Comment devenir bronzier ?

Le bronzier fabrique et transforme le bronze pour créer des œuvres artistiques et décoratives. Quelles études permettent de devenir bronzier ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier bronzier.

Objets En Bronze Bronzier
© istock

Qu’est-ce qu’un bronzier ?

Le bronzier est un artisan qui travaille dans un atelier pour répondre aux demandes de clients privilégiés et de prestigieuses maisons de luxe. En collaboration avec de jeunes designers, il façonne de nouveaux modèles tout en préservant le patrimoine artistique. Mais son rôle ne se limite pas à la création, il redonne aussi vie à des pièces de musée en les restaurant.

Le processus de création est complexe et nécessite des compétences variées comme le dessin, la ciselure, la tournure et la monture. Le bronzier porte plusieurs chapeaux et peut se transformer en fondeur d’art, repousseur, tourneur ou ciseleur, en fonction des besoins de la pièce en cours. Chaque étape de fabrication est importante et demande une attention particulière.

Le bronze n’est pas le seul matériau à la disposition du bronzier. Ce professionnel a la capacité de manipuler d’autres métaux comme le cuivre, le laiton, l’étain, l’acier et l’aluminium, et même l’ivoire.

À savoir : Chaque objet qui sort de l’atelier du bronzier est unique, porte un numéro et un poinçon qui garantissent l’authenticité et la qualité du travail accompli.

Quel est le salaire d’un bronzier ?

Le salaire d’un bronzier débutant se situe entre 20 000 € et 30 000 € par an. Avec de l’expérience et une clientèle établie, certains bronziers talentueux et renommés peuvent gagner plus de 50 000 € par an.

Comment devenir bronzier ?

Se former au métier de bronzier (formation initiale)

Il existe un CAP spécifique pour ce métier avec des options en montage, ciselure et tournure. Il est aussi possible d’obtenir un CAP en métallerie. Pour ceux qui souhaitent approfondir leurs compétences, il existe plusieurs options après le CAP.

A ne pas manquer :  Comment devenir danseur ?

Une possibilité est le Bac pro fonderie, utile pour comprendre le processus de création des objets en bronze, mais le BP en métallerie est aussi envisageable. Le BMA en graphisme et décor permet d’ajouter une dimension artistique au métier et le DFESMA offre une spécialisation en métiers d’art.

Pour ceux qui visent une carrière plus académique, le DN Made, qui se concentre sur les métiers d’art et le design, est une excellente option. Enfin, il est également possible de s’intéresser à la profession de bronzier grâce aux formations liées à la métallerie serrurerie, l’armurerie, la coutellerie taillanderie, la dinanderie ferblanterie, l’art du bronze, la fonderie d’art et la ferronnerie d’art.

Se reconvertir pour devenir bronzier (formation continue)

Les adultes peuvent préparer des diplômes de type CAP ou BTS en formation continue via les Greta, qui sont des groupements d’établissements publics d’enseignement qui mutualisent leurs compétences pour proposer ces formations.

Débouchés et évolutions de carrière

L’artisanat a la chance de fabriquer des pièces uniques et il pourra créer sa propre entreprise. Ce professionnel a la possibilité de collaborer avec des musées et des hôtels ou de participer à la rénovation de résidences de luxe.

Parfois, il forme une équipe pour gérer de grandes commandes. Néanmoins, malgré un intérêt croissant pour le patrimoine, les postes en restauration d’art restent limités. Les commandes publiques se raréfient, rendant celles de particuliers et d’établissements de luxe cruciales pour l’activité.

Le secteur de la fonderie connaît un ralentissement aggravé par l’augmentation du coût des matières premières. Pour s’adapter, les bronziers élargissent leur gamme de compétences et sont amenés à devenir tourneurs, monteurs, ciseleurs ou doreurs.

Pourquoi devenir bronzier : avantages et inconvénients

Le bronzier exerce une profession créative. Il façonne des pièces uniques, perpétue un savoir-faire traditionnel et explore différentes techniques de transformation du bronze. Il contribue à la préservation du patrimoine culturel et artistique.

A ne pas manquer :  Comment devenir psychanalyste ?

En revanche, la profession de bronzier est physiquement exigeante et peut exposer l’artisan à certains risques pour sa santé. Dans ce domaine, la demande est fluctuante, ce qui rend cette activité économiquement instable. La concurrence et les délais sont aussi des défis à relever.

Les compétences et qualités requises pour le métier de bronzier

Le bronzier, à la fois artiste et artisan, doit savoir jongler avec divers matériaux. L’usage de nombreuses machines et outils fait partie de son quotidien. Sa profonde compréhension du contexte historique et artistique est essentielle pour reproduire ou restaurer des œuvres : une connaissance solide en histoire de l’art se révèle donc indispensable.

Cet artiste crée ses pièces à partir de croquis, il a une grande faculté d’observation et respecte strictement les règles de sécurité qui sont au cœur de sa pratique. Pour exercer cette profession, il faut faire preuve de patience et de concentration : la création d’un bronze d’art peut demander un temps considérable.

Mais être bronzier ne se résume pas à l’aspect technique et artistique. Cet artisan doit également faire preuve d’aptitudes en communication et en commerce pour répondre aux questions de ses clients ou pour gérer sa propre entreprise.

L’état du recrutement dans le secteur

Le patrimoine français suscite la fierté nationale, mais les emplois dans la restauration artisanale sont limités. Heureusement, les établissements de luxe, les hôtels, les restaurants et certains particuliers soutiennent l’activité en passant de plus en plus de commandes.

À lire aussi :