Quelles sont les différences entre un PEL et un CEL ?

Le plan d’épargne logement, le PEL et le compte épargne logement, le CEL, sont tous les deux des produits d’épargne. Ils ont l’avantage d’ouvrir droit à un prêt à des taux avantageux, assorti dans certains cas d’une prime de l’État pour réaliser des travaux ou financer l’acquisition d’un bien. Il existe cependant des différences que nous vous présentons dans cet article !

Illustration balance avec argent des deux cotés
© istock

Les points communs à ces deux dispositifs d’épargne

Ouvrir un PEL, plan épargne logement ou un CEL, compte épargne logement, est possible pour n’importe quel particulier, même si la personne est mineure, elle y a accès. Il est possible de détenir un CEL et un PEL, il faut cependant que les deux soient dans la même banque. En revanche, la même personne ne peut détenir qu’un seul PEL et un seul CEL.

Ces deux produits d’épargne ont le même but : mettre de l’argent de côté et ensuite pouvoir emprunter à un taux intéressant que ce soit pour financer l’achat d’un bien immobilier ou pour réaliser des travaux chez vous. Ils vous permettent également de constituer un apport personnel, apprécié par la banque lors de la demande de prêt. Ces placements ne présentent pas de risques.

Les différences entre ces deux produits d’épargne PEL et CEL

La durée de l’épargne : Concernant le PEL, la durée minimale d’épargne est de 4 ans et la durée maximale est de 10 ans, alors que la durée minimale est de 18 mois pour un CEL et qu’il n’a aucune durée maximale.

  • Les conditions de versement : Dans le cadre du PEL : le dépôt demandé à l’ouverture est au minimum de 225 euros et la somme totale que vous déposez annuellement doit être au moins de 540 euros. Le plafond total du dépôt est de 61 200 euros. Les versements sont réguliers concernant le PEL, ils sont de 45 euros par mois, 135 euros par trimestre ou 270 euros par semestre, au minimum.
  • Concernant le CEL : Le dépôt minimal à l’ouverture est plus élevé puisqu’il est de 300 euros, les dépôts annuels doivent représenter seulement 75 euros. C’est plutôt logique puisque le dépôt maximal de ce produit d’épargne doit être de 15 300 euros seulement. Les versements sont libres à partir du moment où ils atteignent au moins 75 euros par an.
  • La disponibilité des fonds : Durant la phase d’épargne, les fonds placés sur un PEL ne sont pas disponibles, en revanche, ils le sont pour un CEL.
  • La rémunération de l’épargne : Celle-ci s’élève à 1 % brut pour le PEL et à 0.5 % dans le cadre du CEL.
  • Le taux du prêt : Le taux du prêt hors assurance auquel vous pouvez prétendre est de 2.20 % pour le PEL et de 2 % pour le CEL.
  • Le plafond des prêts accordés : Il est à 92 000 euros, pour le PEL et à 23 000 euros pour le CEL. Dans les deux cas, ils seront remboursés sur une durée de 2 à 15 ans.
  • La prime de l’État : La prime de l’État est versée à terme, elle représente le montant des intérêts acquis durant la période d’épargne, plafonné à 1 000 euros ou à 1 525 euros, concernant le PEL.
  • Pour le CEL : la prime est égale à la moitié des intérêts acquis durant la période où les fonds étaient placés, concernant le CEL. Elle est plafonnée à 1 144 euros.

À noter : La prime de l’État n’est versée que dans le cadre des PEL ou CEL ouverts à partir de 2018.

Le déblocage de l’épargne

Concernant le PEL :

Il est plus simple de débloquer l’épargne sur le CEL que sur le PEL. L’argent placé sur un PEL est en principe bloqué durant 4 ans. Si vous souhaitez retirer de l’argent sur le PEL avant, le plan est clôturé et vous devez payer des pénalités.  Si vous faites un retrait avant deux ans, le taux d’intérêt est alors ramené à celui du CEL, il est inchangé si le retrait intervient entre deux et trois ans, mais vous ne pouvez plus obtenir de prêt immobilier grâce à votre PEL.

Bon à savoir : Pour les retraits entre trois et quatre ans, ils réduisent les droits au crédit immobilier et au-delà, le compte est simplement clôturé.

Concernant le CEL :

La souplesse du CEL se ressent en matière de déblocage des fonds et cela s’explique par le fait que ce compte épargne bénéficie d’une rémunération moindre. À partir du moment où vous laissez une somme de 300 euros sur votre compte, vous pouvez retirer le reste des sommes placées à tout moment.

Bon à savoir : Si vous clôturez votre CEL dans les 18 mois suivants son ouverture, vous ne bénéficiez plus des intérêts acquis sur la période. Contrairement au PEL, le CEL possède une durée de vie illimitée.

La fiscalité de ces deux produits d’épargne

Le PEL et la fiscalité :

Dans le cadre d’un PEL de moins de 12 ans : les intérêts sont exonérés de l’impôt sur le revenu, mais ils sont soumis en revanche aux prélèvements sociaux.

Dans le cadre d’un PEL de plus de 12 ans : les intérêts doivent être déclarés avec l’impôt sur le revenu et ils sont également soumis aux prélèvements sociaux.

Le CEL et la fiscalité :

Les intérêts du CEL sont exonérés de l’impôt sur le revenu, mais les prélèvements sociaux sont bien appliqués sur ces derniers.

En conclusion :

Avant de décider d’ouvrir un PEL ou un CEL, il faut étudier avec soin leurs différences. Il est également possible d’opter pour les deux solutions qui se complètent en cas de financement d’achat immobilier ou de travaux.

À lire aussi :