Comment devenir serriste ?

Le serriste cultive et entretient des plantes sous serre. Quelles études permettent de devenir serriste ? Quel est le salaire de cet expert ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier serriste.

Devenir Serriste, Installations De Serres D'un Serriste Dans Son Jardin
© istock

Qu’est-ce qu’un serriste ?

Les serristes jouent un rôle clé dans l’entretien des cultures en serre. Ils préparent d’abord le sol et les supports où les jeunes plants seront installés. Ils s’occupent aussi du palissage et de la taille, essentiels pour une croissance saine.

Pour obtenir un environnement optimal, ils mettent en place des systèmes d’irrigation, de ventilation et d’éclairage. Ce professionnel doit constamment surveiller son installation, il repère les maladies et les parasites, puis agit en conséquence.

Une fois mûrs, ils récoltent, lavent, trient et calibrent fruits et légumes. Mais ce n’est pas tout, ils assurent aussi la vente et prodiguent des conseils utiles aux clients. En parallèle, ils gèrent la maintenance des serres et de leurs équipements. Ils opèrent en équipe sous l’égide d’un supérieur dans un environnement physiquement exigeant.

Important : Pour s’investir en tant que serriste, il faut avoir développé une réelle passion pour l’horticulture.

Quel est le salaire d’un serriste ?

Le salaire d’un serriste débutant se situe généralement entre 1 500 € et 2 000 € brut par mois. Avec l’expérience, ce salaire peut augmenter progressivement.

Comment devenir serriste ?

Se former au métier de serriste (formation initiale)

Le fait de posséder un est un atout pour décrocher un emploi et le CAPA est un excellent point de départ. Il initie aux méthodes de préparation du sol et aux techniques de culture.

D’autres options, notamment le BEPA et le Bac Pro, sont sont intéressantes. Ces formations, proposées à divers niveaux, sont axées sur l’horticulture. Elles donnent les compétences requises non seulement pour devenir un ouvrier compétent, mais aussi pour occuper des postes à responsabilité dans le domaine horticole.

A ne pas manquer :  Comment devenir étiopathe ?

Se reconvertir pour devenir serriste (formation continue)

La carrière de serriste est ouverte aux jeunes passionnés, mais aussi aux adultes cherchant une reconversion. Pour obtenir une qualification, il existe des voies comme la VAE et des formations en alternance. Ceux qui préfèrent l’expérience pratique pourront rejoindre une petite entreprise pour apprendre sur le terrain.

Bon à savoir : Les CAP et BTS sont accessibles en formation continue via les Greta, qui sont des groupements d’établissements publics locaux d’enseignement. Ces structures éducatives mutualisent leurs compétences pour offrir des formations continues aux adultes.

Débouchés et évolutions de carrière

Le serriste qui approfondit ses connaissances pourra découvrir des voies d’évolution. Il pourra devenir chef de culture ou même chef d’exploitation agricole, des postes qui requièrent des aptitudes en gestion d’entreprise.

Par ailleurs, en développant une expérience en encadrement, un serriste pourra accéder à un poste de chef d’équipe. Il faudra alors qu’il soit en mesure de gérer les saisonniers et les nouveaux serristes.

En dehors de ces rôles de supervision, ce professionnel aura intérêt à développer des compétences techniques en culture s’il souhaite gravir les échelons. Ces compétences, combinées à une formation en économie et en gestion, rendront possible la gestion d’une exploitation agricole spécialisée, par exemple en cultures légumières.

Enfin, l’option de vendeur-conseil pourra intéresser ceux qui apprécient le contact client. Ce professionnel guide et conseille le client dans ses achats au sein des serres.

Pourquoi devenir serriste : avantages et inconvénients

Le serriste travaille au contact de la nature et développe des compétences en horticulture. Il contribue à la production de plantes et profite d’un environnement de travail protégé des intempéries.

A ne pas manquer :  Comment devenir horloger ?

En revanche, ce professionnel exerce un travail physiquement exigeant avec des horaires de travail irréguliers. Il peut subir les conséquences de la chaleur et de l’humidité et est régulièrement exposé à des produits chimiques. Ses tâches quotidiennes peuvent être monotones.

Les compétences et qualités requises pour le métier de serriste

Le serriste est le gardien des plantations sous serre : patient et de minutieux, il travaille en solitaire. Il est attentif aux plantes et possède une bonne connaissance de leur développement. Son œil avisé lui permet d’identifier les problèmes de culture.

En outre, il manie avec habileté des produits phytosanitaires et doit conserver une bonne forme physique pour exercer ce métier : le serriste soulève des équipements lourds et parcourt de grandes distances au sein de la serre. Son endurance est mise à l’épreuve face aux conditions climatiques extrêmes et il fait preuve d’agilité et de rapidité, surtout pendant les récoltes.

L’état du recrutement dans le secteur

Le maraîchage en France est un secteur professionnel en plein essor, notamment dans des régions telles que la Loire-Atlantique, la Seine-Maritime, la vallée du Rhône et la Provence. Ce dynamisme permet au serriste de bénéficier de nombreuses opportunités d’emploi.

À lire aussi :