10 conseils pour vendre une maison en cours de construction

La construction de votre maison n’est pas achevée, mais vous avez besoin de la vendre ? Il faut savoir que vous pouvez le faire puisque la vente de maison en construction est possible concernant les particuliers. Il faut cependant évaluer le prix justement et vous protéger contre les risques juridiques inhérents à la transaction.

Maison En Construction
© istock

Pourquoi vendre votre maison en construction ?

La construction d’une maison prend du temps, de ce fait, un événement imprévisible peut contrarier votre projet et vous obliger à vendre. C’est le cas d’un divorce, d’une perte d’emploi, d’une mutation professionnelle, d’un accident de la vie qui vous oblige à choisir une autre habitation, d’un problème financier, etc.

La vente d’une maison encore en cours de construction est plus courante que vous ne le pensez peut-être. Celle-ci est encadrée par la loi. Il faut établir un état des lieux très précis avec les travaux que vous avez déjà réalisés. L’état de la construction doit être, par la suite, certifié par le notaire qui va aussi transmettre le permis de construire. Cette étape sera réalisée avec l’aide du maître d’œuvre. C’est une condition absolument indispensable pour vendre une maison inachevée. Ce document permet au futur acquéreur de connaitre le montant des frais que le vendeur a engagés et de ceux qu’il doit envisager pour terminer la construction.

À l’issue de cette procédure, l’acheteur peut alors poursuivre les travaux et le vendeur est alors protégé contre tous les vices éventuels, postérieurs à l’état des lieux. Le vendeur lui cède alors son permis de construire. Le propriétaire est en mesure de se retourner vers les artisans qui ont débuté la construction si jamais il rencontre un problème. L’acquéreur est protégé.

À qui vendre votre maison en construction ?

L’objectif pour l’acheteur est de parvenir à acquérir un bien alors que ses moyens financiers sont réduits. En optant pour ce type de maison, il sait de quel budget il aura besoin pour terminer la construction. Cela peut être plus facile que de se lancer directement dans la construction de sa maison. Certains acheteurs sont plus confiants en optant pour ce type de projet qui leur semble rassurant. Au niveau financier, c’est également plus intéressant dans certains cas.

A ne pas manquer :  Vente immo : top 10 des indispensables pour rénover sa maison

C’est également un gain de temps : plus besoin de chercher un terrain qui est une étape qui s’avère souvent très chronophage. D’autant qu’il ne s’agit pas que de prospection. Il faut également vérifier certains points auprès de la commune pour s’assurer qu’il soit bien constructible. Ensuite, il s’agit de demander et d’obtenir un  permis de construire, réaliser les plans, trouver et choisir les artisans et enfin superviser les travaux. Des étapes qui demandent un certain investissement.

En misant sur une maison inachevée, certaines de ces étapes sont déjà réalisées et c’est plus simple pour l’acquéreur. Il conserve la possibilité de modifier les plans. Si les travaux déjà réalisés lui semblent être de qualité, il peut garder les mêmes artisans.

Atout principal : l’acquéreur achète un bien moins cher que dans le cadre d’une construction neuve, tout en disposant d’une certaine latitude pour adapter la maison existante à ses besoins. Il devra en revanche régler la TVA comme quand il s’agit de l’achat d’un terrain à bâtir. De plus, pour être certain d’être vraiment protégé, il doit s’entourer d’experts qui constatent la conformité de l’existant. Un avocat dans l’immobilier est également utile.

Côté vendeur, celui-ci doit faire estimer son bien, le prix pouvant varier entre le début du chantier et la période de la vente.

Vendre votre maison inachevée avec une plus-value : est-ce possible ?

Vendre votre maison même si celle-ci est inachevée est possible et elle peut même l’être à un prix supérieur à la valeur qui a été décidée dans le contrat de construction. Elle génère alors une plus-value. Il faut cependant savoir que les plus-values immobilières sont cependant imposables à un taux global de 27 %, comprenant la CSG, la CRDS et le prélèvement social.  Cela peut vite représenter une dépense importante pour le vendeur.

A ne pas manquer :  Quelles différences entre un agent immobilier et un mandataire ?

Pour réduire cette imposition, il a alors la possibilité de majorer le prix de vente des frais d’acquisition et de certains coûts des travaux, en minorant le prix de vente des frais de cession. Il est également possible selon votre situation de bénéficier d’abattements spécifiques. N’oubliez pas que votre bien a certainement pris de la valeur durant les premiers mois de construction. Cela permet de tirer de cette vente un petit bénéfice. Il est recommandé de faire réaliser une estimation sérieuse avant la mise en vente et également de se renseigner sur les moyens d’économiser sur différents frais. C’est impératif pour ne pas être lésé.

De manière générale, côté vendeur, il ne faut négliger aucune étape, l’essentiel est en effet de préserver le vendeur et l’acheteur. Chacune des parties y trouve ainsi son compte. L’acquéreur devrait avoir un budget plus important en investissant dans un projet complet, nécessitant la réalisation de toutes les étapes. Pour le vendeur, la déception peut être grande de devoir vendre son bien, mais il doit faire attention de ne pas perdre d’argent. Il est préférable de se faire accompagner par des professionnels de la construction et de l’immobilier.

À lire aussi :