Comment annuler un paiement sur Internet ?

Les achats sur Internet sont actuellement devenus naturels et très courants. C’est simple, cela répond à un besoin et c’est rapide. Il arrive que certains d’entre nous achètent un peu trop vite sans réfléchir, payent tout de suite et souhaitent revenir en arrière. Ce n’est pas toujours aussi facile d'annuler un paiement sur Internet, c'est une entreprise parsemée d’embuches. Découvrez comment annuler un paiement sur Internet !

Annuler Paiement Internet
© istock

Le paiement par carte bancaire est-il irrévocable sur Internet ?

Une fois que vous avez payé sur Internet par carte bleue, c’est considéré comme un acte d’achat irrévocable. Les conditions dans lesquelles vous pouvez annuler sont strictement fixées afin d’éviter les abus. Si c’est vous qui avez fait la démarche, il est difficile de prouver que vous avez fait une erreur et souhaitez annuler le paiement.

Le paiement réalisé est tout de suite effectif et revenir en arrière est quasiment impossible à partir du moment où votre établissement bancaire l’a accepté. Votre commande est alors aussitôt partie dans le circuit du site. Cette autorisation ne prend que quelques secondes et c’est le revers de la rapidité en cas d’achat sur un site.

Vous n’avez, de ce fait, pas droit au remboursement, mais rassurez-vous, il existe des solutions tout de même.

C’est vous qui avez commis cette erreur

Vous êtes allé trop vite et vous regrettez déjà votre achat, voici comment procéder :

Contactez le vendeur

Tenter une négociation avec le vendeur pour annuler votre commande est le premier réflexe à avoir. Vous évitez ainsi les procédures longues et complexes. Il faut toutefois savoir que la loi n’oblige pas le vendeur à vous rembourser, vous devrez donc parlementer avec lui et trouver une solution ensemble.

A ne pas manquer :  Nous laissons les personnes âgées en dehors du monde numérique

L’annulation de la commande

Vous restez protégé par la loi relative aux droits du consommateur, que ce soit une erreur vous incombant ou pas. Vous avez 14 jours pour vous rétracter. Il faut savoir que ce délai débute à la date où vous recevez le colis.

Sachez également que si le délai de 14 jours n’est pas inscrit dans les conditions générales de vente, il passe alors à 12 mois. Il repasse à 14 jours dès lors que vous en êtes informé par le vendeur.

Il suffit dans ce cas de renvoyer le colis en joignant une lettre de rétractation, cela se fait à vos frais. Vous n’avez pas à motiver votre décision. Pensez à l’envoyer avec suivi qui est une preuve de l’envoi ainsi qu’une copie du courrier si vous êtes obligé d’engager des poursuites judiciaires. C’est le cas si le vendeur refuse de vous rembourser.

Ensuite, le vendeur doit vous rembourser dans un délai de 30 jours. En cas de non-respect de cette obligation, le remboursement est majoré.

La somme remboursée comprend les frais de livraison et le montant de l’achat, en revanche, il ne concerne pas les frais d’envoi que vous avez réglé.

Droit de rétractation et exceptions

Les exceptions sont nombreuses dans le cadre de la vente sur Internet. Elles figurent sur la liste de l’article 121-21-8 du Code de la consommation. Elles comprennent par exemple les produits réalisés sur mesure, les denrées périssables, les produits déballés par l’acheteur, les contenus numériques, etc.

Dans toutes ces situations, la demande de remboursement est impossible.

A ne pas manquer :  Comment faire pour trouver 1000 euros rapidement

À la suite d’une utilisation frauduleuse de votre carte bleue

Dans cette situation, la loi vous protège et vous pouvez demander le remboursement directement à votre banque.

Si l’autorisation de paiement a été détournée et que la somme ne correspond pas, il s’agit d’un abus de confiance. Vous disposez de 13 mois pour demander l’annulation du paiement.

Si votre carte bancaire a été utilisée sans votre autorisation ou de manière frauduleuse, vous annulerez l’opération en prouvant la fraude à votre banque. C’est également valable en cas de phishing de compte bancaire.

Dans les deux cas, vous pouvez faire opposition, mais attention, il faut avoir des raisons valables.

À lire aussi :