Vente longue en immobilier : qu’est-ce que c’est ?

Généralement, une vente immobilière se fait en trois mois. Il faut cependant savoir qu’aucun délai n’est imposé par la loi. Il arrive parfois qu’à la demande du vendeur ou de l’acheteur, le délai de la vente soit plus long. On parle alors de vente longue. Qu’est-ce qu’une vente longue ? Nos explications !

Vente Immobilier
© istock

La vente longue en immobilier : sa définition

Le principe de la vente longue repose sur la durée entre la signature du compromis de vente et la signature de l’acte authentique de vente. Ce délai peut permettre à l’acheteur de vendre son bien ou au vendeur de trouver une nouvelle habitation. De cette manière, vous êtes certain, si vous êtes propriétaire, que votre bien est vendu. Vous pouvez ainsi faire coïncider la vente de votre bien et l’achat du nouveau.

Le délai classique entre la promesse de vente et la signature de l’acte définitif se situe entre 3 et 4 mois. Si l’acheteur ne fait pas de demande de prêt immobilier, ce délai passe à un mois. On parle de vente longue quand le délai passe à 6 mois ou plus.

Le compromis de vente comporte toujours un délai de validité qui est inscrit au contrat. La vente longue s’étend sur ce délai qui peut être prolongé en signant un avenant au contrat.

Comme la vente longue sort des délais habituels, il peut être judicieux de se faire accompagner par un professionnel. Il existe des agences immobilières qui ont l’habitude de réaliser ce type de transactions. Elles aident alors l’acheteur à réunir les fonds plus rapidement ou le vendeur dans son futur achat.

À lire également : Dans quelles conditions pouvez-vous annuler un compromis de vente ?

La vente longue : comment se déroule-t-elle ?

Vous avez vendu votre habitation, mais vous n’avez pas encore trouvé votre nouveau logement, vous avez donc procédé à une vente longue pour vous laisser le temps d’effectuer vos recherches. Comment celle-ci se passe-t-elle ?

A ne pas manquer :  Qui peut se porter garant pour une location ?

Les étapes nécessaires sont les mêmes que dans le cadre de la vente d’une durée classique. Elle débute par la signature d’un compromis de vente ou d’une promesse unilatérale de vente. Il faut savoir que cette étape est facultative, mais elle reste très recommandée. Dans le cadre de la vente longue, elle est quasiment incontournable. C’est quand vous signez cet avant-contrat que les conditions de vente sont déterminées. Il vous permet de fixer les clauses suspensives, de demander un acompte si vous le désirez, etc. Côté vendeur, cet avant-contrat permet d’être certain du sérieux de l’acheteur.

C’est également à cette étape que vous fixez la date de la signature de l’acte de vente définitif. C’est également à ce moment que vous finalisez l’idée de la vente longue.

Ce sont les deux parties qui fixent ensemble la date de la signature de l’acte de vente définitif. La vente longue n’est pas forcément acceptée par l’acheteur, il faut en parler avant avec lui ou avec l’agent immobilier. Signer l’acte définitif plus tard peut occasionner une gêne pour l’acquéreur. C’est le cas s’il a déjà vendu son bien, il est alors tenu de louer un logement ou de se faire héberger par des amis ou la famille. Pour que l’acquéreur accepte, vous avez la possibilité alors, en tant que propriétaire, de demander un dépôt de garantie moins élevé. Cette vente longue peut également être soumise à une compensation financière pour que l’acheteur accepte de patienter.

Si vous êtes acheteur, vous pouvez en profiter pour essayer de trouver un meilleur organisme de prêt. Dans ce cas, vous pouvez faire réaliser de belles économies.

A ne pas manquer :  Louer un appartement quand on est en alternance : comment faire ?

Quel impact sur vos démarches avec le notaire ?

Il faut savoir que dans le cas d’une vente longue ou d’une vente classique, le recours au notaire n’est pas indispensable à chaque étape.

La promesse de vente peut prendre deux formes : promesse unilatérale ou compromis de vente. La première engage seulement le vendeur et la seconde engage le vendeur et l’acheteur. La vente doit être effectivement réalisée. Le compromis de vente est donc plus sécurisant pour le vendeur.

La présence du notaire est obligatoire si la promesse de vente affiche une durée de validité de plus de 18 mois. Si vous signez un avant-contrat qui dure 1 an et demi, la présence du notaire est requise. Cela se comprend, car c’est alors un acte authentique. Si vous signez une promesse unilatérale de plus de 18 mois de validité, en tant que vendeur, vous devez verser à l’acheteur une prime d’immobilisation du bien. Celle-ci représente 5 % du montant du prix de vente du bien. Ce procédé permet de compenser le délai d’attente qu’a accepté l’acquéreur.

Cette somme peut prendre deux formes : soit elle est déposée entre les mains du notaire, soit elle est équivalente à une caution. Dans le cadre du compromis de vente, ce procédé n’existe pas.

Vente longue ou pas, la signature de l’acte définitif de vente est réalisée devant notaire obligatoirement.

À lire aussi :