Zoom sur le crowdfunding immobilier

Prendre part au financement collectif d’un projet immobilier est désormais possible via les plateformes de crowdfunding. Cet investissement, sous forme de prêt ou de prise de participation au capital d'une société immobilière, se révèle intéressant à bien des égards.

Crowfounding Immobilier
© istock

Comment investir via ce crowdfunding ?

Accessible à tout particulier, une plateforme de crowdfunding immobilier permet de choisir le projet ad hoc. Une sélection réalisée par les spécialistes de cette interface de levée de fonds a eu lieu au préalable. Seules les propositions les plus solides sont retenues, afin de mettre les potentiels investisseurs en lien avec des porteurs de projets fiables.

En concertation avec eux, la plateforme fixe le taux et la durée prévue pour le financement de chaque bien immobilier. Il suffit de s'inscrire sur la plateforme et de remplir les conditions d'éligibilité.

Celles-ci peuvent être d'ordre financier ou liées à la localisation géographique. Après avoir étudié les détails du projet qui vous intéresse, vous n'avez plus qu'à valider votre participation en indiquant son montant. Des instructions vous sont données pour effectuer votre paiement sécurisé. Le suivi de votre placement se poursuit en ligne, sur ce même support.

Le crowdfunding comme placement financier

Investir dans la pierre séduit toujours les Français. Grâce au nouvel outil que représente le crowdfunding, un tel placement devient plus ouvert et accessible à un très grand nombre de particuliers.

Selon vos attentes personnelles, vous avez le choix entre plusieurs solutions. Vous pouvez ainsi participer à la construction de biens immobiliers destinés à l’habitat ou prévus pour abriter des locaux professionnels ainsi que des commerces.

Votre placement peut aussi concerner un projet de rénovation de logements anciens. Le crowdfunding immobilier permet également de participer à une division de bien ou vente à la découpe.

L’investissement proposé peut donc prendre plusieurs formes. C’est pourquoi il s’avère judicieux de consulter les conseils du site gouvernemental avant de vous lancer.

L’orientation majoritaire du crowdfunding immobilier

Les principales transactions immobilières financées par le biais du crowdfunding correspondent à des biens du type résidentiel. Ces actifs sont destinés à servir de résidence principale ou secondaire. Ils représentent 71 % des projets auxquels les investisseurs ont accès grâce aux plateformes de crowdfunding, d’après la société d’audit Mazars et l’association FPF (Financement Participatif France).

A ne pas manquer :  5 raisons d'investir dans l'immobilier

Par l’intermédiaire des plateformes, les marchands de biens sont eux aussi en relation avec des particuliers qui souhaitent investir dans des opérations spécifiques. Ces dernières sont en rapport avec des rénovations de logements dans des centre-ville, leur transformation et réutilisation. Par rapport à un investissement immobilier classique, le crowdfunding offre bon nombre de facilités en quelques clics.

Les atouts du crowdfunding immobilier

Dans le cadre d’un tel placement, le montant minimal que l’investisseur mise au départ peut être très modique. La diversité des plateformes spécialisées dans le crowdfunding immobilier permet d’accéder à une grande variété de projets. Pour les investisseurs qui prêtent via ce support numérique, les rendements s’avèrent avantageux avec une moyenne de 8 %.

Investir dans la pierre de manière générale permet de bénéficier d’avantages fiscaux grâce à certains dispositifs. C’est aussi le cas pour un placement réalisé via une plateforme de crowdfunding. Prendre part au capital d’une société immobilière de cette façon peut rimer avec réduction fiscale. Il faut pour cela que la société affiche moins de cinq ans d’existence. Par ailleurs, l’investisseur doit conserver les titres achetés cinq années minimum.

La fiscalité du crowdfunding immobilier

Les impôts afférents aux divers investissements classiques dans la pierre sont liés à différents critères. La fiscalité des revenus fonciers issus de placements hors crowdfunding présente donc parfois une certaine complexité. À l'inverse, la simplicité est de mise dans le cadre du crowdfunding immobilier.

La flat tax, un impôt forfaitaire, s'applique aux revenus tirés du crowdfunding. Ce prélèvement de 30 % se décompose de la façon suivante : 12,8 % sont perçus par le fisc au titre de l'impôt sur le revenu et 17,2 % concernent des prélèvements sociaux.

Cette simplicité, conjuguée aux autres attraits de l'investissement via le crowdfunding immobilier, constitue un élément supplémentaire qui facilite l'accès aux projets proposés sur ces plateformes en ligne.

Quels risques avec le crowdfunding immobilier ?

Comme tout type d'investissement, cette forme de participation financière présente des aléas qu'il faut garder à l'esprit. En tant que prêteur, il est possible de ne pas récupérer son avance. Dans certaines situations, la société immobilière peut présenter des défaillances financières et les actions achetées perdent parfois leur valeur.

A ne pas manquer :  Travaux d'agrandissement : faut-il un permis de construire ?

Par ailleurs, ce concept est dépourvu de trésorerie et les prêteurs ne récupèrent leur dû qu'à l'échéance de l'emprunt, le plus souvent dans un délai de douze à soixante mois. Il s'avère également difficile de revendre des actions achetées via un crowdfunding en ligne, faute de marché pour cela. Ce type d'investissement ne réserve cependant pas de mauvaise surprise puisque les plateformes dédiées ont une obligation légale d'information sur les projets disponibles.

Un placement en toute transparence

En France, les plateformes qui se consacrent au crowdfunding immobilier sont soumises à des règles bien précises. Ces supports doivent être agréés par l'AMF (autorité des marchés financiers) pour présenter des garanties vis-à-vis des futurs investisseurs. Les porteurs de projets immobiliers qui sollicitent un financement collectif ont le devoir de détailler toutes les informations qui concernent les biens proposés.

Ces derniers sont localisés et leurs caractéristiques font l'objet de précisions. En ce qui concerne le financement du projet, le montant attendu doit figurer de manière claire sur la plateforme. Les conditions du remboursement en cas de prêt sont aussi obligatoirement mentionnées, ainsi que tous les renseignements en lien avec une éventuelle prise de participation.

Un cadre juridique bien balisé

La transparence des plateformes de crowdfunding immobilier vis-à-vis des investisseurs s'inscrit dans le cadre du règlement européen 2020/1503. Les potentiels investisseurs ont accès à une fiche d'information qui explicite les normes en la matière. Le financement d'un projet immobilier obtenu par la levée de fonds doit servir à 100 % à sa mise en œuvre.

Cette structure rassurante à l'égard des personnes souhaitant diversifier leurs actifs rend le crowdfunding immobilier très attractif. Informés de tous les aspects d'un projet (calendrier, projection du financement et rendement à escompter), ces investisseurs peuvent s'engager en connaissance de cause.