Comment devenir trésorier ?

Le trésorier est chargé de détenir, de comptabiliser et parfois de gérer les deniers d’une société. Quelles études faut-il suivre pour devenir trésorier ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier trésorier.

Trésorier
© istock

Qu’est-ce qu’un trésorier ?

Quel est le rôle du trésorier ?

Le trésorier joue un rôle clé dans la gestion financière d’une entreprise. Son travail consiste principalement à gérer la trésorerie, à optimiser les frais financiers et à contrôler les flux financiers, y compris les risques de change et de taux. Il travaille en étroite collaboration avec les banques et les marchés financiers pour identifier les placements les plus rentables et les moins coûteux.

Dans certains cas, il peut également être responsable de la centralisation de la trésorerie au sein d’un groupe d’entreprises, appelé « Cash pooling ». Pour être efficace dans son rôle, un trésorier doit être réactif, rigoureux, précis et avoir d’excellentes compétences en communication et en relations interpersonnelles.

La maîtrise de l’anglais des affaires est également essentielle. Avec de l’expérience, un trésorier peut progresser vers un poste de Responsable Trésorerie.

Le domaine professionnel du trésorier présente une large gamme d’opportunités couvrant plusieurs secteurs, du privé au public. La demande pour des experts financiers compétents est en constante croissance, offrant ainsi des perspectives d’emploi solides et des perspectives de progression dans les domaines de la gestion financière et de la stratégie décisionnelle.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Un trésorier compétent allie connaissances financières, qualités personnelles et compétences techniques. Tout d’abord, la maîtrise des marchés financiers, des produits de placement et des taux de change est essentielle.

De plus, le trésorier doit être résistant au stress, réactif, capable d’anticiper et de convaincre ses interlocuteurs. La curiosité, notamment envers les pratiques de la concurrence et des marchés étrangers, constitue un atout supplémentaire. La maîtrise de l’anglais est également indispensable.

A ne pas manquer :  Comment devenir œnologue ?

Parmi les compétences techniques, la maîtrise des outils informatiques et des logiciels de finance est cruciale, ainsi que des connaissances en comptabilité et droit des affaires, qu’ils soient nationaux ou internationaux. Enfin, le trésorier doit être capable de travailler en synergie avec les autres services de l’entreprise pour les conseiller en matière de gestion.

Dans un environnement où les marchés financiers évoluent rapidement, le trésorier d’entreprise doit allier ces compétences diversifiées pour agir avec efficacité et précision, tout en s’adaptant aux fluctuations des taux et en restant à l’écoute des nouveautés du secteur.

Comment devenir trésorier ? Études et formations

Où se former pour le métier de trésorier ?

Pour devenir trésorier, une formation en finance, commerce, gestion et comptabilité est nécessaire, avec généralement un niveau bac + 5. On peut citer les exemples suivants :

  • DSCG.
  • Master finance.
  • Master MIAGE.
  • Master management et administration des entreprises.
  • MBA en audit et risk management,
  • Diplômes d’école de commerce ou d’IEP.

Il est également possible de commencer en tant qu’assistant trésorier avec un DUT Gestion des entreprises et des administrations (option finances-comptabilité) ou une licence en économie ou gestion spécialisée en sciences de gestion ou comptabilité.

Bon à savoir : Un niveau bac + 5 offre des opportunités d’évolution plus rapides et des postes plus intéressants.

Parmi les formations bac + 5, la spécialité MIAGE (maîtrise Informatique appliquée à la Gestion) est appréciée des recruteurs. D’autres masters spécialisés en gestion ou finance, les grandes écoles de commerce et de management, ainsi que les Instituts d’Études Politiques peuvent également offrir des débouchés pour accéder au poste de trésorier.

Les diplômes nécessaires

Pour exercer le métier de trésorier, il est généralement nécessaire d’avoir un diplôme de niveau Bac+5 dans le domaine de la finance, de la comptabilité ou de la gestion, tel qu’un master en finance ou en gestion d’entreprise.

A ne pas manquer :  Comment devenir webmaster ?

Quel est le salaire d’un trésorier ?

Un trésorier peut gagner entre 40 000 € et 80 000 € brut par an, voire davantage pour les postes de haut niveau ou dans de grandes entreprises.

Les différents statuts du trésorier

Le trésorier peut exercer en tant que salarié au sein d’une entreprise, en tant que fonctionnaire dans le secteur public ou en tant que professionnel libéral en offrant ses services de manière indépendante.

Débouchés et évolutions de carrière

Un trésorier, souvent employé au siège d’une grande entreprise, a plusieurs opportunités de progression de carrière. Il peut monter en grade et devenir responsable trésorerie groupe, directeur financier, administratif, financier, ou même directeur général.

Il n’est pas rare qu’un trésorier cumule les rôles, comme celui de directeur administratif. Certains choisissent de se spécialiser en communication financière ou en cash management. Pour accéder à ce poste, une solide expérience est généralement nécessaire, que l’on peut acquérir dans la banque, les assurances ou les salles de marché.

À savoir : Cependant, beaucoup commencent leur parcours avec des stages en entreprise.

Pourquoi devenir trésorier : avantages et inconvénients

Le trésorier a la possibilité d’influencer les décisions financières d’une entreprise. Sa rémunération est attractive et il bénéficie de perspectives d’évolution de carrière. Il a également la possibilité de travailler dans différents secteurs d’activité.

En revanche, le métier de trésorier peut être stressant en raison des responsabilités financières importantes. Les horaires de travail peuvent être longs et les périodes de clôture financière peuvent être intenses. De plus, il peut y avoir une pression constante pour atteindre les objectifs financiers de l’entreprise.

À lire aussi :