Comment devenir généalogiste ?

Le généalogiste étudie l’histoire familiale. Quelles études faut-il suivre pour devenir généalogiste ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier généalogiste.

Généalogiste qui Présente Un Arbre Généalogique
© istock

Qu’est-ce qu’un généalogiste ?

Quel est le rôle du généalogiste ?

La généalogie, bien plus qu’un simple loisir, est aussi une profession sérieuse. Cette discipline comprend deux branches principales : le généalogiste familial et le successoral. Le généalogiste familial s’attache à reconstituer l’histoire des familles pour des clients privés, parfois en débloquant des recherches déjà commencées.

Par ailleurs, le généalogiste successoral travaille principalement avec les notaires et autres professionnels du droit pour localiser des héritiers lors de successions complexes. Leur travail demande une grande rigueur : ils plongent dans des archives, traçant l’histoire de familles époque par époque, souvent à l’échelle internationale.

Dans des cas spécifiques, ils peuvent même être sollicités pour identifier le propriétaire d’un bien immobilier. Enfin, ces professionnels délivrent à leurs clients un dossier complet, retraçant leurs investigations et attestant de leurs découvertes.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Le métier de généalogiste demande une grande persévérance, une patience infinie, ainsi que la capacité de voyager fréquemment. Ce spécialiste se distingue par sa rigueur, chaque détail pouvant s’avérer déterminant pour retrouver la trace d’un héritier ou d’une lignée.

Une culture générale solide, une aptitude à la synthèse et d’excellentes compétences rédactionnelles sont également essentielles pour la réussite de ses investigations. La maîtrise d’une langue étrangère, des notions de paléographie, d’héraldique et d’anthroponymie peuvent enrichir sa boîte à outils.

Par ailleurs, une formation en droit, en particulier en droit successoral, est un plus indéniable. Les généalogistes se distinguent également par leur passion pour l’histoire, leur goût pour les relations humaines, tout en restant discrets pour respecter la confidentialité des informations découvertes lors de leurs recherches.

A ne pas manquer :  Comment devenir soudeur ?

Comment devenir généalogiste ? Études et formations

Où se former pour le métier de généalogiste ?

Bien qu’il n’y ait pas de diplôme spécifique pour devenir généalogiste en raison de la non-réglementation de la profession, il est conseillé d’avoir une formation de base en histoire ou en droit.

La spécialisation en généalogie peut ensuite être poursuivie via des universités ou des centres de formation privés offrant des cursus spécifiques. Un diplôme universitaire en généalogie et histoire des familles, par exemple, est proposé par l’Université de Nîmes.

La maîtrise d’une langue étrangère s’avère précieuse pour les enquêtes de succession internationales. L’expérience sur le terrain est considérée comme une manière efficace d’acquérir des compétences.

À savoir : Les diplômés en histoire se concentrent souvent sur la recherche généalogique, tandis que les diplômés en droit travaillent en collaboration avec les notaires pour régler les successions.

Les diplômes nécessaires

Il n’existe pas de diplôme spécifique requis pour exercer le métier de généalogiste. Cependant, des formations en histoire, archivistique, paléographie ou généalogie sont recommandées pour acquérir les compétences nécessaires à cette profession.

Quel est le salaire d’un généalogiste ?

Les généalogistes peuvent gagner entre 20 000 € et 60 000 € par an.

Les différents statuts du généalogiste

Les généalogistes peuvent exercer leur profession de différentes manières, avec des statuts variés. Ils peuvent être indépendants, salariés dans des entreprises spécialisées, consultants, experts judiciaires ou intervenants dans le cadre de recherches généalogiques pour des institutions publiques ou privées.

Débouchés et évolutions de carrière

Bien que les options d’évolution de carrière pour un généalogiste soient limitées, des opportunités existent. Avec le temps et l’expérience, un généalogiste peut se spécialiser, gérant des dossiers de succession plus complexes ou optant pour la généalogie familiale ou successorale.

A ne pas manquer :  Comment devenir ergonome ?

Cette expertise accrue permet d’augmenter leurs tarifs. Ils développent un réseau comprenant des notaires et des entreprises privées, essentiel pour ceux qui travaillent en indépendant. Outre les cabinets privés, les notaires, banques, agences immobilières et sociétés d’assurances sont de potentiels employeurs.

Le salaire d’un généalogiste varie selon l’activité et le type de dossiers traités. La formation, souvent réalisée au sein de cabinets spécialisés en raison de la rareté des formations formelles, guide leur carrière, pouvant mener à des rôles plus importants dans des cabinets plus grands.

Pourquoi devenir généalogiste : avantages et inconvénients

Le généalogiste travaille de manière indépendante et prend plaisir à découvrir et à reconstituer l’histoire familiale. Il participe à une grande diversité de projets et contribue à la préservation de la mémoire et de l’identité familiale.

En revanche, ce professionnel peut éprouver des difficultés pour trouver des informations précises et complètes. Il fait face à des défis liés à la recherche dans des archives parfois obsolètes ou endommagées, à la nécessité de gérer des délais serrés et à la gestion d’obstacles imprévus lors de ses recherches.

À lire aussi :