Embaucher un salarié : quel est le budget à prévoir ?

Vous prévoyez d’embaucher un salarié, mais vous voulez savoir combien cela va vous coûter. La plus grosse partie du budget concerne les charges sociales et la rémunération. Ensuite, il faut penser à toutes les dépenses comme les équipements nécessaires pour l’exercice de l’activité, la mutuelle collective, ainsi que les frais de gestion :  paie et contrat de travail. Quel budget prévoir ? Éléments de réponse dans cet article !

Embaucher Un Salarié
© istock

La rémunération du salarié : quel budget à prévoir ?

Le salarié d’une entreprise perçoit une rémunération, c’est la contrepartie du travail qu’il réalise. Il faut cependant distinguer deux notions différentes :

La rémunération nette : c’est l’équivalent du salaire effectif que vous réglez à votre employé.

La rémunération brute : c’est celle qui est indiquée dans le contrat de travail. C’est-à-dire que ce chiffre comprend également les cotisations sociales salariales. Au niveau de l’entreprise, le montant de la rémunération est divisé par deux. Une partie est reversée à l’URSSAF, ce sont les cotisations sociales et l’autre est reversée au salarié, c’est le net.

Le salaire est généralement perçu par le salarié en début de mois ou en fin de mois.

Les cotisations sociales : quel est leur montant ?

Quand vous décidez d’embaucher, il ne faut pas oublier le montant des cotisations sociales. Elles se composent de deux éléments :

Les cotisations sociales patronales : elles sont prises en charge par l’entreprise qui emploie.

Les cotisations sociales salariales : elles sont prélevées sur la rémunération brute du salarié.

Le budget global à prévoir est composé de la rémunération et des cotisations sociales. Il est égal au montant de la rémunération brute du salarié auquel il faut ajouter le montant des cotisations sociales patronales.

Si vous voulez avoir une idée plus précise du coût de l’embauche, faites une stimulation sur le simulateur de l’URSSAF. Il faut préciser le type de contrat concerné pour affiner les prévisions. Le budget est différent, si c’est en CDI, en CDD, en contrat d’apprentissage, etc. Vous intégrez ensuite les données qui influencent les cotisations sociales comme les heures supplémentaires, le statut de cadre ou pas, les tickets restaurants, le temps partiel…

C’est un outil malin pour évaluer le coût total que vous allez dépenser en embauchant un salarié.

Voici quelques exemples :

Pour un salarié en CDD : le salaire net est de 2 400 euros, le salaire brut de 2 781 euros, le salaire net après paiement de l’impôt est de 2 216 euros et le coût total pour l’entreprise est de 4 181 euros.

Pour un salarié à 2 400 euros, en CDI : le salaire net est de 2 400 euros, le salaire brut de 3 060 euros, le salaire net après paiement de l’impôt est de 2 212 euros et le coût total pour l’entreprise est de 4 150 euros.

Pour un salarié en contrat d’apprentissage : le salaire net est de 1 800 euros, le salaire brut de 1 892 euros, le salaire net après paiement de l’impôt est de 1 800 euros et le coût total pour l’entreprise est de 1 536 euros, dont 666.67 euros au titre des aides.

Pour un stagiaire : le salaire net est de 1 800 euros, le salaire brut de 2 060 euros, le salaire net après paiement de l’impôt est de 1 800 euros et le coût total pour l’entreprise est de 2 564 euros.

Les cotisations salariales et patronales sont réglées tous les mois ou tous les trimestres. Le paiement se réalise en même temps que la déclaration sociale nominative à l’URSSAF.

Intégrer De Nouveaux Associés Dans Une Sarl
© istock

La mutuelle du salarié : quel budget ?

Aujourd’hui, l’employeur est tenu de proposer à ses salariés une couverture complémentaire santé collective à ses salariés : il existe toutefois quelques exceptions. Cette couverture permet aux employés de la société de bénéficier d’un remboursement complémentaire au niveau des dépenses de santé.

Un contrat d’assurance collective est alors souscrit par l’employeur. Il participe au moins à hauteur de 50 % du paiement  de la cotisation. Demander un devis à l’assurance permet de budgétiser avec précision cette dépense.

Les dépenses annexes à prévoir

Ajoutez les frais inhérents au cabinet de recrutement, il faut alors compter entre 15 et 25 % du salaire annuel brut du candidat.

Ensuite, s’ajoutent les frais de gestion entrainés : la rédaction du contrat de travail et la gestion des paies. Cela revient environ à une somme comprise entre 100 et 200 euros pour le contrat de travail et une trentaine d’euros chaque mois pour la paie.

Ensuite, comptabilisez les frais inhérents à l’embauche du nouveau salarié : ordinateur, bureau, équipements et outillage, fournitures administratives, véhicule de fonction…

Il reste enfin à compter les frais liés à son activité qui peuvent comprendre : les frais de restauration, d’hôtel, de téléphone et Internet, de déplacement…

À lire aussi : Les inégalités salariales entre les hommes et les femmes