Comment devenir fiscaliste ?

Le fiscaliste aide les entreprises et les particuliers à faire les meilleurs choix en matière de fiscalité afin de réduire le montant de leurs impôts. Quelles études faut-il faire pour devenir fiscaliste ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions exactes ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier fiscaliste.

Main Analyse De Courbes Et De Graphiques Sur Ordinateur
© istock

Qu’est-ce qu’un fiscaliste ?

Quel est le rôle du fiscaliste ?

Le fiscaliste est un spécialiste du droit et de la finance qui est capable de conseiller les usagers (entreprises et professionnelles) en matière de fiscalité. Il sait trouver les meilleures options pour réduire le coût de la fiscalité tout en respectant la législation en vigueur.

La fiscalité française est complexe et les entreprises ne connaissent pas toujours les meilleures décisions à prendre. C’est notamment le cas quand une société décide de s’implanter à l’étranger ou que l’augmentation de son activité implique un changement de statut.

En cas de mauvaise déclaration, une entreprise peut facilement se mettre hors-la-loi et être amenée à payer des amendes. Le fiscaliste l’aidera à prendre les bonnes décisions.

Ce professionnel doit être au fait de l’évolution des lois de finances. Il faudra qu’il ait une bonne connaissance de l’entreprise. Le fiscaliste doit à tout prix éviter un redressement fiscal et il sait faire réaliser des économies à l’entreprise pour laquelle il travaille.

Son rôle consiste également à assister les entreprises sur des projets de type fusion-acquisition ou restructuration. En cas de contrôle fiscal, c’est lui qui conseille la société pour éviter le redressement.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Pour exercer la profession de fiscaliste, il faut être spécialisé en droit et en finance. Cet expert travaille avec rigueur et sait maîtriser les chiffres. Il doit également connaître la fiscalité des pays étrangers.

A ne pas manquer :  Comment devenir dermatologue ?

Important : La maîtrise de l’anglais en primordiale pour pouvoir communiquer avec les interlocuteurs venant d’autres pays.

Comment devenir fiscaliste ? Études et formations

Où se former pour le métier de fiscaliste ?

Le fiscaliste se forme le plus souvent à l’université, en faculté de droit, mais il peut également intégrer une grande école de commerce en optant pour une spécialisation en finance.

À savoir : Une grande école de commerce s’intègre le plus souvent après deux années de classe préparatoire.

Les diplômes nécessaires

L’université permettra d’obtenir un master avec mention droit fiscal.

Les diplômes d’écoles de commerce permettant d’exercer la profession de fiscaliste sont les suivants :

  • diplôme de l’EM Normandie programme grande école ;
  • diplôme du programme grande école de l’EDC Paris Business School ;
  • diplôme de l’École multinationale des affaires EBP International ;
  • diplôme de l’École Supérieure de Commerce de Dijon (programme grande école) ;
  • diplôme du programme grande école d’Audencia.

Bon à savoir : Il existe aussi un DU Diplôme de juriste-conseil d’entreprise.

Avec un diplôme d’école de commerce, il est recommandé d’obtenir un master 2 en droit fiscal de l’université. Ce profil expert en finance, en comptabilité et en droit est très apprécié en raison de sa polyvalence.

Le certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA), un diplôme de niveau bac +6, permettra également d’exercer la profession d’avocat fiscaliste.

Quel est le salaire d’un fiscaliste ?

Le salaire d’un fiscaliste débutant est de 2 900 € brut par mois. Au bout de quelques années, il pourra atteindre 4 500 € brut à 5 400 € brut par mois. Dans certains cas, cet expert pourra percevoir plus de 8 000 € brut par mois et même plus de 10 000 € brut pour les professionnels spécialisés en droit international. Ce revenu dépend de l’expérience du fiscaliste et de sa spécialisation.

A ne pas manquer :  Comment devenir DJ ?

Bon à savoir : En France, les régions Île-de-France et Nouvelle-Aquitaine offrent les meilleurs taux de rémunération.

Les différents statuts du fiscaliste

Le plus souvent, le fiscaliste a le statut de salarié du privé. Il peut également être consultant avec un statut de travailleur indépendant.

Débouchés et évolutions de carrière

Généralement, le fiscaliste est employé par une PME, une grande entreprise ou un cabinet spécialisé. Après avoir intégré une grande entreprise qui possède un département fiscal, ce professionnel pourra se spécialiser, notamment dans la TVA, la fiscalité internationale ou la CET (contribution économique territoriale).

Après quelques années d’expérience, il pourra devenir directeur fiscal, directeur juridique et fiscal ou consultant dans un cabinet d’expertise comptable. Un fiscaliste issu d’une filière comptable qui bénéficie de 8 années d’expérience pourra éventuellement devenir avocat. Il faudra qu’il ait une expérience du service juridique d’une structure de type administration ou entreprise.

À noter : Dans certains cabinets, le fiscaliste peut avoir l’opportunité de devenir associé.

Pourquoi devenir fiscaliste : avantages et inconvénients

Le fiscaliste bénéficie de nombreux débouchés dans ce secteur particulièrement dynamique. C’est un emploi qui est bien rémunéré en raison de l’impact direct qu’il a sur la rentabilité d’une entreprise.

En revanche, ce professionnel est soumis à un certain stress certain et il doit sans cesse se tenir au courant des évolutions législatives.

À lire aussi :