Surendettement : comment limiter vos frais bancaires ?

Vous n’êtes plus actuellement en mesure de régler vos factures et vos mensualités de prêt ou votre loyer ? Dans ce cas, la banque vous prélève des frais bancaires. Ils sont dus au travail en plus qu’elle doit fournir pour gérer en interne votre compte débiteur avec l’administration. Comment limiter ces frais ? Explications !

Limiter Les Frais Bancaires
© istock

Faire le point sur les différents frais bancaires

Faisons le tour des principaux frais auxquels vous êtes confrontés dans cette situation :

Les agios :

Si vous avez dépassé votre découvert autorisé ou si celui-ci dure plus de 15 jours, vous devrez payer des agios. Leur taux est cependant limité aux taux d’usure en vigueur.

Les frais d’intervention ou de forçage :

Ils correspondent à une commission d’intervention pour prendre une décision sur les paiements en cours quand la provision est insuffisante au moment où passe un paiement ou si vous avez dépassé votre découvert. Ces frais sont plafonnés à 8 euros pour une opération de 80 euros. Pour les personnes en difficulté financière et ayant signé une offre destinée à limiter les conséquences du défaut de paiement, ils sont imités à 4 euros et 20 euros par mois.

Le rejet de chèque :

Si vous avez fait un chèque sans provision s’élevant à moins de 50 euros, vous payez au maximum des frais équivalents à 30 euros par mois. Si le montant du chèque est supérieur, il vous sera facturé à 50 euros. Outre les frais bancaires, il est possible que vous deviez régler une amende en timbres fiscaux.

Le rejet de prélèvement :

Le rejet d’un virement ou prélèvement sont facturés au maximum 20 euros.

 La SATD (saisie administrative à tiers détenteur) :

Ces frais sont consécutifs à la main levée de sommes sur votre compte ou à la saisie par le Trésor public. Ils ne peuvent pas s’élever à plus de 10 % de la somme saisie sans dépasser 100 euros.

Il faut savoir que depuis février 2019, les banques ont pris un engagement qui consiste à ne pas facturer plus de 25 euros par mois pour les personnes en situation financière compliquée. Un client fragile est défini par des irrégularités de fonctionnement ou des incidents de paiement répétés pendant trois mois consécutifs.

Prévoir et négocier les frais

Ces frais bancaires sont de nature à aggraver votre situation, il faut alors :

  • Inclure ces frais dans vos dépenses à venir ;
  • Tenter de négocier une remise avec le banquier.

Les tarifs pratiqués par les banques peuvent être différents, pour les connaitre :

  • Référez-vous à la plaquette tarifaire de votre établissement.
  • Surveillez les mouvements de vos comptes.
  • Vérifiez que les frais ne dépassent pas leurs plafonds légaux.

Les mesures de prévention

  • Ne pas laisser le surendettement s’installer.
  • Prendre les mesures bancaires.
  • Demander des aides sociales.
  • Récupérer rapidement de l’argent.
  • Obtenir une remise de dette ou un report d’échéances
  • Demander un échelonnement de la dette au juge.
  • Apprendre à mieux gérer son budget.

Vous avez maintenant toutes les clés pour limiter au maximum la facturation de frais bancaires en toute circonstance. Il faut savoir que pour y remédier, le mieux est de faire attention à ses comptes.

À lire aussi :