3 façons de maximiser votre plan d’épargne retraite

La sécurité financière pendant la retraite se prépare. La législation française a mis en place des cotisations à des régimes obligatoires, pour aider les retraités à cette fin. Cependant, les rentes ne sont pas toujours suffisantes pour vivre convenablement. Le plan d'épargne retraite (PER) vient alors compléter la pension de ces régimes, afin d'aider les pensionnés à maintenir, sans peine, leur train de vie habituel. Il est néanmoins important de savoir maximiser son plan d'épargne retraite pour se constituer des capitaux de retraite conséquents. Voici ici trois manières d'y parvenir.

Maximiser Retraite Epargne Facons
© istock

Contribuer autant que possible à son plan d'épargne retraite chaque mois

L'objectif premier des Plans d'Épargne Retraite (PER) est d'anticiper la fin des revenus lors de la fin de carrière et la baisse de revenus associée. L'arrêt total du salaire perçu sous forme de pension de vieillesse renforce la nécessité de préparer sa retraite à temps. Le PER apparaît donc comme un canot de sauvetage pour beaucoup de Français.

Il s'agit d'un système d'épargne similaire à l'assurance-vie, qui permet de cotiser à son rythme. La plupart des PER n'ont pas vraiment de versement mensuel minimum. Il est important de maximiser son plan d'épargne retraite afin de profiter de ses nombreux avantages.

Pourquoi faut-il favoriser son PER ?

Les atouts d'un Plan d'Épargne Retraite sont particulièrement importants en matière de fiscalité. Qu'il s'agisse d'un versement personnel volontaire ou d'un versement obligatoire d'entreprise, le montant versé est déductible du revenu imposable. Toutefois, cette déduction est plafonnée à l'épargne retraite. Il faudra également souligner que le PER est un placement qui est fiscalisé au moment de sa sortie.

Pour calculer le plafond d'épargne retraite, l'administration se base sur le plafond annuel de la Sécurité sociale. En réalité, il y a un abattement de 10 % qui s'applique sur le revenu imposable, dans la limite de 32 908 euros (soit 10 % de 8 fois le PASS 2021). Ce plafond d'épargne retraite peut aussi correspondre à 10 % du montant annuel du PASS, soit 4 113 €.

Les contrats PER permettent également un déblocage anticipé des fonds, c'est-à-dire avant le départ à la retraite. Cependant, il y a des conditions à remplir en amont, pour disposer des fonds au moment voulu. En effet, l'activation anticipée de l'avoir de vieillesse est possible, par exemple, dans le cadre de l'acquisition d'une résidence principale. Quoi qu'il en soit, avant de commencer à cotiser pour le plan d'épargne retraite, il est recommandé de s'adresser à une agence administrative fiable. De cette façon, les différents aspects de ce dispositif d'épargne à long terme sont bien pris en considération.

alt = plan d'épargne retraite
© istock

Comment bien contribuer à son PER par mois ?

La cotisation mensuelle pour maximiser son PER doit être conséquente. En effet, plus l'épargne dans le cadre d'un PER est importante, plus la garantie de pouvoir bien profiter de sa retraite est évidente. Toutefois, il faut considérer ses revenus mensuels avant d'opter pour un quota de cotisation donné.

De plus, le taux de rendement de l'épargne constitue un facteur qui influence le montant de la cotisation et la rente viagère obtenue, avec le PER. Par exemple, avec un taux de rendement de l'épargne de 1,80 %, il faudrait épargner 900 euros par mois, pour espérer avoir une rente un peu conséquente.

Choisir une combinaison de placements efficace

L'épargne mise sur un PER peut être investie dans de nombreux supports en Unité de Compte. Ces Unités de Compte (UC) comportent un risque de perte en capital. Cependant, ils peuvent offrir de meilleures performances que les rendements d'une épargne sûre. De plus, investir dans des fonds en unités de compte permet de répartir son épargne sur différentes classes d'actifs, notamment les actions, l'immobilier et le capital-investissement.

L'UC la plus connue est l'OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières). Les OPCVM peuvent prendre la forme d'une SICAV (Société d'Investissement à Capital Variable) ou d'un FCP (Fonds Commun de Placement). Les deux sont des fonds qui permettent aux épargnants d'investir sur les marchés financiers tels que les marchés boursiers et obligataires. L'OPCVM propose des stratégies d'investissement variées, notamment axées sur des approches sectorielles (technologie, matières premières, etc.) et/ou géographiques.

Les ETF (ou trackers) qui investissent également sur les marchés financiers tentent généralement de suivre la performance d'un indice boursier particulier. Les frais sont généralement inférieurs à ceux des OPCVM. Certains PER sur le marché permettent d'accéder aux titres en direct, c'est-à-dire au cours des actions détenues directement par le contrat. Le PER permet également d'investir dans des fonds immobiliers dits Paper Stone.

Il peut s'agir d'une SCPI (Société Civile de Placement Immobilier), d'une SC/SCI (Société d'Investissement Immobilier) ou d'un OPCI (Organisme de Placement Collectif en Immobilier). En choisissant l'un de ces supports, les épargnants investissent ainsi une partie de leurs fonds dans l'immobilier commercial, par l'intermédiaire de fonds spécialisés dans la gestion et l'acquisition d'actifs immobiliers. Certains contrats proposent des fonds de private equity (investissements non cotés).

Ces fonds permettent d'investir une partie d'une épargne dans l'économie réelle des entreprises, qui sont le plus souvent non représentées en bourse. Cette classe d'actifs est appréciée des investisseurs institutionnels (banques, assurances, etc.) et des plus fortunés. Elle peut être rentable sur le long terme, mais risquée pour l'investisseur.

Passer régulièrement en revue son PER pour s'assurer que les placements sont sur la bonne voie

Pour que l'investissement choisi réponde aux objectifs et au profil d'investisseur, il est important d'avoir les bonnes informations, non seulement avant d'investir, mais aussi pendant la durée de vie du produit. Il est nécessaire de connaître les caractéristiques exactes du produit ou de l'opération financière de l'entreprise cotée en bourse, avant de se lancer. Les points clés à surveiller sont :

  • la durée de placement recommandée,
  • la politique d'investissement,
  • les modalités de rachat ou de revente,
  • les coûts, etc.

Le tout ne suffit donc pas à lire les documents publicitaires. En réalité, ils sont destinés à la promotion commerciale de l'entreprise ou du produit, plutôt qu'à l'information elle-même. Il est préférable de privilégier les documents décrivant les caractéristiques exactes du produit.

alt = un plan d'épargne retraite
© istock

Par ailleurs, il faudra surveiller constamment le marché ou en déléguer la responsabilité à une personne physique ou morale.

Chaque décision concernant le placement doit être mûrement réfléchie. En cas de crise boursière par exemple, il est inutile de paniquer au point de vendre au plus bas. De plus, il ne faut pas attendre que la bourse atteigne un sommet avant d'investir.

Le plus important est de garder sa sérénité, lorsque les valeurs montent et descendent. Pour éviter tout stress, il est recommandé de contacter son intermédiaire financier lors de l'investissement, pour être certain que le financement effectué correspond à ses objectifs et à son profil d'investisseur.

À lire aussi : Quels placements choisir à l’âge de la retraite ?