Comment décrypter le jargon des annonces légales ?

Le journal d'annonces légales (JAL) est un journal habilité à publier des annonces relatives à la vie des sociétés ou des personnes physiques, dont le droit exige une diffusion. Chaque année, la préfecture met en place une liste de journaux pour chaque département. Ceux-ci ont l'obligation de se conformer à certaines conditions de mise en forme et de tarifs. De même, ils sont tenus de rédiger une attestation qui servira de preuve aux entreprises. Ce journal fait ainsi partie de la vie juridique des sociétés et doit contenir toutes les décisions pouvant affecter leur fonctionnement et leur gestion. Cependant, il est important de savoir décrypter le jargon des annonces légales pour une rédaction réussie.

Visuel Decrypter Annonces Legales
© istock

Le rôle du journal d'annonces légales

Comme son nom l'indique, le JAL est un journal habilité à diffuser des annonces légales. Celles-ci concernent notamment la vie juridique des sociétés et des entreprises. On y trouve ainsi les décisions liées aux éléments suivants :

  • la nomination d'un nouveau gérant,
  • la création ou la dissolution d'une société,
  • le transfert d'un siège social,
  • l'augmentation du montant du capital social,
  • le changement de dénomination sociale,
  • la cession de fonds de commerce.

Un journal a l'obligation de remplir certaines conditions afin d'être habilité à publier les annonces légales provenant des entreprises. Il doit avant tout s'agir d'un hebdomadaire dont l'existence date d'au moins 6 mois. De même, les tirages doivent être accessibles dans tout le département. Les autorités compétentes veilleront aussi à ce que les contenus diffusés atteignent le maximum de personnes. Le seuil est d'ailleurs défini par la préfecture en fonction de la densité de la population.

En ce qui concerne les annonces elles-mêmes, chaque JAL habilité doit se conformer au formalisme imposé par les autorités compétentes. Ainsi, il incombe aux responsables de reporter les informations qui leur ont été fournies de manière claire et concise. Ils devront ainsi ajouter le titre, les interlignes ainsi que les mentions obligatoires. Certaines parties devront être mises en gras afin que la lecture soit plus simple.

Le prix d'une annonce légale

Les journaux d'annonces légales n'ont pas la capacité de fixer librement leurs tarifs. Ceux-ci sont plutôt définis pour chaque année civile au niveau de chaque département français. Les prix sont forfaitaires et varient en fonction de certains facteurs : le nombre de caractères contenus dans chaque ligne et la longueur de l'annonce. Le respect des tarifs permet d'éviter les écarts de prix entre les annonces légales.

À ce propos, Juripresse explique comment ne pas les payer trop cher, pour les entreprises qui souhaitent faire des économies au moment de publier leur annonce légale. Pour connaître le prix d'une annonce légale, n'hésitez pas à consulter les sites fiables qui fournissent des informations à ce sujet.

prix d'une annonce légale
© istock

Les raisons de publier dans un journal d'annonces légales

La publication dans un JAL est une obligation légale. Votre entreprise s'expose alors à des sanctions lorsqu'il y a un quelconque manquement, ce qui explique l'importance de bien s'informer avant la publication.

L'obligation légale

La publication de certains actes au niveau d'un journal d'annonces légales est obligatoire. L'objectif est d'informer les tiers à propos des différents changements survenus et qui impactent la gestion ou encore le fonctionnement d'une entreprise. En réalité, si les clients et les partenaires d'une entreprise ne sont pas au courant de certains changements, cela peut entraîner des malentendus.

À titre d'exemple, lorsqu'il y a un remplacement de dirigeant, les tiers doivent connaître le nom du nouveau. De ce fait, ils ne s'adresseront plus à l'ancien titulaire du poste. Grâce à cela, il y aura moins de problèmes de représentation si ce dernier a été licencié.

Les sanctions en matière de formalités

Étant donné que la publicité légale est une obligation légale, le fait de s'y soustraire représente un délit. Dans le cas où la situation affecterait un associé ou un tiers, alors il faudra s'attendre à des sanctions pénales. En effet, la personne lésée aura droit à des dédommagements compensatoires et des amendes, selon l'ampleur de la situation.

Pour rappel, la publication des annonces légales est un moyen pour l'entreprise de prouver sa bonne foi ou celle de ses gérants. Par exemple, les annonces relatives à l'augmentation du capital social sont une opportunité pour les associés qui pourront élargir leurs parts sociales. Ainsi, le fait de ne pas procéder à la publication légale prive les intéressés d'investir dans l'entreprise.

Les étapes de la publication d'une annonce légale

La publication d'une annonce légale passe par le choix du journal d'annonces légales et la rédaction de l'annonce elle-même.

