire d’un psychomotricien ?

À l’hôpital, un psychomotricien en début de carrière percevra un salaire brut de 1 827 € par mois. Dans un établissement pour personne inadaptée ou handicapée, le revenu du psychomotricien se situe généralement au niveau du SMIC.

A ne pas manquer :  Comment devenir auteur ?

Les différents statuts du psychomotricien

Ce professionnel est un auxiliaire de santé inscrit auprès de la Direction régionale de la jeunesse des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS).

Le plus souvent, le psychomotricien est salarié, notamment dans les hôpitaux (en gériatrie, pédiatrie, puériculture, etc.), les maisons de retraite, les crèches ou les centres de consultation ambulatoire. Certains professionnels (environ 20 %) font le choix de travailler en cabinet libéral.

Débouchés et évolutions de carrière

Un psychomotricien titulaire bénéficiant d’au moins 3 ans d’expérience professionnelle pourra suivre une formation continue dans un établissement qui prépare au DE. Grâce à cette formation, après 5 ans d’expérience supplémentaire, ce spécialiste pourra exercer un poste à responsabilité à l’hôpital ou dans un centre médico-psychopédagogique.

Après 4 ans d’expérience et l’obtention d’un diplôme de cadre de santé mention psychomotricien, il pourra devenir formateur dans une école ou gestionnaire et responsable de service.

Dans un centre hospitalier ou un centre spécialisé de psychomotricien, il pourra devenir chef de rééducation psychomotrice.

À noter : Certains professionnels font le choix de devenir directeur de crèche.

Pourquoi devenir psychomotricien : avantages et inconvénients

Le métier de psychomotricien est utile et améliore la qualité de vie des patients. Ce soignant a l’avantage d’avoir une approche personnalisée auprès de chaque patient. Les situations qu’il rencontre sont variées et il peut s’occuper d’enfants comme de personnes âgées.

En revanche, sa responsabilité est importante et les troubles auxquels il a affaire peuvent être sérieux. Le soin apporté par le psychomotricien peut demander du temps et il faut expliquer aux patients les vertus de la patience. Certains professionnels travaillent dans différentes structures, ce qui leur demande beaucoup de temps de trajet.

À lire aussi :