Créer son Auto-entreprise : avantages et inconvénients

Si l’auto-entreprise remporte un franc succès depuis 2009, ce n’est pas par hasard. C’est en effet, un tremplin intéressant pour tous ceux qui se lancent dans une activité indépendante. Ce statut présente de nombreux avantages, mais il comporte également quelques inconvénients. Panorama sur la micro-entreprise !

Créer Auto Entreprise
© istock

Les avantages liés à l’auto-entreprise

Le statut d’auto-entrepreneur comporte de nombreux avantages et c’est ce qui fait son succès :

Une gestion plus simple :

Ce statut est idéal si vous n’avez pas envie de faire face à une gestion lourde et contraignante. Les formalités sont réduites au maximum.

Vous êtes tenus de :

  • Tenir un livre de recettes et dépenses.
  • Émettre les factures pour vos clients.
  • Disposer d’un compte bancaire dédié en cas de chiffre d’affaires de plus de 10 000 euros durant deux ans.
  • Déclarer votre chiffre d’affaires et payer vos cotisations fiscales et sociales suivant un calendrier défini.

Une ouverture rapide :

Les formalités d’ouverture ne demandent que quelques minutes. Elle est donc facilitée par rapport à d’autres statuts. Vous remplissez un  dossier sur Internet et entre une à quatre semaines après, vous recevez votre numéro de SIRET.

Le cumul de statut :

Vous pouvez parfaitement conserver votre statut de salarié, étudiant, demandeur d’emploi, etc., et compléter vos revenus avec une auto-entreprise.

La franchise en TVA :

Vous ne réglez la TVA que si vous cumulez 34 400 euros par an, concernant la prestation de service, et 85 800 euros pour une activité de vente d’objets, de fournitures, de marchandises ou pour les prestations d’hébergement non meublé.

Les charges sociales allégées :

Depuis le 1er janvier 2020, les nouveaux créateurs d’entreprise peuvent bénéficier d’une exonération partielle des charges au titre de l’ACRE. Évidemment, cette aide de l’ACRE est soumise à conditions. Elle est valable uniquement la première année de création de l’entreprise.

Des modalités de l’impôt plus simples :

Les auto-entrepreneurs peuvent opter pour le prélèvement libératoire. Dans ce cas, un pourcentage sera prélevé en même temps que les charges lors de leur déclaration. Le taux dépend de la nature de l’activité, il présente quelques avantages : vous payez vos impôts tout au long de l’année, le calcul est prévisible et automatique, le taux ne variant pas, le montant diminue en fonction du chiffre d’affaires.

Ce dispositif n’est pas intéressant si vous ne payez pas d’impôt.

Vous pouvez cumuler des activités différentes :

Vous pouvez déclarer une auto-entreprise, mais cumuler des activités différentes.

Les inconvénients liés à l’auto-entreprise

Des charges fixes même en cas de faible chiffre d’affaires :

Même si votre chiffre d’affaires est peu élevé, vous réglez une part de charges, mais qui devient évidemment plus faible.

Les seuils rapidement atteignables :

C’est la limite de la micro-entreprise : une fois que vous dépassez les plafonds annuels, il faut passer à un autre statut. Dans certains cas, ces seuils sont rapidement atteints.

Les cotisations calculées sur le CA et non le bénéfice :

C’est ennuyeux dans le cadre de certaines activités qui supposent un investissement financier lors de chaque prestation. Vous ne pouvez pas déduire vos dépenses professionnelles.

La TVA non récupérable en dessous d’un certain seuil :

Si vous ne facturez pas la TVA, vous ne pouvez pas non plus la récupérer.

Une couverture sociale peu importante :

Vous ne bénéficiez pas de la même couverture sociale que les salariés que ce soit au niveau de la retraite, des indemnités journalières en cas de maladie, et vous ne cotisez pas pour le chômage.

Une responsabilité personnelle engagée :

Il n’y a pas de distinction entre le patrimoine personnel de l’auto-entrepreneur et celle de son entreprise. Cela signifie qu’en cas de difficulté de paiement, les biens privés de l’auto-entrepreneur ne sont pas protégés.

Il existe la possibilité de faire une déclaration d’insaisissabilité pour assurer son patrimoine, le coût varie selon les notaires.

À lire aussi :