Le choix du JAL

Le choix du journal d'annonces légales est libre. Le dirigeant d'entreprise doit veiller à ce que la diffusion se fasse dans un journal habilité du département dans lequel se trouve le siège social de l'entreprise. Si l'annonce concerne une personne physique, elle doit alors être publiée dans un journal d'annonces légales du département de son foyer fiscal.

Toutefois, le choix précis du journal dans lequel l'annonce est diffusée revient notamment aux parties concernées. Par exception, lorsque l'annonce en question concerne une affaire judiciaire, toutes les annonces liées à l'affaire doivent être publiées au niveau d'un seul et même journal d'annonces légales.

alt = modèles optimisés annonce légale
© istock

La rédaction de l'annonce légale

Il s'agit d'une phase importante. L'annonce en question doit être courte et comporter certaines mentions obligatoires telles que :

  • la dénomination sociale,
  • la forme juridique,
  • le capital social,
  • le numéro RCS,
  • le siège social.

Quand il s'agit d'une publication liée à une modification de la société, il est essentiel de préciser l'ancienne ainsi que la nouvelle caractéristique de cette dernière. Par exemple, en cas de changement de gérant, l'identité de l'ancien et celle du nouveau doivent être indiquées.

Pour réussir la rédaction de l'annonce légale, il est conseillé de s'inspirer des modèles d'annonces légales optimisés. Ceux-ci comportent l'ensemble des informations utiles à la rédaction, avec un minimum de texte légal et obligatoire. Ce système vous permet de réaliser 30 à 40 % d'économies. Il existe de nos jours de nombreuses plateformes qui proposent des formulaires à remplir permettant d'obtenir un exemplaire adapté au type d'annonce légale qu'on souhaite rédiger.

Les termes à connaître lors de la rédaction d'une annonce légale

La rédaction des annonces légales est souvent complexe avec des termes qui ne sont pas compris par tous. Un petit lexique permettra de prendre connaissance des expressions les plus utilisées dans les formalités et de les utiliser à bon escient.

Acte authentique

C'est un acte qui doit obligatoirement être signé par un officier public, comme un notaire. On peut citer comme exemple d'actes authentiques le constat d'huissier, l'acte notarié, etc.

Acte Sous Seing Privé (acte SSP)

C'est un acte juridique rédigé et signé par les parties concernées. D'ailleurs, la plupart des contrats signés sont des actes sous seing privé : le contrat de location, le contrat de vente, le contrat d'assurance… Contrairement aux actes authentiques, les actes SSP ne sont régis par aucun formalisme, à part la signature.

Attestation de parution

L'attestation de parution est une déclaration sur honneur fournie par les journaux habilités à diffuser des annonces légales. Elle permet de certifier qu'une annonce est diffusée dans un journal donné et à une date spécifique. Ce document est utile lors des démarches auprès du greffe de tribunal de commerce.

Le capital social

Il désigne la valeur totale des apports de biens et d'argent des associés ou actionnaires, en échange d'actions ou de parts sociales. Ce capital est fixé lors de la création d'entreprise et son montant minimum est de 1 euro, sauf pour les SA où le minimum est estimé à 37 000 euros. Pour précision, le capital social peut être revu à la hausse ou à la baisse.

alt = rédiger une annonce légale
© istock

Le centre de formalités des entreprises (CFE)

Le centre de formalité des entreprises contribue à l'accélération du parcours administratif des entreprises. En ce sens, il leur permet de déposer dans un seul et même lieu l'ensemble des déclarations liées à la création, la modification ou la cession d'entreprise.

La dénomination sociale

La dénomination sociale est le nom sous lequel une entreprise est enregistrée au registre du commerce et des sociétés. Elle peut connaître des évolutions à travers la modification des statuts. Ainsi, la dénomination sociale et la raison sociale sont toutes deux utilisées pour désigner les sociétés. Cependant, elles ne font pas référence aux mêmes types de sociétés. La raison sociale concerne celles qui exercent une activité civile tandis que la dénomination sociale désigne les sociétés qui exercent une activité commerciale.

Gérant/co-gérant

Qu'il s'agisse d'une personne physique ou non, c'est celui qui dirige et administre une société en tant que mandataire, pour le compte d'autrui. Le gérant a ainsi le pouvoir d'engager la société vis-à-vis des tiers pour l'ensemble des actes résultant ou non de l'objet social. De même, il peut réaliser tous les actes de gestion en conformité avec l'intérêt de la société. Bien que les fonctions du gérant puissent être exercées gratuitement, elles font généralement l'objet d'une rémunération.

L'annonce légale est une phase obligatoire dans le cadre de la création de société. Elle intervient également dans d'autres situations telles que le transfert de siège, le changement de dénomination sociale, l'augmentation de capital social, etc. Une parfaite compréhension du jargon des annonces légales, un bon choix du journal habilité et une utilisation de modèles optimisés permettront d'éviter les manquements et risques d'amende.