Comment devenir hydrobiologiste ?

L’hydrobiologiste étudie la qualité de l’eau dans le milieu naturel. Quelles études faut-il faire pour devenir hydrobiologiste ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions exactes ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier hydrobiologiste.

chercheur prend un échantillon de l'eau de la rivière
© istock

Qu’est-ce qu’un hydrobiologiste ?

Quel est le rôle de l’hydrobiologiste ?

L’hydrobiologiste ou ingénieur en hydrobiologie, est un spécialiste du milieu aquatique. C’est à lui que l’on fait appel lorsqu’un fleuve, une rivière ou un lac est contaminé par des micro-organismes ou des substances chimiques. Grâce à différents prélèvements, il sera capable de déterminer l’origine du problème. Il pourra alors proposer des solutions à mettre en œuvre pour que l’eau retrouve son état normal.

On peut demander une étude à un hydrobiologiste avant de mettre en œuvre un projet de construction. C’est notamment le cas avant la construction d’une centrale nucléaire ou quand une usine s’apprête à rejeter des déchets. On le contacte également quand on repère des situations anormales : surmortalité de poissons, développement anarchique d’algues, coloration de l’eau… Cet expert est aussi capable de conseiller les agriculteurs lorsqu’ils doivent organiser la captation de sources d’eau. En cas de pollution, c’est lui qui indique la marche à suivre pour améliorer la qualité de l’eau tout en respectant les réglementations.

Les entreprises privées comme EDF ou Véolia Environnement, les laboratoires, les bureaux d’études et les associations parmi lesquelles la Fédération Nationale de la Pêche en France recrutent. Il est plus difficile d’intégrer le public, mais cela reste néanmoins possible notamment dans des organismes de recherche comme le CNRS, l’IRD ou l’INRAE ou des établissements publics comme les agences de l’eau, le CEMAGREF ou le Conseil supérieur de la pêche.

A ne pas manquer :  Comment devenir vitrailliste ?

L’hydrobiologiste pourra donc intervenir à long terme pour contrôler la qualité de l’eau d’un point particulier. On fera également appel à lui pour des missions ponctuelles en cas de pollution. Enfin, il pourra avoir un rôle de conseil lors de l’aménagement d’une structure.

Lorsque les hydrobiologistes travaillent en équipe, les techniciens sont aux ordres de l’ingénieur qui les manage. C’est lui aussi qui établira un plan de travail, supervisera les analyses et validera le compte rendu. Il sera également à l’origine des plans d’amélioration qui empêcheront les dommage sur le milieu aquatique.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Un hydrobiologiste intervient sur le terrain pour faire des prélèvements. Il faut donc qu’il soit en mesure de se déplacer facilement. Il travaillera à la fois en équipe, mais aussi de façon solitaire. Il doit donc être aussi autonome que sociable. Il faut aussi qu’il soit en mesure de communiquer facilement ses résultats et il faut que ceux-ci soient entendus et provoquent des actes. L’hydrobiologiste a donc intérêt à être pédagogue et convaincant. Il doit être capable de s’organiser en déplacement et en laboratoire.

Comment devenir hydrobiologiste ? Études et formations

Où se former pour le métier d’hydrobiologiste ?

Pour devenir hydrobiologiste, il faut s’inscrire à l’université après un bac S, STI2D ou STL. Il est aussi possible d’intégrer une école d’ingénieur (INA, ENSA, Polytech Montpellier) après deux années en classe préparatoire. Il existe enfin une voie qui consiste à passer les concours de la fonction publique territoriale.

Les diplômes nécessaires

Un diplôme d’ingénieur en biologie pourra vous ouvrir les portes du métier d’hydrobiologiste. Mais il est préférable de privilégier un parcours universitaire qui vous mènera au master en biologie des organismes et des populations ou un master en sciences des environnements continentaux et côtiers. Avec ces diplômes en poche, vous pourrez passer un concours de catégorie A.

A ne pas manquer :  Comment devenir parfumeur ?

Quel est le salaire d’un hydrobiologiste ?

Un hydrobiologiste perçoit en moyenne entre 3 000 € et 4 000 € brut par mois. Un professionnel expérimenté pourra gagner jusqu’à 5 000 € brut par mois. Ce revenu dépend aussi du secteur dans lequel intervient cet expert. Dans certains cas, il pourra aussi bénéficier de certains avantages comme une voiture de fonction.

Les différents statuts de l’hydrobiologiste

L’hydrobiologiste peut être fonctionnaire de la fonction publique ou salarié du privé.

Débouchés et évolutions de carrière

C’est surtout le privé qui offre des débouchés. Dans la fonction publique, les postes ne sont pas légion. En entreprise, un hydrobiologiste pourra même devenir ingénieur après quelques années d’expérience en tant que technicien.

Pourquoi devenir hydrobiologiste : avantages et inconvénients

L’hydrobiologie est un secteur qui recrute : le jeune diplômé n’aura aucun mal à trouver un emploi. Ce métier ne connait pas la routine et le professionnel pourra travailler en laboratoire aussi bien que sur le terrain.

En revanche, il faut savoir que ce spécialiste est dépendant des aléas climatiques puisqu’il travaille beaucoup en extérieur. Il faut aimer travailler seul puisque l’hydrobiologiste sera souvent isolé. Le marché de l’emploi est dynamique, mais dans le secteur public, les offres restent rares.

À lire aussi :