7 conseils pour bien choisir son syndic de copropriété

Le syndic de copropriété a la charge de la gestion des parties communes d’une copropriété. Il est obligatoire, mais il peut être professionnel ou pas. Il a également un rôle dans l’application des décisions qui ont été votées en assemblée générale par l’ensemble des copropriétaires. Voici quelques conseils pour faire le bon choix !

Signer Contrat
© istock

Il faut savoir que changer de syndic est un peu compliqué, il est de ce fait plus simple de bien faire la sélection dès le départ. Dans cette recherche, quelques points sont essentiels.

Choisir votre syndic en fonction des besoins de la copropriété

Généralement, un syndic est en mesure de gérer entre 30 et 40 copropriétés. Assurez-vous que les syndics que vous avez repérés sont capables de gérer la vôtre. Quand il dépasse ses capacités réelles, il ne peut pas assurer une gestion parfaite de toutes les copropriétés. Cela se fait alors ressentir sur la vie de celle-ci.

Si votre copropriété est importante et qu’elle possède de nombreux bâtiments ou lots, il est préférable d’opter pour un gros cabinet qui peut en principe plus facilement assumer la charge de travail nécessaire. Si elle est d’une taille plus raisonnable et modeste, alors n’hésitez pas à opter pour une structure plus petite.

Faites jouer la concurrence

Mettez en concurrence les différents syndics présents dans votre ville. Listez correctement les services qu’ils vous proposent ainsi que leur tarif et réalisez un comparatif. Vous pouvez ensuite négocier les prix avec celui que vous avez retenu, si vous pensez que sa prestation est facturée à un coût trop élevé.

A ne pas manquer :  Les difficultés des acquéreurs pour trouver un financement pour leur logement

Lisez avec soin les clauses du contrat

Lisez bien le contrat que vous présente le syndic ! Chaque syndic est tenu de vous proposer un contrat type dont les clauses sont définies par la loi et notamment par le décret du 26 mars 2015, il arrive que certains s’en affranchissent. Dans le forfait de base, vous devez retrouver toutes les prestations :

  • Les visites de la copropriété (nombre de visites, présence du président du conseil syndical ou pas, durée, rapport).
  • La tenue de l’assemblée générale sur une plage horaire définie et une durée déterminée.
  • La gestion des sinistres.
  • Les frais de reprographie et les frais administratifs.

Il est possible ensuite d’exclure ou d’ajouter d’autres prestations.

La durée du contrat : une donnée importante

Sachez que le syndic ne peut être nommé que pour une période ne dépassant pas trois ans. Assurez-vous que celle-ci est conforme, dans le cas contraire le contrat n’est pas valable.

Le contrôle des frais exceptionnels

Il faut faire attention aux prestations dites exceptionnelles qui parfois sont facturées de manière très importante. Les prix doivent rester dans la limite du raisonnable et de plus, il faut vous assurer que ces services soient réellement exceptionnels. Pour effectuer votre contrôle, n’hésitez pas à demander un devis à d’autres syndics.

Vérifiez la capacité financière du syndic

Il faut savoir que si jamais votre syndic faisait faillite, il devrait alors rembourser les fonds de la copropriété. Et bien entendu, c’est là qu’intervient sa capacité financière qui doit être suffisante. Vous devez également vous assurer que le syndic possède bien l’assurance responsabilité civile professionnelle qui est obligatoire au regard de la loi.

A ne pas manquer :  Immo : les 10 villes les moins chères du sud-est de la France

Ajoutez une clause annuelle de révision des tarifs

Vous pouvez exiger que les tarifs de votre syndic soient révisables tous les ans, il faut alors le mentionner par le biais d’une clause spécifique. Elle est généralement présente dans la plupart des contrats, mais vérifiez bien sa présence. Elle doit faire référence à un indice pour être considérée comme ayant une valeur légale.

À lire aussi :