Covoiturage : comment bien s’assurer ?

Le partage de véhicule permet de rentabiliser l’utilisation de sa voiture. C’est une offre de service de transport qui permet à chacun de faire de belles économies. En effet, en fait, la personne utilisant ce service participe aux frais de carburant et de péage, éventuellement. En revanche, le conducteur doit être bien assuré.

Covoiturage
© istock

Le covoiturage : en quoi cela consiste-t-il ?

La pratique du covoiturage est très développée en France. Il fait d’ailleurs l’objet d’une organisation spécifique avec notamment l’installation d’aires de covoiturage. Vous y laissez votre voiture ou vous vous y retrouvez pour des trajets plus longs. Vous faites ensuite le trajet en question dans la voiture du conducteur que vous avez sélectionné. Le coût de ce type de transport permet aux deux parties de faire des économies. Cela allège les frais de carburant pour le chauffeur et les frais de transport pour les personnes qui font appel à ce service. Il se peut également que votre covoitureur vous laisse le volant.

Le covoiturage peut-il être considéré comme un trajet à usage privé ?

Ces différentes formes de covoiturage entraînent des répercussions sur votre assurance automobile. En effet, elles peuvent parfaitement être des situations d’exclusion. Si vous transportez des personnes avec votre véhicule, à priori, on peut penser que votre contrat d’assurance auto peut suffire puisque c’est l’assuré qui conduit. Il faut cependant rester vigilant quant au trajet que vous empruntez. Par exemple, si vous emmenez quelqu’un au travail ou que vous le ramenez, vous devrez peut-être faire un détour. Les indemnités peuvent alors être minorées.

Dans toutes les autres situations, il est préférable d’en informer votre assurance, car l’usage que vous faites de votre véhicule peut alors varier. Il faut savoir que votre contrat d’assurance est souscrit à usage privé. Le covoiturage remet en cause ce principe et vous pouvez être exclu de toutes les garanties que vous avez souscrites. Si vous êtes un utilisateur du covoiturage et que vous laissez votre véhicule sur un parking non couvert et non surveillé, vous pouvez être victime d’une dégradation de celui-ci. La nature du risque change alors aux yeux de l’assurance. C’est pour cette raison qu’il faut avertir votre assureur.

L’option appelée Prêt du volant

Si vous prêtez votre voiture à une autre personne, l’assurance peut refuser de vous rembourser ou de vous indemniser en cas de problème. Pour être couvert pour tous les dommages éventuels, il faut souscrire une option prenant en charge les chauffeurs occasionnels. Il faut savoir également que les sites de covoiturage proposent des contrats d’assurance spécialement dédiés et qui vous couvrent pour la durée du prêt de votre véhicule. En revanche si c’est une situation commune et régulière, adressez-vous à votre assureur qui peut vous prodiguer des conseils et vous proposer le contrat adapté.

Le type d’assurance recommandée

Si vous proposez des places dans le cadre du covoiturage, votre assurance doit contenir au minimum une responsabilité civile. Elle couvre alors les dommages que vous ou votre voiture pouvez causer à autrui lors d’un accident.

Les passagers qui voyagent avec vous sont ainsi protégés. Cependant, il faut savoir qu’il existe des situations où il n’y a pas ou peu d’indemnisation, c’est le cas si :

  • Vous utilisez votre voiture sur le trajet domicile/travail sans l’avoir déclaré à votre assurance.
  • Si vous souhaitez donner le volant à un passager dans le cadre du covoiturage alors que votre contrat ne vous y autorise pas.
  • Si vous bénéficiez d’un véhicule de fonction et que vous n’avez pas l’autorisation de covoiturage par l’employeur.
  • Si vous faites des bénéfices grâce au règlement des passagers, vous êtes alors considéré comme un transporteur professionnel.

Faites donc attention à votre contrat d’assurance.

À lire aussi :