Comment devenir sommelier ?

Le sommelier est un professionnel spécialisé dans le domaine de l’œnologie qui est notamment chargé de conseiller les clients sur le choix et l’harmonisation des vins avec les plats. Il peut également proposer ses conseils en matière de spiritueux et cocktails. Quelles études faut-il faire pour devenir sommelier ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions et compétences ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier sommelier.

Sommelier
© istock

Qu’est-ce qu’un sommelier ?

Le sommelier a développé une expertise relative aux divers alcools. Il œuvre principalement dans des établissements de prestige : restaurants gastronomiques, hôtels de luxe, bars à vins ou encore magasins haut de gamme.

Sa mission première consiste à conseiller les clients. Il guide leurs choix de vins et autres alcools en fonction du menu et de leur budget. Ce spécialiste ne se contente pas de conseiller, il participe également activement à la création de la carte des vins et sélectionne soigneusement chaque bouteille pour assurer une parfaite harmonie avec les plats servis.

Il n’hésite pas à se déplacer dans les vignobles afin de dénicher les meilleurs crus. Au-delà de ses responsabilités en matière d’achat, le sommelier assure la gestion de la cave. Cela comprend la réception des commandes, la vérification des livraisons, l’embouteillage et la surveillance des stocks.

En salle, il maîtrise l’art du service, ouvre et sert le vin dans les règles de l’art sous l’œil attentif des convives. Ce professionnel évolue sous la tutelle du maître d’hôtel ou du directeur du restaurant, il adapte son rythme de travail aux besoins de l’établissement et connaît des périodes d’activité intense, notamment pendant les week-ends et les jours fériés.

Quel est le salaire d’un sommelier ?

Le sommelier débutant peut gagner un salaire annuel moyen compris entre 20 000 € et 40 000 €. Avec l’expérience et la renommée, ce montant peut augmenter et atteindre des niveaux plus élevés, jusqu’à 60 000 € ou plus par an pour les sommeliers chevronnés qui travaillent dans des établissements haut de gamme ou renommés.

A ne pas manquer :  Découvrez si vous êtes fait pour devenir puéricultrice avec ce test surprenant !

Comment devenir sommelier ?

Se former au métier de sommelier (formation initiale)

Pour se lancer dans le métier de sommelier, on peut envisager un CAP restaurant, un BEP hôtellerie-restauration, mais également les BacsPro et techno de la restauration.

Le Brevet professionnel de Sommelier est aussi un cursus à considérer, tout comme la Mention Complémentaire Sommellerie qui peut permettre d’affiner ses connaissances.

Des parcours plus spécialisés sont également disponibles avec des formations comme le BP sommelier ou le BTS Management en hôtellerie restauration après le CAP ou le Bac.

À savoir : Pour exercer ce métier, il est conseillé de maîtriser une langue étrangère, et notamment l’anglais.

Se reconvertir pour devenir sommelier (formation continue)

Les salariés de l’hôtellerie qui souhaitent se spécialiser peuvent suivre des formations continues comme celle de l’Université du vin.

Bon à savoir : On peut suivre des CAP ou BTS en formation continue via les Greta, des regroupements d’établissements publics locaux d’enseignement. Ces structures mutualisent leurs compétences pour offrir des formations aux adultes.

Débouchés et évolutions de carrière

Les sommeliers trouvent le plus souvent des opportunités dans des restaurants, des caves à vin, et des hôtels. La grande distribution les sollicite aussi, car leur expertise contribue à l’augmentation des ventes.

Les restaurants gastronomiques français et étrangers apprécient les compétences des sommeliers français. En progressant dans leur carrière, ces professionnels pourront viser un poste de chef sommelier en charge d’une équipe. Les sommeliers aguerris pourront également se spécialiser dans la représentation ou l’expertise en vins.

La sommellerie est un domaine qui requiert un apprentissage continu. Selon les experts, 10 années d’expérience sont nécessaires pour maîtriser ce métier. La profession de sommelier suit une hiérarchie précise : l’individu évolue de commis de salle à chef sommelier, en passant par différents grades.

Pourquoi devenir sommelier : avantages et inconvénients

Le sommelier manipule des vins et des boissons d’exception et interagit avec des clients passionnés. Il participe à des dégustations et travaille dans des établissements gastronomiques prestigieux.

A ne pas manquer :  Comment devenir frigoriste ?

En revanche, ce professionnel fait face à des horaires irréguliers et à de longues heures de travail. Il doit porter des charges lourdes et maintenir un niveau élevé de connaissance des vins. Les exigences en matière de service clientèle sont élevées et la rémunération n’est pas toujours à la hauteur des compétences.

Les compétences et qualités requises pour le métier de sommelier

Un sommelier est un expert en œnologie capable de discerner les subtiles notes de chaque vin grâce à un odorat et un palais développés. Courtois et à l’écoute, il conseille les clients sans jamais leur imposer son choix.

Il est fréquemment amené à négocier les tarifs avec les viticulteurs et doit maîtriser l’anglais pour échanger avec une clientèle diverse. Il est au cœur de l’activité et doit développer une résistance physique pour être capable de jongler entre clients et service en salle.

L’humilité et la flexibilité sont des qualités essentielles pour ce professionnel qui doit constamment se tenir au courant des nouveaux crus et tendances. Il contribue à l’image de marque de l’établissement.

Enfin, il entretient de bonnes relations avec les viticulteurs pour enrichir son carnet d’adresses et garantir la variété de son offre.

L’état du recrutement dans le secteur

Le sommelier travaille principalement dans les grands restaurants de luxe, mais aussi dans des établissements plus modestes, notamment pour augmenter les recettes liées à la vente de vin. Les caves, bars à vins, les épiceries et même la grande distribution font appel à ses conseils. Contrairement à l’œnologue, qui conseille le vigneron, le sommelier guide le consommateur dans le choix de son vin.

À lire aussi :