Comment devenir pépiniériste ?

Le pépiniériste cultive et vend des plantes et des arbres. Quelles études permettent de devenir pépiniériste ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences. Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier pépiniériste.

Pépiniériste Dans Une Serre
© istock

Qu’est-ce qu’un pépiniériste ?

Un pépiniériste nourrit et façonne la nature, il travaille souvent dans des positions inconfortables et utilise des produits qui peuvent être toxiques. Les tâches changent avec les saisons : en automne, il prélève des boutures qui sont cultivées jusqu’au printemps. À l’automne, certains plants sont prêts à être vendus.

Les méthodes de culture comprennent la mise en pot, le placement en serre et l’irrigation. Les plants sont taillés, désherbés et protégés contre les maladies. La terre est préparée et fertilisée, tandis que les parcelles sont constamment surveillées pour détecter les problèmes. La multiplication se fait par greffe ou marcottage.

En termes de commercialisation, le pépiniériste prépare et expédie des commandes. Il peut également livrer des produits et conseille les clients sur les soins appropriés des plantes. La majorité de la production est constituée de végétaux d’extérieur.

Être pépiniériste nécessite une connaissance approfondie des sols, des engrais, et des techniques de culture et de multiplication. Dans cette profession, la capacité de manier ou de conduire des engins agricoles est essentielle.

Quel est le salaire d’un pépiniériste ?

Le salaire d’un pépiniériste se situe entre 1 500 € brut et 2 500 € brut par mois.

Comment devenir pépiniériste ?

Se former au métier de pépiniériste (formation initiale)

Dès le collège, des cursus en apprentissage existent comme le CAPA Productions horticoles, spécialité « Pépinières » et le BPA travaux des productions horticoles.

En sortant du collège, une orientation vers un CAP Agricole en productions horticoles est possible, en spécialisation pépinières ou productions fruitières. Le BEP Agricole productions horticoles, qui mène vers le Bac professionnel du même nom, peut également être envisagé. Ensuite, le Bac pro productions horticoles se prépare en trois ans après la troisième.

A ne pas manquer :  Comment devenir sommelier ?

Plusieurs options au niveau Bac sont disponibles, notamment le BTSA métiers du végétal, le BP responsable de productions légumières, fruitières, florales et pépinières et le BP REA horticulture maraichage et pépinière. Le BP responsable d’atelier de produits horticoles se prépare en deux ans. Le BTSA production horticole, accessible aux titulaires d’un baccalauréat, se prépare également en deux ans.

Au niveau supérieur, un technicien peut se spécialiser avec le BTSA production horticole. Ces formations sont toutes éligibles à l’alternance.

Se reconvertir pour devenir pépiniériste (formation continue)

On peut suivre la formation continue pour obtenir un CAP ou BTS. Les Greta permettent d’obtenir ces diplômes et rassemblent des établissements publics locaux d’enseignement. Ils fournissent des formations adaptées aux adultes en mutualisant leurs compétences.

Débouchés et évolutions de carrière

Après une période d’expérience, une ascension vers un poste à responsabilité est envisageable : les rôles de chef d’équipe, de technicien responsable des productions ou de technico-commercial sont accessibles. La gestion d’une équipe de techniciens en tant que chef de culture est également une option.

Les professionnels dotés de compétences en gestion et comptabilité peuvent envisager d’acquérir une pépinière. Les pépiniéristes ont aussi la liberté de se spécialiser et de devenir arboriculteurs. Un arboriculteur avec une solide expérience peut intégrer une station d’expérimentation spécialisée ou diriger la culture dans une grande exploitation agricole.

Créer sa propre pépinière de production est une autre opportunité intéressante. Par ailleurs, le rôle de conseiller technique de vente en horticulture est accessible après une formation supplémentaire.

Plus d’un tiers des pépiniéristes occupent des postes d’ouvriers dans des productions agricoles. Certains deviennent exploitants. Le commerce lié à l’agriculture emploie aussi un grand nombre de diplômés, en particulier comme vendeurs en jardinerie.

Pourquoi devenir pépiniériste : avantages et inconvénients

Le pépiniériste travaille en plein air et contribue à la préservation de l’environnement. Il a également la satisfaction de cultiver et de voir grandir des plantes, et bénéficie d’opportunités créatives et d’apprentissage.

A ne pas manquer :  Comment devenir boucher ?

En revanche, ce professionnel peut subir des conditions de travail extérieures parfois difficiles, notamment lorsqu’il est exposé aux intempéries. Ce travail physique et exigeant peut impliquer des risques pour la santé liés aux manipulations de plantes ou à l’utilisation de produits chimiques.

Les compétences et qualités requises pour le métier de pépiniériste

Le rôle de pépiniériste demande à la fois une passion pour la nature et une réelle habileté manuelle. Il nécessite un sens aigu de l’observation et une intelligence pratique. De plus, une expertise en agriculture, agrologie, et une compréhension détaillée des végétaux et des sols s’avèrent essentielles.

Maîtriser la biologie des plantes, savoir identifier les ennemis des cultures et appliquer les moyens de défense adéquats sont également des compétences clés. De même, la connaissance des engrais et la capacité à multiplier les plantes sont fondamentales. Dans certains cas, l’utilisation d’engins agricoles peut s’imposer, ce qui exige une formation appropriée.

Une attention minutieuse est requise pour préserver la production fragile et cet expert doit être capable de résoudre les problèmes qui se présentent lors du développement des plantes. L’exigence physique du travail ne doit pas être sous-estimée, notamment en raison de l’intensité parfois élevée du travail et des conditions météorologiques variables.

L’état du recrutement dans le secteur

Le marché des végétaux d’extérieur est florissant, évalué à un milliard d’euros. Les principales ventes proviennent des pépinières, suivies de près par les grandes enseignes de jardinerie.

À lire aussi :