Comment devenir écotoxicologue ?

L’écotoxicologue étudie les conséquences de la pollution sur les écosystèmes. Quelles études faut-il faire pour devenir écotoxicologue ? Quel est le salaire de ce professionnel ? Quelles sont ses missions ? Nous répondons à ces questions dans cette fiche métier écotoxicologue.

Pollution de l’eau analyse chercheur
© istock

Qu’est-ce qu’un écotoxicologue ?

Quel est le rôle de l’écotoxicologue ?

Le rôle de l’écotoxicologue consiste à étudier l’impact de la pollution sur un écosystème déterminé. Pour ce faire, il utilise des échantillons prélevés sur un environnement donné et qu’il se trouve sur terre, dans le sol, dans l’air ou dans l’eau.

L’écotoxicologue repère les polluants et étudie leur mode de propagation. Il analyse leur fonctionnement et définit leur origine. Mais surtout, il anticipe les effets à court, moyen et long terme sur les différents biotopes et sur la santé des êtres humains.

Ce scientifique travaille en laboratoire et sur le terrain pour l’industrie, les collectivités territoriales, des bureaux d’études ou des laboratoires de recherche. Les professionnels de la chimie, de l’agroalimentaire et de l’industrie pharmaceutique font souvent appel à son expertise.

Son travail consiste notamment à préparer des dossiers d’homologation et des autorisations de mise sur le marché. Il indique comment agir en cas d’exposition à un produit toxique et aide à la gestion de ces produits.

Avec le développement des normes environnementales imposées par l’État français et l’Union européenne, le rôle de ce spécialiste prend de l’importance.

Les qualités et compétences requises pour exercer ce métier

Pour devenir écotoxicologue, il faut commencer par être capable de suivre des études ambitieuses. Le futur écotoxicologue devra avoir un intérêt pour les sciences. Quand il sera dans la vie active, il devra faire preuve de rigueur, de capacité d’analyse et de synthèse. Il lui faudra aussi avoir des facilités pour s’exprimer à l’écrit et à l’oral, en français, mais aussi en anglais.

Comment devenir écotoxicologue ? Études et formations

Où se former pour le métier d’écotoxicologue ?

La formation en écotoxicologie peut se faire à l’université ou dans une école d’ingénieur. Dans ce dernier cas, il faudra commencer par s’inscrire en classe préparatoire avant de passer le concours d’entrée dans une école d’ingénieur :

  • École polytechnique universitaire de Marseille (université d’Aix-Marseille spécialité génie biologique)
  • Institut national des sciences appliquées de Toulouse (spécialité génie biologique)
  • Institut supérieur des biotechnologies de Paris

L’étudiant pourra notamment envisager une école d’ingénieur en chimie (Cefipa, ENSCPB, Oniris…), en sciences de la vie et de l’environnement (AgroParis Tech…), en biologie (EBI, ENSTBB, ISBS…) ou en génie biologique (Polytech Nice Sophia…).

Les diplômes nécessaires

Pour devenir écotoxicologue, il faut au minimum un diplôme d’ingénieur ou un master, c’est-à-dire un diplôme de niveau bac +5. Cette formation permettra notamment de travailler pour l’industrie ou pour des bureaux d’études. L’étudiant pourra également poursuivre ses études en intégrant une école doctorale. Après la soutenance de sa thèse, il pourra obtenir un doctorat en écotoxicologie, chimie organique et chimie de l’environnement ou pharmacie avec spécialisation en écotoxicologie. Avec ce diplôme il aura la possibilité de devenir chargé de recherche dans un organisme public de recherche de type EPST (comme le CNRS) et de type EPIC. Il pourra aussi devenir maître de conférences dans un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP) comme l’université.

S’il souhaite pouvoir devenir directeur de recherche ou professeur des universités, il faudra qu’il obtienne une Habilitation à diriger des recherches (HDR).

Les masters proposés par l’université sont nombreux :

  • Écotoxicologie et chimie de l’environnement
  • Écotoxicologie
  • Méthodes de recherche en environnement, santé toxicologie, écotoxicologie
  • Risques et environnement
  • Génie de l’environnement
  • Toxicologie et écotoxicologie
  • Écophysiologie et écotoxicologie
  • Pollutions chimiques et gestion environnementale
  • Biologie santé
  • Gestion de l’environnement

Quel est le salaire d’un écotoxicologue ?

Le salaire de l’écotoxicologue dépend de son poste et de son employeur. Dans le privé, on considère que le salaire d’un débutant avoisine les 2 000 € brut par mois.

Pour le chercheur ou l’enseignant-chercheur, la rémunération commence à 1 657,87 € net mensuel en postdoctorat et se situe entre 2 100 € et 3 800 € brut par mois selon l’échelon atteint pour un chargé de recherche ou un maître de conférences. Il pourra atteindre 3 234 € brut à 6 445 € brut par mois pour un directeur de recherche ou un professeur des universités.

Les différents statuts de l’écotoxicologue

Dans le privé, l’écotoxicologue est salarié. Il peut aussi être indépendant lorsqu’il ouvre son propre cabinet de conseil.

Dans le service public, il commence en tant qu’ATER (Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche) puis devient fonctionnaire.

Débouchés et évolutions de carrière

L’écotoxicologue travaille le plus souvent pour des organismes publics ou pour l’industrie.

Dans le privé, il peut devenir chef de projet ou responsable de laboratoire. Il peut aussi décider de monter sa propre structure en devenant consultant.

Dans le public, le maître de conférences peut devenir professeur des universités et le chargé de recherche peut devenir directeur de recherche. Il peut aussi devenir responsable de la sécurité de l’environnement, chargé de la mise en place de programmes de lutte contre les produits dangereux.

Pourquoi devenir écotoxicologue : avantages et inconvénients

L’écotoxicologue a l’avantage de travailler pour le bien de la collectivité et de la planète. C’est une profession en plein développement qui a de l’avenir. Les rémunérations peuvent être intéressantes, notamment dans l’industrie.

En revanche, il faut faire des études difficiles pour arriver à son but et dans le public, les rémunérations ne sont pas toujours motivantes.

À lire aussi :