Comment devenir horticulteur ?

L’horticulteur est un agriculteur spécialisé dans la culture des légumes, des fleurs et des arbres. Quelles études faut-il faire pour devenir horticulteur ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier horticulteur.

Horticultrice Dans Un Potager
© istock

Qu’est-ce qu’un horticulteur ?

L’horticulteur est un expert en culture de plantes, englobant diverses spécialités comme l’arboriculture, la floriculture, le maraîchage et la pépinière.

Il est responsable du développement des végétaux depuis la mise en culture jusqu’à la récolte, en choisissant les variétés, la terre et les engrais adaptés. Ses tâches comprennent l’arrosage, le désherbage, le traitement, la taille et le repiquage des plantes.

En plus de la production, l’horticulteur est un technicien et un commercial. Il conseille les clients sur les variétés de plantes, leur entretien, leur rendement et leur qualité. Il peut également créer des jardins sur mesure en étudiant la faisabilité des projets et en organisant les chantiers.

Les horticulteurs participent à la recherche et à l’expérimentation dans leur domaine et assurent la commercialisation des plantes en dispensant des conseils aux clients. Ils travaillent en extérieur et peuvent également avoir des missions techniques et commerciales en fonction de leur entreprise.

Dans ce secteur, les métiers sont nombreux et variés, avec des spécialisations en horticulture ornementale, fruitière et légumière. Les horticulteurs peuvent travailler dans différentes entreprises, comme les jardineries, où ils doivent avoir un profil commercial pour conseiller les clients et conclure les ventes.

Quel est le salaire d’un horticulteur ?

Un horticulteur débutant peut s’attendre à un salaire annuel brut compris entre 20 000 € et 25 000 €. Avec l’expérience et des responsabilités accrues, le salaire peut augmenter progressivement, dépassant parfois 30 000 € par an pour les horticulteurs expérimentés.

A ne pas manquer :  Comment devenir arboriculteur ?

Comment devenir horticulteur ?

Se former au métier d’horticulteur (formation initiale)

Pour devenir horticulteur, diverses formations sont disponibles dès le niveau CAP jusqu’au niveau ingénieur (bac +5).

Après la 3e, un CAP agricole métiers de l’agriculture ou un bac pro conduite de productions horticoles sont envisageables. Après le bac, un BTSA métiers du végétal est recommandé.

À savoir : Les formations de niveau bac incluent également le BPA travaux des productions horticoles et le BP responsable de productions légumières, fruitières, florales et de pépinières.

Poursuivre ses études en licence professionnelle agronomie, spécialisée en management des organisations agricoles, est préconisé pour les postes à responsabilités. Les diplômés d’ingénieur ont accès au secteur de la recherche. D’autres options de formation existent, telles que le BTSA technico-commercial, BTSA agronomie et cultures durables, ou encore différentes licences professionnelles dans les domaines de l’horticulture et de l’agronomie.

Une expérience professionnelle solide permet de progresser dans la carrière, même sans diplôme particulier, et d’accéder à des postes d’encadrement après avoir démontré des compétences pratiques.

Se reconvertir pour devenir horticulteur (formation continue)

Les Greta, regroupements d’établissements publics locaux d’enseignement, offrent des formations continues pour adultes, y compris des diplômes tels que CAP et BTS, permettant ainsi d’acquérir ou renforcer des compétences professionnelles.

Débouchés et évolutions de carrière

La production horticole, comprenant la pépinière, l’arboriculture et la floriculture, fait face à une concurrence internationale, mais les besoins augmentent chaque année. Le secteur, qui emploie de nombreux saisonniers, tend à se spécialiser dans les biotechnologies, les traitements phytosanitaires et la culture hors sol.

Les horticulteurs s’adaptent aux goûts des clients et innovent en travaillant avec des paysagistes, des vendeurs en jardinerie et des chercheurs. La consommation croissante de produits horticoles exige des qualifications plus élevées. Les possibilités d’évolution existent pour les diplômés et les non-diplômés, avec des postes d’encadrement accessibles grâce à l’expérience.

A ne pas manquer :  Comment devenir étiopathe ?

Pourquoi devenir horticulteur : avantages et inconvénients

L’horticulteur bénéficie d’un travail varié en plein air, d’un contact étroit avec la nature, d’opportunités créatives, d’une contribution à l’environnement et d’un secteur en évolution constante offrant des perspectives d’évolution professionnelle.

En revanche, parmi les désavantages du métier d’horticulteur figurent les conditions de travail physique, l’exposition aux intempéries, les horaires parfois irréguliers, la saisonnalité de certaines activités et la concurrence internationale accrue.

Les compétences et qualités requises pour le métier d’horticulteur

L’horticulteur doit posséder plusieurs compétences pour réussir dans son métier, notamment une habileté manuelle, de solides connaissances scientifiques et horticoles, et une résistance physique pour travailler en extérieur, sous différentes conditions météorologiques.

La dextérité est également essentielle pour manipuler et soigner les plantes. De plus, un bon sens relationnel est crucial pour échanger avec la clientèle lors de la vente de végétaux. La créativité et le sens esthétique sont également appréciés dans ce domaine, permettant à l’horticulteur d’innover et de conseiller efficacement.

Enfin, une certaine polyvalence et minutie sont requises pour maîtriser les divers aspects du métier, tels que les techniques commerciales et de production.

L’état du recrutement dans le secteur

Le recrutement dans le secteur de l’horticulture est modéré, avec une concurrence internationale accrue. Néanmoins, les besoins en professionnels augmentent chaque année, principalement dans les domaines du paysage d’intérieur, des jardins privés et de l’entretien en tant que jardinier. Le secteur emploie également un grand nombre de travailleurs saisonniers, notamment en arboriculture et maraîchage.

À lire aussi :