Comment devenir verrier ?

Le verrier fabrique des objets en verre par soufflage ou modelage. Quelles sont les études qui permettent de devenir verrier ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier verrier.

Verrier Au Travail Dans Son Atelier
© istock

Qu’est-ce qu’un verrier ?

Les métiers du verre réunissent divers artisans et notamment les verriers. Ces artistes spécialisés maîtrisent la matière et la traitent avec rapidité et minutie. Ils emploient des techniques variées pour mouler et transformer le verre.

Des sculptures, articles ménagers et autres objets voient le jour grâce à leur savoir-faire. Parmi les verriers, on distingue ceux qui travaillent au chalumeau, les tailleurs de cristaux et les cristalliers. Ils collaborent fréquemment en ateliers et utilisent des outils spécifiques tels que les meules d’acier qui permettent de tailler et de graver le verre refroidi après cuisson.

Le thermoformage est aussi courant. Certains verriers façonnent des tubes et baguettes en verre, essentiels dans les laboratoires et industries. Ce professionnel endosse parfois le rôle de vendeur.

Quel est le salaire d’un verrier ?

Le salaire moyen d’un verrier peut se situer entre 20 000 € et 35 000 € par an.

Comment devenir verrier ?

Se former au métier de verrier (formation initiale)

Dans le domaine des métiers d’art, il existe une diversité de formations spécialisées. Dès la fin du collège, les élèves peuvent par exemple se diriger vers un CAP en arts du verre et du cristal. Cette formation dure trois ans et est souvent réalisée en apprentissage. Elle peut être suivie dans un lycée professionnel ou un Centre de Formation d’Apprentis (CFA).

Pour ceux qui souhaitent approfondir leurs compétences, un bac professionnel en artisanat et métiers d’art est disponible. Le Brevet des Métiers d’Art (BMA) offre des options, notamment celle de souffleur de verre.

A ne pas manquer :  Comment devenir psychomotricien ?

Au-delà, des formations de niveau bac + 3 et bac + 5 sont accessibles, notamment le DN MADE pour une spécialisation en verre. Enfin, après le bac professionnel, le DMA en décor du verre constitue une autre possibilité.

Se reconvertir pour devenir verrier (formation continue)

Les diplômes de type CAP ou BTS peuvent être préparés dans le cadre de la formation continue. Les structures de l’éducation nationale qui le permettent sont nommées Greta (groupements d’établissements publics locaux d’enseignement). Ils mutualisent leurs compétences et proposent des formations continues pour adultes.

Débouchés et évolutions de carrière

Les souffleurs de verre, après une décennie d’expérience, peuvent accéder à des postes d’encadrement. De nombreux verriers optent pour l’indépendance et ouvrent leurs ateliers. Pour cela, une formation en gestion est bénéfique. Parfois, plusieurs artisans se regroupent au sein d’un même espace.

Notons que la reconversion dans d’autres métiers d’art est envisageable. Les verriers opèrent dans divers domaines tels que la chimie, la physique, ou la publicité. En France, des entreprises renommées telles que Lalique, Saverglass et Baccarat, sont majoritairement situées dans le Nord–Pas-de-Calais, la Haute-Normandie, la Picardie et le Rhône-Alpes.

Néanmoins, les artisans indépendants se trouvent partout en France. L’emploi dans ce secteur est étroitement lié à l’économie et la concurrence internationale impacte également le marché.

Pourquoi devenir verrier : avantages et inconvénients

Le verrier travaille avec un matériau unique et esthétique et peut laisser libre cours à son sens artistique. Il a la satisfaction de voir ses créations prendre vie et peut travailler dans des environnements variés comme des ateliers d’art, des studios de design ou des industries de production de verre.

A ne pas manquer :  Comment devenir bibliothécaire ?

En revanche, ce professionnel doit faire face à des risques liés à la manipulation du verre chaud et à des contraintes physiques dues à la posture de travail. Il peut travailler dans un cadre poussiéreux ou bruyant, et dépend des fluctuations du marché de l’art et de la demande pour les produits en verre.

Les compétences et qualités requises pour le métier de verrier

Ce professionnel est avant tout un passionné, il réalise un travail exigeant dans un environnement chaud et il est dans l’obligation d’agir rapidement, car le verre refroidit vite. Il est essentiel de connaître les techniques de soufflage, les règles de sécurité, et d’être rigoureux.

La dextérité est cruciale pour manipuler des instruments et des verres sans se blesser. Ces artisans doivent aussi savoir lire des plans avec précision, avoir une connaissance des matériaux, des types de verre, ainsi que des bases de chimie.

Il doit avoir développé une réelle sensibilité ainsi qu’une bonne perception des couleurs et des volumes. Le verrier doit aussi être inventif et capable de dessiner ou de créer des plans en 3D pour réaliser des œuvres uniques qui répondent aux attentes des clients.

L’état du recrutement dans le secteur

Le métier de verrier est sensible aux fluctuations économiques. La production française représente moins de 0,05 % du secteur et la verrerie industrielle se concentre principalement dans quelques régions. Malgré la concurrence étrangère, le secteur reste relativement stable grâce à l’équilibre entre la formation des jeunes et les besoins en personnel.

À lire aussi :